Pilule Rouge – La Plandémie en Profondeur

Ceux qui ont des yeux…

Pour mieux comprendre la suite, il est important de jeter un coup d’oeil sur cet article :

Il a fallu environ six ans à Schwab et à l’élite de Davos pour voir leur grande idéologie de remise à zéro passer d’une minuscule graine suisse en 2014 à une super-fleur européenne qui pollinisera le monde entier en 2020.

La « grande remise à zéro » promet de construire « un monde plus sûr, plus égalitaire et plus stable » si tous les habitants de la planète acceptent « d’agir conjointement et rapidement pour réorganiser tous les aspects de nos sociétés et de nos économies, de l’éducation aux contrats sociaux et aux conditions de travail ».

Mais il n’aurait pas été possible d’envisager la matérialisation d’un tel plan global pour un nouvel ordre mondial sans une crise mondiale, qu’elle soit fabriquée ou le fruit d’un hasard malheureux, qui ait choqué la société dans son ensemble.

Ainsi, en mai 2018, le WEF s’est associé à Johns Hopkins pour simuler une pandémie fictive – surnommée « Clade X » – afin de voir dans quelle mesure le monde serait préparé si jamais il était confronté à une telle crise.

Un peu plus d’un an plus tard, le WEF s’est de nouveau associé à Johns Hopkins, ainsi qu’à la Fondation Bill et Melinda Gates, pour organiser un autre exercice de pandémie appelé Event 201 en octobre 2019.

Les deux simulations ont conclu que le monde n’était pas préparé à une pandémie mondiale.

Et quelques mois à peine après la conclusion de l’événement 201, qui simulait spécifiquement une épidémie de coronavirus, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a officiellement déclaré que le coronavirus avait atteint le statut de pandémie le 11 mars 2020.

Depuis lors, à peu près tous les scénarios couverts par les simulations Clade X et Event 201 sont entrés en jeu, notamment :

  • Les gouvernements mettent en place des confinements dans le monde entier
  • L’effondrement de nombreuses industries
  • Une méfiance croissante entre les gouvernements et les citoyens
  • Une plus grande adoption des technologies de surveillance biométrique
  • La censure des médias sociaux au nom de la lutte contre la désinformation
  • Le désir d’inonder les canaux de communication de sources « faisant autorité ».
  • Un manque global d’équipements de protection individuelle
  • L’effondrement des chaînes d’approvisionnement internationales
  • Chômage de masse
  • Émeutes dans les rues
  • Et bien d’autres choses encore !

Après que les scénarios de cauchemar se soient pleinement concrétisés à la mi-2020, le fondateur du WEF a déclaré en juin de cette année que « l’heure est venue d’une « grande réinitialisation ».

Est-ce grâce à l’excellence des prévisions, de la planification et de la modélisation du WEF et de ses partenaires que la Clade X et l’événement 201 se sont avérés si prophétiques, ou y avait-il quelque chose de plus ?

Du coup, est-ce que cette pandémie est une surprise ? Pas selon certains !

Début 2019 – Nexus et EU

Commençons par la prophétie la plus récente qui à elle seule peut révéler une plandémie plutôt qu’une pandémie.

Mais il y a aussi cet intervention TRÈS intéressante de Marc Van Ranst qui prend un sens très diffèrent aujourd’hui.

Source Originale

Rôle dirigeant dans la gestion des crises de l’influenza (Grippe) en Belgique

Depuis 2007, il est responsable pour la planification de réponse aux pandémies de l’influenza

En 2009-2010, il est responsable comme commissaire interministériel pour la gestion de crise pendant la pandémie de grippe porcine.

2017 – Anthony Fauci

2015 – Bill Gates

En 2014, le monde a évité une terrible épidémie mondiale du virus Ebola grâce à des milliers de travailleurs de la santé désintéressés – plus, honnêtement, grâce à beaucoup chance. Avec du recul, nous savons ce que nous aurions dû faire mieux. Il est donc maintenant temps, suggère Bill Gates, de mettre toutes nos bonnes idées en pratique, de la planification de recherche de vaccins à la formation des agents de santé. Comme il le dit, « il n’y a pas lieu de paniquer… mais nous devons nous y mettre. »

2014 – Barack Obama

Obama a averti les États-Unis de se préparer à une pandémie en 2014 (« Dans la pandémie qui vient dans les 5 ou 10 ans à venir…« , mots prononcés en 2014 !)

2010 – Fondation Rockefeller

(traduction PAGE 18 et 19 du document)

Description des scénarios

ÉTAPE DE CONFINEMENT

Un monde où le contrôle gouvernemental descendant est plus strict et le leadership plus autoritaire, où l’innovation est limitée et où les citoyens sont de plus en plus réticents.

En 2012, la pandémie que le monde attendait depuis des années a enfin frappé. Contrairement à la grippe H1N1 de 2009, cette nouvelle souche de grippe, issue des oies sauvages, a été extrêmement virulente et mortelle. Même les pays les mieux préparés à la pandémie ont été rapidement dépassés lorsque le virus s’est propagé dans le monde entier, infectant près de 20 % de la population mondiale et tuant 8 millions en sept mois seulement, dont une majorité de jeunes adultes en bonne santé. La pandémie a également eu un effet mortel sur les économies : la mobilité internationale des personnes et des marchandises s’est arrêtée, ce qui a affaibli des industries comme le tourisme et brisé les chaînes d’approvisionnement mondiales. Même les magasins et les immeubles de bureaux locaux, normalement très fréquentés, sont restés vides pendant des mois, sans employés ni clients.

La pandémie a balayé la planète – bien qu’un nombre disproportionné de personnes soient mortes en Afrique, en Asie du Sud-Est et en Amérique centrale, où le virus s’est propagé comme un feu de forêt en l’absence de protocoles de confinement officiels. Mais même dans les pays développés, le confinement était un défi. La politique initiale des États-Unis consistant à « décourager fortement » les citoyens de prendre l’avion s’est avérée mortelle par sa clémence, accélérant la propagation du virus non seulement aux États-Unis mais aussi au-delà des frontières. Cependant, quelques pays ont obtenu de meilleurs résultats, notamment la Chine. L’imposition et l’application rapides par le gouvernement chinois d’une quarantaine obligatoire pour tous les citoyens, ainsi que la fermeture instantanée et quasi hermétique de toutes les frontières, ont permis de sauver des millions de vies, d’arrêter la propagation du virus bien plus tôt que dans d’autres pays et permettant une reprise plus rapide après la pandémie.

Le gouvernement chinois n’est pas le seul à avoir pris des mesures extrêmes pour protéger ses citoyens contre les risques et l’exposition. Durant la pandémie, les dirigeants nationaux du monde entier ont assoupli leur autorité et imposé des règles et des restrictions étanches, allant du port obligatoire de masques faciaux à la vérification de la température corporelle à l’entrée des espaces communs comme les gares et les supermarchés. Même après l’atténuation de la pandémie, ce contrôle et cette surveillance plus autoritaires des citoyens et leurs activités se sont bloquées et même intensifiées. Afin de se protéger contre la propagation de problèmes de plus en plus globaux – des pandémies et du terrorisme transnational aux crises environnementales et à l’augmentation de la pauvreté – les dirigeants du monde entier ont pris le pouvoir plus fermement.

Au début, la notion d’un monde plus contrôlé a été largement acceptée et approuvée. Les citoyens ont volontairement renoncé à une partie de leur souveraineté – et de leur vie privée – au profit d’États plus paternalistes en échange d’une plus grande sécurité et stabilité. Les citoyens étaient plus tolérants, et même plus désireux d’une direction et d’une surveillance de haut en bas, et les dirigeants nationaux avaient plus de latitude pour imposer l’ordre comme ils le jugeaient bon. Dans les pays développés, cette surveillance accrue a pris de nombreuses formes : identification biométrique de tous les citoyens, par exemple, et réglementation plus stricte des industries clés dont la stabilité était jugée vitale pour les intérêts nationaux. Dans de nombreux pays développés, la coopération renforcée par une série de nouveaux règlements et accords a permis de rétablir lentement mais sûrement l’ordre et, surtout, la croissance économique.

Cependant, dans les pays en développement, l’histoire était différente – et beaucoup plus variable. L’autorité descendante a pris différentes formes dans différents pays, en s’appuyant largement sur la capacité, le calibre et les intentions de leurs dirigeants. Dans les pays où les dirigeants sont forts et réfléchis, le statut économique global des citoyens et la qualité de vie a augmenté. En Inde, par exemple, la qualité de l’air s’est considérablement améliorée après 2016, lorsque le gouvernement a interdit les véhicules à fortes émissions. Au Ghana, l’introduction de programmes gouvernementaux ambitieux visant à améliorer les infrastructures de base et à garantir la disponibilité d’une eau propre pour toute sa population a entraîné une forte diminution des maladies transmises par l’eau. Mais les dirigeants plus autoritaires ont moins bien fonctionné – et dans certains cas de façon tragique – dans les pays dirigés par des élites irresponsables qui ont utilisé leur pouvoir accru pour poursuivre leurs propres intérêts aux dépens de leurs citoyens.

Cette vidéo date de 2014, mais le sujet abordé date de 2010.

2009 – Attali, CIA et complotistes

Et que dire de notre prophète de malheur français ?

Et une autre source intéressante…

(page 215) Source : histoireebook.com

Et que dire pour ces complotistes ? Un documentaire qu’on a enfin réussi à trouver !

Ventura infiltre le groupe Bilderberg – une réunion annuelle très secrète d’élitistes qui se réunissent dans des hôtels de luxe, sous haute sécurité, et sont censés planifier les stratégies de domination du monde, y compris un « vaccin forcé volontaire ». L’OMS croit depuis les années 70 qu’il y a trop de gens sur terre et que le vaccin est un moyen de stériliser les gens. Le lieu et les participants de ces événements secrets sont souvent publiés en ligne. Bien que la plupart des épisodes de Conspiracy Theory aient été rediffusés, cet épisode n’a été montré qu’une seule fois, en grande partie à cause de la controverse entourant le contenu de l’épisode.

1917 – Rudolf Steiner

L’élimination de l’âme et de l’esprit par le vaccin,
selon Rudolf Steiner

Il y a plus de cent ans, Rudolf Steiner a écrit ce qui suit :« Dans le futur, on éliminera l’âme par des médicaments. Sous prétexte d’un « point de vue sain » se trouvera un vaccin par lequel l’organisme humain sera traité, dès que possible, éventuellement directement à la naissance, afin que l’être humain ne puisse développer la pensée de l’existence d’âme et Esprit. Aux médecins matérialistes sera confiée la tâche d’éliminer l’âme de l’humanité. Comme aujourd’hui, on vaccine les gens contre cette maladie ou telle maladie, ainsi à l’avenir, on vaccinera les enfants avec une substance qui pourra être produite précisément de telle sorte que les gens, grâce à cette vaccination, seront immunisés d’être soumis à la « folie » de la vie spirituelle. Il serait extrêmement intelligent mais il ne développerait pas une conscience et c’est le véritable objectif de certains cercles matérialistes. Avec un tel vaccin, vous pouvez facilement faire en sorte que le corps éthérique se détache dans le corps physique. Une fois le corps éthérique détaché, la relation entre l’univers et le corps éthérique deviendrait extrêmement instable et l’homme deviendrait un automate, car le corps physique de l’homme doit être poli sur cette Terre par une volonté spirituelle. Alors le vaccin devient une sorte de force arymanique; l’homme ne peut plus se débarrasser d’un sentiment matérialiste donné. Il devient matérialiste de constitution et ne peut plus s’élever au spirituel. » Rudolf Steiner (1861-1925)

Source : L’art de vivre sain ou ICI

Pour approfondir, prenez le temps de regarder ces deux vidéos car elles vous aideront à comprendre plus en profondeur et avoir une meilleure idée des choix que vous avez :

Mais on peu aller encore plus loin…

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations