Plus de 100 dirigeants d’entreprise participent à une réunion inédite pour discuter des lois électorales des États

Kissinger met en garde Washington : « Acceptez le nouveau système mondial ou faites face à une situation géopolitique d’avant la Première Guerre mondiale »
13 avril 2021
Live du 13 avril 2021
13 avril 2021

Article original datant du 12/04/21

Etats-Unis:
Plus de 100 des plus grands chefs d’entreprise du pays se sont réunis virtuellement samedi pour discuter de la manière dont les entreprises peuvent continuer à répondre à l’adoption de lois électorales plus restrictives dans tout le pays, ce qui indique que les principales entreprises du pays préparent une réponse beaucoup plus solide et organisée au débat en cours.

Certains PDG ont participé depuis l’Augusta National Golf Club, où se déroule le tournoi de golf des Masters. Parmi les participants à la conférence Zoom de haut niveau figuraient des dirigeants des secteurs de la santé, des médias et des transports, ainsi que certains des principaux cabinets d’avocats et d’investissement du pays.

« Ce rassemblement a été une déclaration volontaire et enthousiaste de défi aux menaces de représailles pour avoir exercé leur voix patriotique », a déclaré Jeffrey Sonnenfeld, professeur de gestion à l’université de Yale, qui a participé à l’organisation de la conférence.

Les chefs d’entreprise « reconnaissent qu’ils doivent prendre les devants et ne craignent pas ces représailles », a-t-il ajouté. « Ils font preuve de dédain à l’égard de ces attaques politiques. Non seulement ils se fortifient les uns les autres, mais ils voient que cette contamination de la maladie des restrictions électorales de la Géorgie à 46 autres États est basée sur une fausse hypothèse et est antidémocratique.

Le Centre Brennan, non partisan, qui a suivi les propositions de loi sur le vote à travers le pays, a découvert que les législateurs de 47 États ont introduit 361 projets de loi qui restreindraient l’accès au vote. Parmi ces projets de loi restrictifs, au moins 55 sont en cours d’examen dans les législatures de 24 États. Jusqu’à présent, 29 d’entre eux ont été adoptés par une chambre, tandis que 26 d’entre eux sont passés par un vote en commission. Au total, cinq projets de loi ont été promulgués, dont celui de la Géorgie à la fin du mois de mars.

Dans le sillage de la nouvelle loi en Géorgie, Delta Air Lines, Coca-Cola et les assurances Aflac, entre autres entreprises basées dans l’État de la pêche (la Géorgie, NdT), se sont prononcées contre la loi. Les dirigeants républicains, dont l’ancien président Trump, ont à leur tour appelé au boycott de ces entreprises pour s’être exprimées. Des organisations libérales, des groupes de défense des droits civiques et certains dirigeants du parti démocrate ont déclaré que les entreprises ne s’étaient pas exprimées avec suffisamment de force, ou en temps et en heure avant l’adoption de la loi, ce qui, selon eux, aurait pu empêcher l’adoption de la loi.

Ce retour de bâton, ainsi que la récente décision de 72 cadres noirs, anciens et actuels, de s’exprimer avec plus de force sur les changements proposés aux lois électorales, ont incité les participants à l’appel à agir, a déclaré M. Sonnenfeld.

Ces PDG ont dit : « Ça suffit, nous allons nous rassembler et renforcer nos collègues PDG ». C’était une déclaration d’affirmation que la voix des entreprises dans le monde politique est valable », a-t-il déclaré.

Les organisateurs ont également souligné que la réunion était organisée bien avant que le chef de la minorité du Sénat, Mitch McConnell, ne dénonce et ne critique avec colère, la semaine dernière, les chefs d’entreprise qui, selon lui, ont été induits en erreur par les arguments des démocrates contre les nouvelles lois. En déplacement dans le Kentucky la semaine dernière, M. McConnell a exhorté les chefs d’entreprise à « rester en dehors de la politique » et a prévenu qu’il y aurait des conséquences non précisées s’ils s’exprimaient contre les nouvelles lois. Il est ensuite revenu sur ces commentaires, mais a déclaré que les chefs d’entreprise avaient tort.

Les participants à la réunion ont confirmé que les commentaires de McConnell ont été évoqués, mais qu’ils n’étaient pas au centre de la réunion.

« Il y avait de l’humour et des moqueries à ce sujet », a déclaré un participant, ajoutant qu’une autre personne de la visioconférence « a fait référence à ‘donnez-nous juste votre argent et restez tranquilles’. Un autre a dit : « N’est-ce pas ironique de savoir qui parle de la culture de l’annulation ? ».

« Ce n’était pas un sujet de discussion primordial », a déclaré un autre participant à propos des commentaires de McConnell, « mais il est certain que tout le monde en est conscient et en a conscience. Il n’a en aucun cas été à l’origine de cette réunion – les discussions sur cette réunion ont commencé avant qu’il ne s’exprime. »

Parmi les participants figuraient Arthur Blank, propriétaire des Atlanta Falcons de la NFL, James Murdoch et sa femme, Kathryn Hufschmid, Adam Aron, PDG d’AMC Theatres, Brad Karp, président du cabinet d’avocats Paul, Weiss, Mellody Hobson, co-PDG d’Ariel Investments ; Doug McMillon, PDG de Walmart ; Scott Kirby, PDG de United Airlines ; Doug Parker, PDG d’American Airlines ; Chip Bergh, président de Levi Strauss Company ; Reid Hoffman, cofondateur de LinkedIn, ont déclaré à CBS News plusieurs personnes au courant de la réunion.

Mary Barra, PDG de General Motors, et Ed Bastian, PDG de Delta Air Lines, ont également été invités mais n’ont pas pu assister à la réunion, ont indiqué ces personnes.

Bob Bakish, président et PDG de ViacomCBS, a également assisté à la réunion. Un porte-parole de la société, qui exploite CBS News, n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

« Nous avons invité 120 PDG avec un préavis d’environ 50 heures. Nous avions prié pour qu’il y en ait 25 et nous avons obtenu 90 PDG et 30 autres invités, dont des experts juridiques, des experts en technologie et des historiens », a déclaré M. Sonnenfeld.

Outre M. Sonnenfeld, la réunion a été organisée par Lynn Forester de Rothschild, partenaire fondatrice d’Inclusive Capitalism LLC, et Leadership Now, un groupe d’anciens élèves de l’université de Harvard et de chefs d’entreprise dont l’objectif est de soutenir la démocratie.

Parmi les intervenants de l’appel de samedi, citons Kenneth Chenault, l’ancien PDG d’American Express, et Kenneth Frazier, le PDG de Merck, qui a aidé à organiser la campagne des 72 cadres noirs et a encouragé les participants à en faire plus.

La réunion s’est terminée sans projet ni calendrier concret, mais avec un plan général pour rédiger des réponses potentielles en fonction de la taille et des ressources de l’entreprise.

M. Sonnenfeld et d’autres participants à l’appel ont déclaré qu’il n’y avait pas eu de pression, d’encouragement ou d’assistance de la part des membres des partis démocrate ou républicain, mais que certains avaient suggéré de contacter les « anciens » des deux partis pour les aider à définir les prochaines étapes. Pour l’instant, cependant, le groupe devrait tenir les dirigeants politiques à l’écart de ses discussions.

« Il est évident qu’il y a eu une grande prise de conscience au cours des dernières semaines. Le monde des affaires ne veut pas être pris au dépourvu dans cette affaire. Il s’agit donc de protéger les dirigeants et de ne pas manquer l’occasion de le faire », a déclaré une autre personne au courant de la réunion.

First-of-its-kind meeting draws more than 100 corporate leaders to discuss state voting laws
Organizers also stressed that the meeting was being put together long before Senate Minority Leader Mitch McConnell denounced companies' reactions to Georgia's law.