Raffensperger est le visage du simulacre des élections

Tous complotistes : Oui, mais pourquoi ? – Live du 29 janv 2021
30 janvier 2021
Un des cas d’espionnage politique les plus explosifs de l’histoire américaine moderne : le « Spygate ».
30 janvier 2021
Brad Raffensperger

Raffensperger de Géorgie pris dans un autre scandale – après que ses affirmations selon lesquelles les « audits » des machines de vote et des élections en Géorgie ont été effectués par un auditeur certifié ont été remises en question

Le secrétaire d’État géorgien Brad Raffensperger est le visage du simulacre des élections de 2020. Ses actions en Géorgie sont répréhensibles. Et maintenant, nous l’avons pris dans un autre scandale.

Il est vraiment difficile de découvrir les mots pour décrire les actions du secrétaire d’État géorgien Brad Raffensperger pendant le cycle des élections de 2020. Nous avons fait de nombreux rapports sur ses actions et aujourd’hui nous pouvons ajouter à la liste encore plus de malhonnêteté de sa part.

À ce jour, des centaines de milliers de bulletins de vote n’ont pas été accompagnés de la documentation légale nécessaire pour confirmer les résultats des élections de 2020 en Géorgie. Le secrétaire d’État Raffensperger a quand même certifié les résultats.

Des centaines de milliers de bulletins de vote n’ont pas les documents requis par la loi pour confirmer leur validité. Ces votes n’auraient jamais dû être certifiés par qui que ce soit :

Le secrétaire d’État géorgien, Raffensperger, a certifié les résultats des élections de 2020 en Géorgie, sachant que 460 000 bulletins de vote manquaient à la chaîne de documentation légalement requise

Et ce n’est pas tout, Raffensperger a fait appel à un cabinet pour auditer les machines à voter du Dominion avant et après les élections de 2020. Mais Raffensperger a dissimulé des informations sur la société d’audit et a en fait menti sur ses certifications.

L’avocat Sidney Powell l’a déclaré au World Tribune :

« Il devrait y avoir une enquête, une enquête criminelle approfondie, franchement, sur tous ceux qui ont été impliqués dans l’acquisition du système de vote de l’État de Géorgie », a déclaré l’avocat Sidney Powell.

La société engagée par le secrétaire d’État géorgien pour mener un « audit » de la technologie des systèmes de vote du Dominion utilisée lors des élections de 2020 est la même que celle qui a précédemment certifié les systèmes du Dominion et a également approuvé un changement de logiciel de dernière minute à l’échelle du système quelques semaines avant l’élection.

Dans sa déclaration du 17 novembre annonçant les résultats de l’audit, le secrétaire d’État Brad Raffensperger a omis de révéler que la société, Pro V&V, avait une relation préexistante avec Dominion qui remontait à plusieurs années.

Raffensperger a également omis de divulguer que Dominion avait utilisé des conclusions techniques de Pro V&V dans un procès préélectoral en Géorgie qui mettait en doute la fiabilité des systèmes de Dominion lors d’une correction de logiciel de dernière minute avant les élections du 3 novembre. Les tests de Pro V&V avaient été qualifiés de « superficiels » et de « tests superficiels » par un expert cité dans des documents judiciaires.

Dans cette déclaration largement citée, M. Raffensperger a déclaré que l’audit des machines de Dominion était complet, qu’il n’y avait « aucun signe d’acte criminel » et que « Pro V&V n’a découvert aucune preuve » de falsification des machines :

« Nous sommes heureux, mais pas surpris, que l’audit des machines de vote de l’État ait été un succès incontestable », a déclaré le secrétaire d’État Raffensperger. « La sécurité des élections a été une priorité absolue depuis le premier jour de mon administration. Nous avons établi des partenariats avec le ministère de la sécurité intérieure, le Georgia Cyber Center, les experts en sécurité de Georgia Tech et un large éventail d’autres experts en sécurité électorale dans l’État et le pays, afin que les électeurs géorgiens puissent être assurés que leur vote est sûr et sécurisé ».

M. Raffensperger a également inclus une description impressionnante de Pro V&V dans sa déclaration, mais il a encore une fois omis de divulguer la relation de l’entreprise avec Dominion, et n’a pas non plus abordé le fait que Pro V&V semble être une très petite entreprise privée qui opère à partir d’un seul bureau.

Raffensperger a publié une note sur les résultats de l’audit de Pro V&V à cette époque :

Pro V&V basé à Huntvill, Alabama, est un laboratoire de test des systèmes de vote (VSTL) certifié par la Commission d’assistance électorale américaine, ce qui signifie que le laboratoire est « qualifié pour tester les systèmes de vote selon les normes fédérales » VSTL

Le problème avec le mémo de M. Raffensperger est que Pro V&V n’a pas été certifié en 2020 au moment où il a effectué les audits des machines de vote Dominion en Géorgie.

Elle avait été certifiée jusqu’en 2017, mais il n’y a jamais eu de preuve qu’elle avait été re-certifiée jusqu’à hier.

Nous avons signalé hier matin que Pro V&V n’était pas certifiée et hier après-midi, l’EAC a publié des notes de service sur son site pour la re-certification de Pro V&V. (On ne sait toujours pas quelles actions ont été entreprises pour re-certifier Pro V&V si rapidement après notre rapport) :

Le conseil des superviseurs du comté de Maricopa en Arizona a menti – L’EAC a mis à jour son site web après que le rapport de Gateway Pundit ait découvert que leurs auditeurs n’étaient pas certifiés

Quoi qu’il en soit, lorsque Raffensperger a affirmé que Pro V&V était un auditeur certifié, il a eu tort, il a menti.

Les habitants de Géorgie devraient être furieux de la façon dont ils ont été traités lors des élections de 2020 et des nombreuses anomalies qui n’ont JAMAIS fait l’objet d’une enquête.
Les machines de vote choisies par le secrétaire d’État Raffensperger n’ont jamais été examinées par un auditeur certifié, mais le secrétaire d’État Raffensperger a affirmé qu’elles l’étaient. Il a menti.