Ray Epps a un lien avéré avec le FBI – mais ce n’est pas ce que tout le monde pensait

Article original datant du 23/01/22

Ray Epps, « l’homme mystère » qui est impliqué dans le lancement même des émeutes du Capitole, a nié être un informateur ou un agent du FBI devant la commission partisane de la Chambre des représentants le 6 janvier.

En ce qui concerne les médias grand public, ils préféreraient se laver les mains de cette affaire. « Affaire classée », disent-ils. « Il est temps de passer à autre chose. Rien à voir ici ! »

Mais pour des raisons inconnues, Ray Epps est un homme libre. Non seulement il est libre alors que les grands-mères MAGA languissent en prison, attendant leur procès pour des charges relativement mineures, mais il a inexplicablement trouvé des défenseurs dans la presse de gauche.

Ce sont des démocrates enragés qui méprisent et qui souhaitent le malheur de tout partisan de Trump simplement pour avoir commis le crime de pensée de ne pas être d’accord avec eux.

Mais Ray Epps ? Non, il ne faut pas remettre en question son comportement bizarre la veille et le jour du 6 janvier – un comportement qui lui a valu d’être interpellé en public pour être soupçonné d’être un « Fed » (un informateur infiltré pour le compte des agents fédéraux, NdT). En effet, les partisans de Trump, du genre de ceux qui ont participé à plus de 480 rassemblements pacifiques avec l’ancien président, ont interpellé Epps à plusieurs reprises pour ses étranges sollicitations non invitées à prendre d’assaut le bâtiment du capitole. Leur réaction ? Ils l’ont évité.

Mais il s’avère qu’Epps a ses défenseurs, même parmi ceux qui ont une longue expérience du FBI. En effet, nul autre que son propre avocat.

@DarrenJBeattie
Après avoir obtenu son diplôme de droit en 1975, [l’avocat de Ray Epps] a entamé une carrière enrichissante de neuf ans en tant qu’agent du FBI au sein du ministère de la Justice des États-Unis, d’abord à Cleveland, puis à Phoenix…

@DarrenJBeattie
[L’avocat de Ray Epps] a tout vu, son plus grand atout est sa relation avec les procureurs et les forces de l’ordre, ce que les autres avocats ne peuvent pas faire en raison de son expérience…

« Après avoir obtenu son diplôme de droit en 1975, [l’avocat de Ray Epps] a entamé une carrière enrichissante de neuf ans en tant qu’agent du FBI au sein du ministère de la Justice des États-Unis, d’abord à Cleveland puis à Phoenix », rapporte Darren J. Beattie de Revolver News. « [L’avocat de Ray Epps] a tout vu, son plus grand atout est sa relation avec les procureurs et les forces de l’ordre, ce que les autres avocats ne peuvent pas faire en raison de son expérience… ».

C’est une pépite fascinante. Pourquoi un avocat lié au FBI représenterait-il Ray Epps, qui est l’un des principaux provocateurs des émeutes du 6 janvier ?

Loin que cette affaire soit réglée et qu’elle soit maintenant reléguée dans la « boîte aux oubliettes » des médias, portant la mention « les théories de conspiration de droite vont ici », le ministère de la Justice refuse de commenter la simple question de savoir si des informateurs ou des agents du FBI travaillaient ou non avec la foule au capitole ce jour-là.

Le 11 janvier, le sénateur Ted Cruz a déclenché cinq alarmes dans la presse de l’establishment en interrogeant les responsables du FBI sur l’identité de Ray Epps.

@ColumbiaBugle
L’interrogatoire complet du sénateur @tedcruz au FBI lors de l’audition judiciaire du Sénat aujourd’hui pour savoir si des informateurs du FBI étaient présents le 6 janvier et Ray Epps.

« Combien d’agents du FBI ou d’informateurs confidentiels ont participé activement aux événements du 6 janvier ? »

« Qui est Ray Epps ? »

@ColumbiaBugle
Sénateur @tedcruz : « Mme Sanborn, qui est Ray Epps ? »

Jill Sanborn : « Je suis au courant de cet individu, monsieur. »

Le sénateur Cruz n’a pas lâché. Jill Sanborn, directrice adjointe exécutive de la Direction de la sécurité nationale, n’a pas voulu confirmer ou infirmer. « Monsieur, je ne peux pas répondre à cette question », a-t-elle dit.

@ColumbiaBugle
En réponse à @ColumbiaBugle
Le sénateur @tedcruz revoit les images de Ray Epps les 5 et 6 janvier.

Sénateur Cruz : « Mme Sanborn, Ray Epps était-il un FED ? »

Jill Sanborn : « Monsieur, je ne peux pas répondre à cette question. »

@ColumbiaBugle
Le sénateur @tedcruz demande pourquoi Ray Epps a été retiré de la liste des personnes recherchées par le FBI le 6 janvier.

Lors d’une audition à la Chambre des représentants en octobre, Thomas Massie, membre du Congrès du Kentucky, avait mis sur la sellette le procureur général Merrick Garland au sujet de l’implication présumée du gouvernement fédéral.

@RepThomasMassie
J’ai interrogé le procureur général Garland pour savoir si des agents fédéraux étaient présents le 16 janvier et s’ils se sont agités pour entrer dans le Capitole. Le procureur général Garland a refusé de répondre.

Le procureur général Garland a également refusé de résoudre l’affaire.

Mais Ray Epps a nié avoir travaillé avec les fédéraux devant la commission partisane du 6 janvier, nous dit-on. Plus de questions ! Faux.

C’est un affront flagrant au public américain qu’un homme qui a joué un rôle clé dans le déclenchement d’une émeute qui a été caractérisée par des démocrates enragés comme une attaque contre la « démocratie » équivalente au 11 septembre et à Pearl Harbor, échappe non seulement à la justice, mais aussi à la critique de la presse officielle.

Pourtant, le 6 janvier, Epps et plusieurs de ses associés non identifiés se trouvaient en plein milieu de l’action des émeutes du capitole et ont manifestement agi comme des provocateurs. Simultanément, Epps a pris soin de s’assurer que les officiers de police du Capitole ne se mettent pas en danger. C’est très attentionné de la part d’un homme qui serait autrement décrit par les journalistes de gauche comme un « traître » et un « séditieux ».

Il y aurait beaucoup à dire sur l’importance de l’affaire Epps, mais les faits suivants suffisent à montrer que de graves questions restent en suspens.

Le 5 janvier, dans une vidéo qui a été largement visionnée sur Twitter, on peut entendre Epps dire : « Je n’aime même pas le dire parce que je vais être arrêté. Je vais le dire. Nous devons aller au Capitole. »

Étrangement, Epps continue de se promener autour du Capitole les 5 et 6 janvier, s’immisçant dans les conversations des gens, et les exhortant à entrer dans le Capitole, tout en se référant obtusément à « La Constitution. »

Ray Epps a déclaré à The Arizona Republic, lors d’une brève interview téléphonique après les émeutes, qu’il s’était rendu au Capitole, mais qu’un avocat lui avait conseillé de ne pas en parler.

Une vidéo en ligne ci-dessous semble le montrer en train de dire : « Nous sommes ici pour défendre la Constitution » et « Nous devons aller au Capitole ».

@MissN0b0dy1
Désaccord entre partisans de Trump à #dc

Le 8 janvier, le bureau local du FBI a tweeté une photo où figure un homme qui semble être Epps. Il semble qu’il puisse être vu sur la photo n°16 en bas à gauche de la série de tweets.

@FBIWFO
En réponse à @FBIWFO
Le #FBIWFO demande l’aide du public pour identifier les personnes qui ont pénétré illégalement dans le bâtiment du Capitole des États-Unis le 6 janvier. Si vous avez été témoin d’actions violentes illégales, contactez le #FBI au 1-800-CALL-FBI ou soumettez des photos/vidéos à http://fbi.gov/USCapitol. https://fbi.gov/wanted/seeking-info/violence-at-the-united-states-capitol

@FBIWFO
Le #FBIWFO demande l’aide du public pour identifier les personnes qui ont pénétré illégalement dans le bâtiment du Capitole des États-Unis le 6 janvier. Si vous avez été témoin d’actions violentes illégales, contactez le #FBI au 1-800-CALL-FBI ou envoyez des photos/vidéos à http://fbi.gov/USCapitol. https://fbi.gov/wanted/seeking-info/violence-at-the-united-states-capitol-2.

Le suspect du FBI sur la photo n°16 peut être vu dans cette vidéo source de violation de barricade complète à l’instant 0:48 :

Dans la vidéo ci-dessus, Epps travaille avec un jeune homme athlétique et bien bâti. Nous apprendrons plus tard que cet homme est Ryan Samsel, qui a été désigné dans l' »équipe d’intervention » d’Epps pour faire l’objet de poursuites fédérales et de persécutions en prison.

Ray Epps a donc été parmi les toutes premières personnes à fomenter l’émeute du 6 janvier. C’est un fait et il peut être retracé dans les reportages du New York Times, ainsi que dans les déclarations du ministère de la Justice. Et pourtant, ni Epps ni plusieurs auteurs « inconnus » avec lesquels il semble s’être coordonné n’ont été traduits en justice. Ni le ministère de la Justice, d’ailleurs. Pourquoi ?

« Après des mois de recherche, l’équipe de journalistes d’investigation de Revolver peut maintenant révéler que Ray Epps semble être parmi les principaux orchestrateurs de la toute première violation des barricades de police du Capitole à 12h50 le 6 janvier », rapportait Revolver en octobre. « Epps semble avoir dirigé l’équipe qui a commis les premiers actes illégaux en ce jour fatidique. Qui plus est, Epps et son ‘équipe d’intrusion' » ont fait tout leur sale boulot alors qu’il restait encore 20 minutes au discours du président Trump sur le National Mall, et que la grande majorité des partisans de Trump étaient encore à 30 minutes du Capitole. »

« Deuxièmement, Revolver a également déterminé, et le prouvera ci-dessous, que le FBI a furtivement retiré Ray Epps de sa liste des personnes les plus recherchées pour violence au Capitole le 1er juillet, juste un jour après que Revolver ait exposé la protection inexplicable et casse-tête du FBI sur l’associé connu d’Epps et le leader des Oath Keepers, Stewart Rhodes », a-t-il poursuivi. « Le 1er juillet était également juste un jour après qu’un rapport séparé du New York Times ait amplifié un mensonge flagrant et falsifiable sur le rôle d’Epps dans les événements du 6 janvier. »

« Enfin, Ray Epps semble avoir travaillé aux côtés de plusieurs personnes – dont beaucoup n’ont pas été inculpées de manière suspecte – pour ouvrir une brèche dans les barricades de la police qui a incité un flot ultérieur de manifestants MAGA sans méfiance à pénétrer involontairement sur les terrains restreints du Capitole et à se mettre en danger sur le plan juridique », ajoute le rapport.

Le manque de transparence du gouvernement fédéral ne fait qu’accroître la méfiance du peuple américain. Cette méfiance ne s’atténuera pas avec des star chambers partisanes ou des voiles juridiques de secret.

Il y a encore environ 14 000 heures de vidéosurveillance qui n’ont pas été rendues publiques, malgré l’appel à l’aide du FBI pour trouver soi-disant des suspects. Ces suspects incluraient les associés d’Epps, ainsi que des suspects essentiels comme le suspect des bombes artisanales du RNC et du DNC.

On pourrait penser que ces menaces imminentes pour la sécurité nationale se verraient accorder la plus haute priorité. Ce sont les ignobles méchants qui ont presque (le comment n’est pas expliqué) réalisé un coup d’État et renversé le gouvernement des États-Unis. Le gouvernement fédéral nous assure que nous avons été à deux doigts d’avoir une dictature de Q Anon dirigée par un acteur raté portant une casquette Buffalo.

Au lieu de cela, ce sont vraiment les touristes MAGA sur lesquels le ministère de la Justice semble faire une fixation pour les poursuites et les persécutions. Ça ne colle pas.

Si l’on fait le tour des antécédents du FBI, on trouve un certain nombre d’exemples d’agents et d’informateurs provoquant ou piégeant des groupes d’extrême droite. Il y a eu les cas du complot d’enlèvement du Michigan et de l’opération du ranch Bundy, qui ont été cités par Revolver News.

Il n’est pas déraisonnable de penser que le FBI avait également infiltré trois des plus grands groupes d’extrême droite américains avant l’une des dates les plus controversées de la mémoire politique récente. C’est soit de la négligence, soit de la complicité s’ils n’ont pas infiltré ces groupes et mis un terme à leurs actions coordonnées à l’avance. Une véritable mission d’enquête permettrait donc de déterminer quelle est la meilleure explication.

Tout le monde savait que ça allait arriver. Personne n’a rien fait pour l’empêcher. On peut pardonner aux gens de penser que cela pourrait être encore pire que cela.

Il y a aussi la question de la connaissance et du rôle potentiel de la Présidente de la Chambre Pelosi dans l’orchestration de l’effondrement de la sécurité à cette date, d’autant plus qu’il y avait des informations des semaines, voire des mois avant l’événement.

Tout cela se déroule dans un contexte de profonde méfiance entre le public et les institutions qui sont censées représenter ses intérêts. La presse d’établissement et le parti démocrate peuvent être prompts à oublier leur rôle dans la fabrication du canular de la collusion russe, mais le peuple américain n’a pas oublié.

On pourrait s’attendre à ce que les journalistes, dont on a découvert qu’ils ont trompé le public pendant des années, sapant ainsi la confiance dans les élections qu’ils se sentent soudainement en droit de protéger, éprouvent le moindre sentiment de culpabilité. Pourtant, ils se sont décerné des prix pour avoir mené à bien leur ruse destructrice. C’est dire à quel point le décalage est grand maintenant.

Ainsi, étant donné la méfiance justifiée envers la presse de l’establishment, ainsi que le comportement des politiciens de D.C. tout au long des années Trump, on ne peut pas blâmer les gens de se méfier un peu de la narration officielle.

Note de l’éditeur : Cet article a été légèrement modifié après sa publication.

The 'Mystery Man' Ray Epps Indeed Has a Proven Link to the FBI — It's Just Not ...
"It is not unreasonable to believe the FBI infiltrated three of the biggest right-wing groups in America ahead one of the most contentious dates in recent political memory."

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations