Récolte du sang des jeunes : Une autre « théorie du complot » confirmée par les faits

Article original datant du 07/06/22

Pour l’amour du ciel ! Les prophètes théoriciens de la conspiration d' »extrême droite » sont à nouveau justifiés.

Il ne s’agit plus d’une « théorie du complot », mais d’un « fait » officiel, car les médias grand public le reconnaissent désormais.

Via The Telegraph :

« Aussi macabre que cela puisse paraître, la science commence à découvrir que les « greffes de jeunesse » peuvent réellement ralentir le processus de vieillissement.

La fontaine de jouvence, semble-t-il, c’est la jeunesse elle-même. »

« Les « greffes de jeunesse » sont un euphémisme pour aspirer les fluides vitaux des bébés/enfants « donneurs » et les injecter à des receveurs vieillissants :

« Bien que personne ne suggère de siphonner les fluides corporels des jeunes pour les injecter dans nos personnes âgées… l’infusion de liquide céphalorachidien de jeunes souris dans de vieilles souris améliore les fonctions cérébrales, une percée scientifique. »

Donc, « personne ne suggère » d’extraire médicalement le liquide céphalorachidien de bébés/enfants et de l’injecter à des clients âgés (avec vraisemblablement de gros moyens)… sauf que c’est précisément ce qu’ils étudient la faisabilité de faire.

Les entrepreneurs biomédicaux, en fait, encaissent déjà de l’agent:

« En 2019, une start-up américaine appelée Ambrosia qui proposait du plasma sanguin d’adolescent aux milliardaires de la Silicon Valley pour 8 000 dollars le litre a été contrainte de fermer… »

À votre avis, d’où provenait ce « plasma sanguin d’adolescent » ? Des riches enfants des élites de DC, ou de la fille d’un pauvre fermier dans un village du Guatemala, ou des rues de Compton (quartier de Los Angeles connu pour sa violence, NdT), ou d’un quelconque canton des Appalaches ?

La FDA (Administration régissant le commerce de la nourriture et des médicaments, NdT) a émis un avertissement contre les services d’Ambrosia pour des raisons de sécurité, mais le fondateur a rouvert après avoir brièvement fermé, dit-il, avec la simple justification que « nos patients veulent vraiment le traitement. »

Les méga-riches peuvent manquer de respect à LaScience© lorsqu’ils « veulent vraiment » récolter le sang des pauvres du monde, mais vous ne pouvez pas le faire si vous êtes sceptique à l’égard des « thérapies géniques » expérimentales à base d’ARNm COVID-19 commercialisées comme des vaccins.

Bien sûr, cette recherche n’est pas nouvelle sous le soleil ; elle se transforme tranquillement en une industrie lucrative depuis des années.

Alkahest de la Silicon Valley et d’autres start-ups biomédicales mènent des recherches similaires.

Bien sûr, cette recherche n’est pas nouvelle sous le soleil ; elle se transforme tranquillement en une industrie lucrative depuis des années.

Alkahest de la Silicon Valley et d’autres start-ups biomédicales mènent des recherches similaires.

Comme on pouvait s’y attendre, l’intérêt de Bill Gates pour cette industrie naissante a également été piqué au vif.

Gates, l’homme monopolistique par excellence dans un accoutrement non menaçant à la M. Rogers (Fred Rogers) (wiki), n’aime rien tant que de s’accaparer le marché d’un nouveau produit biomédical de valeur.

Pourquoi les médias grand public (« mainstream ») font-ils maintenant la promotion des transfusions sanguines anti-âge ?

Auparavant, les nouvelles de la recherche financée par l’élite sur les transfusions sanguines en tant que fontaine de jouvence étaient reléguées dans les franges du journalisme facilement ignorées. Les médias « respectables », selon leurs propres estimations, ne voulaient pas y toucher.

Aujourd’hui, le génie est sorti de la bouteille. Les médias grand public tels que The Telegraph ont pris la décision éditoriale qu’il était logique de diffuser les idées qui étaient autrefois, même si elles n’étaient pas tout à fait cachées, définitivement en dehors du champ de la conscience publique.

Exposer ces recherches à l’enquête et au débat publics avant le bon moment aurait pu susciter de sérieuses réactions éthiques et menacer leur développement.

Rappelez-vous, à l’époque de George W Bush, les cellules souches étaient un sujet de contestation éthique. Regardez à quel point le terrain contesté s’est déplacé.

C’est ce qu’on appelle « déplacer la fenêtre d’Overton (WIKI) », c’est-à-dire déplacer les limites des restrictions éthiques issues du consensus, lentement mais sûrement. De cette façon, l’État corporatif biomédical évite l’écueil de susciter suffisamment d’agitation populaire pour faire dérailler ses projets favoris. Au contraire, il introduit ces concepts sur une ligne de temps contrôlée.

L’article du Telegraph dévoile ce jeu rhétorique dans le dernier paragraphe :

« Il ne faudra peut-être que quelques années pour que les « transplantations de jeunes » passent enfin des pages des romans d’horreur gothiques à la clinique. Reste à savoir si les patients seront dégoûtés par de telles procédures vampiriques. »

Maintenant que cacher ce type de recherche à l’enquête publique ne sera plus possible d’un point de vue logistique à mesure qu’elle sera adoptée à plus grande échelle, le travail consiste à la normaliser.

Les mêmes médias corporatifs qui couvrent maintenant le phénomène des prélèvements sanguins l’ont longtemps dépeint comme une « théorie du complot ».

Et pas seulement une « théorie du complot », mais la pire de toutes : une « théorie du complot antisémite« , qu’ils ont assimilée à la diffamation historique du sang.

L’essentiel ici est que les « théoriciens de la conspiration », une fois de plus – comme ce fut le cas avec les coronavirus fabriqués en laboratoire pour instancier une technocratie biomédicale mondiale – n’avaient pas tort ; ils étaient en avance sur leur temps.

D’abord, les médias d’entreprise ignorent les reportages gênants qu’ils ne sont pas prêts à présenter au public, puis ils les nient carrément et qualifient les journalistes qui en parlent de « théoriciens de la conspiration ».

Puis, quand ils ne peuvent plus nier, ils obscurcissent pour dissimuler le véritable agenda en posant d’autres motifs philanthropiques plus purs.

Dans ce cas, le motif philanthropique proposé pour justifier la collecte de sang des pauvres du monde entier au profit de l’élite est la prévention des maladies chroniques comme la maladie de Parkinson :

« À l’avenir, j’espère que nous trouverons davantage de moyens d’exploiter les substances présentes dans notre sang pour réduire l’inflammation et favoriser la guérison… [cela] pourrait éventuellement nous permettre de mieux attaquer les protéines qui ont été impliquées dans les maladies d’Alzheimer, de Parkinson et d’autres maladies neurodégénératives. « 

Bill Gates

Cette promesse pourrait se révéler vraie – pour eux. Si l’élite obtient ce qu’elle veut, vous ne bénéficierez jamais d’une telle recherche. Vous ferez toujours partie de la classe des donneurs, des expérimentés – jamais des bénéficiaires.

Le transhumanisme, c’est une proportion infinitésimale de la population qui transcende son humanité en fusionnant avec la technologie tout en faisant des expériences sur les mangeurs d’inutiles et, quand ils ont fini, en exterminant le reste. C’est le futur qu’envisagent les gens du Forum Economique Mondial.

Nous, les non-élites, sommes les participants involontaires aux essais cliniques (ce qui, sans consentement éclairé approprié, est un crime de Nuremberg en matière de droits de l’homme). Des rats de laboratoire sur une planète prison.

Le temps révélera de plus en plus la vérité. Et d’autres « théoriciens de la conspiration » seront justifiés dans l’intervalle.

Youth Blood Harvesting: Another ‘Conspiracy Theory’ Vindicated as Fact
ZeroHedge - On a long enough timeline, the survival rate for everyone drops to zero

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations