Rosenstein dirigeait-il simultanément l’enquête du Procureur spécial Mueller et l’enquête sur le Spygate ?

Article original datant du 22/03/22

Rod Rosenstein

Lorsque de nouvelles déclassifications sont faites concernant ce qui s’est passé pendant la période clé de janvier à juin 2017, il est important de regarder les premiers événements du Spygate avec un regard neuf.

Un bon journaliste peut utiliser les récentes divulgations pour réévaluer sa compréhension des événements passés. Les journalistes qui ne peuvent ou ne veulent pas le faire n’auront pas une compréhension précise de l’histoire et rendront ainsi un mauvais service à leurs lecteurs.

De nombreux experts, journalistes et personnalités médiatiques de droite ont, à ce stade, des propos figés sur Jeff Sessions et Rod Rosenstein. Les nouvelles informations doivent être suivies où qu’elles mènent. Vous ne pouvez pas laisser un vieux narratif vous arrêter, quelle que soit sa popularité ou les personnes qui semblent l’approuver publiquement.

Sessions a été caractérisé comme étant un lâche paralysé par la tâche écrasante de défendre le président qui l’a nommé contre une foule de saboteurs à l’intérieur des agences d’application de la loi qu’il dirigeait. Rosenstein est considéré comme un serpent traître et un des principaux comploteurs du Spygate, qui aurait conspiré pour destituer le président Trump.

Les récentes déclassifications montrent que ces narratifs sont faux. Il semble maintenant que le très décrié Rosenstein dirigeait en même temps le très public bureau du procureur spécial Mueller et la très secrète enquête Durham.

Voici ce que les déclassifications du Directeur du Renseignement National, John Ratcliffe, ont révélé depuis octobre dernier :

  • Tous les acteurs majeurs du scandale du Spygate savaient dès septembre 2016 que le narratif de la collusion Trump/Russie qui leur était colporté par divers agents politiques provenait directement de la campagne d’Hillary Clinton. Des notes manuscrites du directeur de la CIA, John Brennan, montrent qu’il a informé le président Obama de la « campagne des sales coups » de Clinton le 28 juillet 2016.
  • Le procureur américain John Durham a commencé ses enquêtes liées au Spygate – probablement en rapport avec les campagnes de fuites menées par les comploteurs – en avril 2017.
  • Durham a été chargé d’enquêter sur les campagnes de fuites coordonnées du Spygate au sein du FBI par Rosenstein parce que Sessions s’était récusé de toutes les affaires liées à Trump/Russie et à l’élection de 2016 le 2 mars 2017, plus d’un mois avant que Durham ne soit chargé de commencer à enquêter.
  • Rosenstein supervisait déjà l’enquête de Durham sur les fuites du Spygate avant que James Comey ne soit licencié et que l’enquête dy procureur spécial Mueller ne soit entamée en mai 2017.
  • L’agent principal de Crossfire Hurricane, Peter Strzok, est repéré dans un message SMS discutant de multiples autres enquêtes fédérales de contre-espionnage ciblant Trump et ses associés pour collusion russe avant le lancement de Crossfire le 31 juillet 2016.
  • Aucune de ces autres multiples affaires de contre-espionnage ciblant Trump n’avait été révélée publiquement auparavant.
  • Le bureau de l’avocat spécial de Durham enquête déjà sur ces cas de contre-espionnage cachés depuis longtemps. Ils ne peuvent être déclassifiés que si le fait de les faire connaître au public n’interfère pas avec le travail en cours de Durham.
  • Bien sûr, la plus grande révélation de ces nouvelles déclassifications est que pendant tout le temps où il supervisait l’enquête du conseiller spécial Mueller sur le président, Rosenstein supervisait également une enquête Trump/Russie menée par Durham.

Deux enquêtes très différentes

L’une des enquêtes supervisées par Rosenstein était très publique. Des fuites fréquentes sur le travail du procureur spécial Mueller sont apparues dans les médias d’information pendant les 22 mois où elle était active.

Nombre de ces fuites étaient inexactes, voire délibérément trompeuses, notamment celle qui affirmait que le général Flynn avait trahi le président et chantait comme un canari à Mueller au sujet de la supposée collusion russe à laquelle la campagne Trump avait été mêlée.

L’autre enquête supervisée par Rosenstein ? Personne n’en savait rien. Il n’y a eu aucune fuite d’avril 2017 jusqu’en janvier 2019, lorsque le nom de Durham a fait surface pour la première fois dans des reportages liés à un témoignage au Congrès qui avait eu lieu en octobre 2018.

Alors que ceux qui se trouvent à l’intérieur et autour du bureau du conseiller spécial Mueller ont retenu l’attention de la nation avec une couverture médiatique fréquente basée sur ce qui s’est souvent avéré être de fausses fuites, l’enquête Durham s’est poursuivie sous un silence radio complet. Non seulement il n’y a pas eu de fuites concernant le travail de Durham, mais les médias n’ont jamais eu vent de sa présence.

Le contraste entre les deux enquêtes que Rosenstein supervisait ne pourrait être plus frappant.

La récusation de Jeff Sessions était-elle réelle ?

La grande question qui se pose immédiatement face à ces nouvelles déclassifications concernant Durham, et le moment où il a réellement commencé ses enquêtes sur le Spygate, est de savoir qui l’a nommé.

Dans ses SMS à Lisa Page, Strzok ne précise pas qui a confié le dossier à Durham. Il se contente de déplorer que l’affaire n’ait pas été confiée à la division Sécurité nationale du FBI plutôt qu’à un enquêteur extérieur comme Durham. Strzok qualifie l’enquête confiée à Durham de « mauvaise nouvelle« .

Mais il n’y a que deux vrais candidats pour la nomination de Durham en avril 2017 : Jeff Sessions ou Rod Rosenstein.

Et cela nous place face à la vraie question. Soit la récusation de Sessions était réelle, soit elle ne l’était pas. Soit Rosenstein dirigeait toutes les enquêtes du Département de la Justice liées à l’élection de 2016 de Trump/Russie, soit ce n’était pas le cas. Qu’en est-il ? Qui était réellement en charge ? Il y a de nombreuses raisons de croire que la récusation de Sessions était réelle en raison des nombreux conflits d’intérêts auxquels il était confronté.

Les médias de gauche et de droite ont réussi à minimiser la véritable bombe de la conférence de presse de Devin Nunes du 22 mars 2017, lorsqu’il a révélé que plusieurs membres de l’équipe de transition de Trump voyaient leurs communications électroniques interceptées « incidemment« , compilées, démasquées, puis placées dans des rapports qui avaient circulé aux plus hauts niveaux de l’administration Obama sortante.

Quatre ans plus tard, le seul membre de l’équipe de transition de Trump qui a été positivement identifié comme ayant vu ses SMS, ses courriels et ses appels téléphoniques interceptés et démasqués est l’ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump, le général Flynn. Qui étaient les autres membres de l’équipe Trump qui ont été espionnés pendant la période de transition ? Nous ne le savons toujours pas. Mais il est clair, d’après le communiqué de presse de Nunes, qu’il s’agissait de bien plus qu’une seule personne. Il s’agissait de plusieurs membres de l’équipe.

Qui faisait partie de l’équipe de transition de Trump de novembre 2016 à janvier 2017 ?

  • Donald J. Trump
  • Donald Trump, Jr.
  • Ivanka Trump
  • Jared Kushner
  • Mike Pence
  • Mike Pompeo
  • Rudy Giuliani
  • Général Michael Flynn
  • Devin Nunes
  • Jeff Sessions

Il est probable que les comploteurs du Spygate espionnaient Jeff Sessions. Par conséquent, Sessions ne pouvait pas être chargé de superviser les enquêtes liées à l’élection de 2016, car il faisait partie de la campagne de Trump, puis de l’équipe de transition de Trump. Aucun procureur général ne peut superviser une enquête dans laquelle il est personnellement impliqué.

Le conflit d’intérêts est flagrant. C’est pourquoi Sessions s’est récusé le 2 mars 2017 et a confié la supervision des enquêtes Trump/Russie et liées à l’élection de 2016 à son principal adjoint Rosenstein.

Il était important pour Sessions de se récuser de toute enquête impliquant des personnes qui l’espionnaient depuis des mois, depuis qu’il avait publiquement commencé à faire campagne avec et pour Donald Trump en février 2016. Leur surveillance subreptice de Sessions a probablement continué même après qu’il ait prêté serment en tant que procureur général le 9 février 2017.

La campagne de « fuites » ciblant Sessions comme compromis par la Russie s’est poursuivie tout au long de l’accession de l’ancien sénateur au poste de procureur général. Ces fuites continues par des « fonctionnaires anonymes au courant de l’affaire » ont culminé avec le spectacle absurde de Sessions devant témoigner devant le Congrès qu’il n’était pas un agent russe ou engagé dans une collusion avec le gouvernement de Vladimir Poutine.

Et donc, nous voyons que si la récusation de Sessions était réelle, et il n’y a aucune raison de croire qu’elle ne l’était pas, c’est Rod Rosenstein qui a chargé Durham d’enquêter sur les fuites du Spygate en avril 2017.

Est-ce une coïncidence si, une semaine après que le procureur général Barr ait révélé que Durham dirigeait un nouveau bureau de conseillers spéciaux (enquêteurs au service d’un procureur spécial, NdT), Ratcliffe (WIKI) a déclassifié de nouveaux SMS de Strzok/Page montrant l’existence de multiples enquêtes fédérales de contre-espionnage sur la campagne Trump qui ont été cachées pendant plus de quatre ans ?

Ratcliffe déclassifiant ceci maintenant signifie que rendre cette révélation publique n’interférera pas avec l’enquête en cours de Durham, ce qui signifie que Durham a enquêté sur ces affaires nouvellement révélées du FBI qui visaient Trump et ses associés avant le lancement de Crossfire Hurricane.

Voici maintenant la question à 64 000 $ que personne, sauf UncoverDC, ne pose : Pourquoi aucune de ces preuves explosives n’a été divulguée avant d’être officiellement déclassifiée par les voies appropriées à partir d’octobre ? Comment faire naître la peur de Dieu chez des divulgateurs expérimentés comme James Comey, John Brennan, toute l’équipe Mueller ou des dizaines de membres du Congrès américain ?

N’oubliez pas qu’il s’agit de personnes ayant à leur disposition une ribambelle de sténographes chez les médias grand public. Chacun d’entre eux aurait pu divulguer toutes ces informations il y a longtemps. Pourquoi ne l’ont-ils pas fait ?

Brian Cates est entré dans l'arène du journalisme politique en mars 2012, suite au décès d'Andrew Breitbart. Il est actuellement rédacteur pour l'Epoch Times et UncoverDC. Brian est basé dans le sud du Texas et est l'auteur de "Personne n'a demandé mon opinion … mais la voici quand même !".
Was Rosenstein Running the Mueller Special Counsel and the Spygate Investigation Simultaneously? - ...
What is going to be presented in this important UncoverDC column will be rejected out of hand by many people because it just won’t fit their already established narratives on what happened with the ever-growing SpyGate scandal since 2017.When new declassification's are made regarding what ...

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations