Selon un groupe d’experts du CDC, les cas d’inflammation cardiaque sont probablement liés aux vaccins à ARNm contre le COVID-19

Article original datant du 23/06/21

Le panel qui conseille les centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) a confirmé mercredi qu’un lien existe probablement entre les vaccins contre le COVID-19 et les inflammations cardiaques.

LES CAS D’INFLAMMATION CARDIAQUE MENACENT LE RYTHME DE LA VACCINATION CONTRE LE CORONAVIRUS

Lors de la réunion du Comité Consultatif sur les Pratiques d’Immunisation mercredi, le groupe de travail technique sur la sécurité des vaccins a déclaré que « les données disponibles à ce jour suggèrent une association probable de la myocardite avec la vaccination contre le coronavirus chez les adolescents et les jeunes adultes. »

Le Dr Matthew Oster, membre du groupe de travail sur le vaccin contre le COVID-19, a déclaré qu' »il semble bien que le vaccin à ARNm (Acide ribonucléique messager) puisse être un nouveau déclencheur de myocardite. »

Jusqu’à présent, le CDC a reçu plus de 1 200 rapports préliminaires de myocardite ou de péricardite chez des personnes ayant reçu les vaccins Pfizer/BioNTech ou Moderna. La plupart de ces cas ont été signalés après la deuxième dose. L’âge médian des patients présentant une inflammation cardiaque après la deuxième dose était de 24 ans. Près de 80 % étaient des hommes.

Il y a eu 484 cas signalés chez les moins de 30 ans. Parmi eux, 323 ont répondu à la définition de travail du CDC de myocardite ou de péricardite. La plupart d’entre eux, 309, ont été hospitalisés, et 295 sont sortis par la suite. Environ 79 % ont depuis récupéré de leurs symptômes.

CDC panel says heart inflammation cases likely linked to mRNA COVID-19 vaccines
The panel that advises the Centers for Disease Control and Prevention confirmed Wednesday that a link likely exists between the COVID-19 vaccines and heart inflammation.

Chapitres