S’ils pouvaient arrêter ce qui arrive… ils l’auraient déjà fait

Article original datant du 10/06/22

Les commentaires seront ouverts à tous.

Même si le comité sur le 6 janvier illégalement créé commence son théâtre absurde avec l’audience télévisée de ce soir, rien ne peut arrêter ce qui va arriver.

Il y aura d’autres mises en accusation de Durham.

L’enquête sur la famille criminelle Biden commencera à déposer ses propres actes d’accusation.

Il y aura de nouvelles révélations absolument répugnantes de l’ordinateur portable de l’enfer.

Il y aura de nouveaux actes d’accusation pour le vol des élections 2000 Mules/2020.

Il y aura des décisions de la Cour suprême sur l’avortement et les droits des armes à feu.

Trump continuera à devenir de plus en plus fort à chaque rassemblement qu’il tiendra alors que la vague rouge massive à venir deviendra de plus en plus grande et que les démocrates effrayés réaliseront que leur capacité à truquer les votes sera dépassée par le nombre de leur propre base qui les abandonne alors qu’ils sont brutalement expulsés au cours de la dernière année et demie.

Et tout cela se produira avec Biden à la Maison Blanche. Ils ne peuvent pas blâmer Trump pour tout ça, même s’ils hurlent de confusion sur le fait que Biden, pour une raison étrange, est en quelque sorte impuissant à arrêter tout cela.

À quoi bon s’acharner à voler une élection en inventant la plupart des 81 millions de voix que cet énorme perdant a prétendument obtenues s’il n’a pas le pouvoir d’EMPÊCHER TOUTES CES CHOSES DE SE PRODUIRE ?

Vous savez, c’est une bonne question, pourquoi je ne peux pas arrêter tout ça. Je ne peux pas dire pourquoi.

Ils n’ont plus le contrôle de la mise en forme narrative dans ce pays. Elle leur a échappé.

Ils ont essayé de retarder le Jour du Jugement pour ce qu’ils ont fait en volant cette élection de 2020 pour installer à la Maison Blanche la famille la plus corrompue de l’histoire politique américaine.

Mais plus ils le retardent, plus les retombées sont graves pour eux. C’est comme essayer de retenir une inondation. L’eau derrière le mur qui se fissure ne fait que grossir, grossir et grossir au fur et à mesure que vous la retenez, jusqu’au moment où le mur finit par céder…

Maintenant, ils essaient de vous dire qu’un désastre absolu est à venir pour Trump et sa base. Ils vont tous être chassés de la vie publique, poursuivis en justice, complètement et totalement privés de leurs droits et rendus radioactivement toxiques et finis en tant que force politique dans ce pays.

C’est le but de ce théâtre de rue absurde du Comité sur le 6 janvier ce soir. C’est le récit qu’ils essaient… oh combien désespérément… de vendre au pays et au monde.

Ils ont mis cet homme en accusation deux fois. Juste après la deuxième mise en accusation, ils étaient « sûrs et certains » qu’ils s’étaient enfin débarrassés de ce type.

MAIS ILS AVAIENT TORT.

Ils ne pouvaient littéralement pas en croire leurs yeux à la fin du mois de février 2021, lorsqu’il a pris la parole à la conférence CPAC à Orlando en Floride. L’homme orange toxique et radioactif n’était pas seulement de retour, il prenait le contrôle du parti et affirmait son contrôle sur la collecte de fonds.

J’ai écrit à ce sujet à l’époque.

Le retour de Donald J. Trump

En ce moment, les adversaires de Donald J. Trump n’arrivent pas à croire ce qu’ils voient.

Il y a quelques mois à peine, les habitants du « marais » de Washington poussaient des soupirs de soulagement. Ils avaient réussi ! Ils avaient vaincu l’affreux Trump, remis la Maison Blanche à Joe Biden, et pouvaient maintenant commencer à mettre en œuvre tous leurs plans chéris pour une Amérique post-Trump.

Et puis une chose étonnante s’est produite.

L’ancien président deux fois cible d’une procédure de destitution et qui avait soi-disant incité à une « insurrection » au Capitole le 6 janvier est revenu – et il semble plus fort que jamais.

Dans la nuit du samedi 5 juin, Trump a émergé pour donner seulement son deuxième discours public depuis qu’il a quitté la Maison Blanche en janvier dernier. Trump a été invité à faire la cour devant une foule enthousiaste à la convention du Parti Républicain de l’État à Greenville, en Caroline du Nord.

Cela ne figurait pas dans le scénario qui avait été si soigneusement écrit. L’ancien président Trump est censé être une note de bas de page historique à ce stade. Il est censé être totalement détruit, complètement hors de propos, tellement radioactif que personne ne s’approchera de lui.

Non seulement Trump ne boude pas en privé dans la plus grande disgrâce, mais il exerce maintenant un contrôle plus direct sur le Parti Républicain qu’il ne l’a jamais fait lorsqu’il était à la Maison Blanche.

[Oui, j’ai le droit de me citer. C’est l’un des avantages de gérer mon propre site Web et d’être mon propre éditeur, etc. 😀 ]

À Uncover DC, j’ai écrit que non seulement Trump n’était pas marginalisé dans les cercles du Parti Républicain, mais qu’il exerçait un contrôle bien plus important sur le parti et surtout sur sa collecte de fonds qu’il ne l’avait jamais fait lorsqu’il était à la Maison Blanche :

Un outsider à nouveau, Trump commence à prendre le contrôle de la collecte de fonds du Parti Républicain.

Il y a à peine 3 mois, l’aile de l’establishment du Parti Républicain à Washington D.C. et dans tout le pays faisait sauter les bouchons de champagne et se tapait dans le dos. Bien sûr, ils venaient de perdre la Maison Blanche et le Sénat tandis que la Chambre restait de justesse sous contrôle démocrate, mais le bon côté des choses, c’est que DONALD J. TRUMP N’ETAIT PLUS.

Enfin, les RINOs (Républicains seulement de nom) pouvaient commencer leurs stratégies tant attendues pour la vie après Trump.

ET PUIS, TOUT D’UN COUP…

Ils n’arrivent pas à se débarrasser de ce type. Ils ont essayé tout ce à quoi ils peuvent penser depuis qu’il a annoncé qu’il allait se présenter en 2015.

Je vous le dis.

Ce qu’ils font n’a pas d’importance.

Mais voilà qu’ils essaient à nouveau, par pur désespoir et dans un climat d’horreur croissante, de faire croire au pays que Donald J. Trump a provoqué une insurrection au Capitole le 6 janvier 2021, un récit tellement faux que je le déconstruisais il y a deux ans juste après qu’il se soit produit, et aucun des faits n’a changé entre-temps.

Une farce anticonstitutionnelle d’un procès-spectacle au Sénat

L’article de destitution est intitulé « Incitation à l’insurrection » et accuse directement Trump d’avoir fouetté une foule violente et de l’avoir ensuite déchaînée sur le Congrès.

Il y a de multiples problèmes avec ce récit :

  1. Des documents judiciaires officiels révèlent que certains des principaux instigateurs présumés de la violence au Capitole avaient planifié leur attaque plusieurs jours à l’avance. Cela signifie que leur attaque n’a pas pu être incitée par l’écoute du discours de Trump.
  2. La chronologie officielle de cette journée montre que l’attaque du Capitole a commencé avant que Trump ne termine son discours. Il faut environ 40 minutes à pied pour se rendre de l’Ellipse au Capitole. Si Trump avait incité une foule et l’avait dirigée vers le Congrès assemblé, l’attaque du Capitole aurait commencé bien plus tard qu’elle ne l’a fait en raison de ces 40 minutes de marche.
  3. Le discours de Trump à l’Ellipse est disponible dans son intégralité en ligne, et nulle part dans le discours il n’incite à la violence ou à une quelconque attaque contre le Capitole ou le Congrès assemblé en son sein. Trump a terminé ses remarques ce jour-là en demandant une manifestation pacifique et respectueuse. D’une manière ou d’une autre, ses déclarations calmes sur le fait de descendre Pennsylvania Avenue et de protester pacifiquement avec la foule devant le Capitole sont transformées par ses détracteurs en un appel rageur à prendre d’assaut le bâtiment et à attaquer les membres du Congrès.
  4. Il n’y a jamais eu une telle chose qu’une insurrection non armée dans l’histoire américaine. La rébellion de Shays de 1786-87, la rébellion du Whiskey de 1791-1794 et d’autres insurrections similaires étaient des événements de longue haleine qui s’étendaient sur des semaines, des mois, parfois même des années et qui impliquaient des personnes armées attaquant les autorités étatiques et fédérales. Cet événement au Capitole des États-Unis n’était pas une insurrection armée de quelque durée que ce soit. Il s’agissait de plusieurs dizaines de personnes non armées qui ont forcé l’entrée d’un bâtiment et occupé certains bureaux pendant moins d’une heure. Appeler cela une insurrection, c’est dévaloriser et dégrader ce que ce mot signifie vraiment.

Qu’a dit Einstein à propos de la folie ?

Rien de ce que ces idiots font dans ces audiences sur le 6 janvier ne va faire bouger l’aiguille vers une plus grande privation des droits de Trump ou de sa base. Tout le monde sait déjà que ce ne sont que des conneries.

Des millions de personnes qui sommeillaient paisiblement la première fois qu’ils ont essayé de vendre au pays ce récit d' »insurrection » complètement faux se sont réveillées. Ils ont encore moins de chances de succès que lorsqu’ils ont essayé ces conneries au début de 2021.

Rien.

RIEN.

Ne peut arrêter ce qui arrive.

Et vous pouvez me citer sur ce point.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations