SpyGate pour les nuls : Une introduction à l’invention de la collusion russe, un complot de plusieurs années pour faire tomber Trump

Article original datant du 18/03/22

Pour celles et ceux qui se soucient de l’avenir de notre pays mais ne veulent pas être enterrés dans les menus détails du scandale de l’invention de la collusion avec la Russie, voici votre abécédaire de la vue d’ensemble.

Alors que le procureur spécial John Durham continue de dévoiler de plus en plus de détails sur le scandale du « SpyGate » ou de la « collusion russe« , il peut être difficile pour tout membre du public apolitique et non féru de nouvelles de saisir les développements en cours.

Après tout, pendant plus de cinq ans, les médias traditionnels corrompus ont refusé de rendre compte du scandale ou l’ont fait avec une représentation biaisée des faits. La plupart des Américains ne sont donc pas conscients de la duplicité des démocrates qui, pendant des années, ont cherché à détruire d’abord le candidat puis le président Donald Trump. Ajoutez à cette réalité les conspirations qui se chevauchent et la distribution tentaculaire des personnages impliqués, et il peut être difficile de suivre l’histoire.

Que le scandale soit dense, cependant, ne signifie pas qu’il doit être ignoré. Au contraire, la duplicité ne doit pas être négligée car ce que les ennemis politiques de Trump ont tenté d’accomplir au cours de cinq années représente la plus grande menace que notre république constitutionnelle ait connue au cours du siècle dernier.

Ainsi, pour ceux qui se soucient de notre pays et de son avenir mais qui ne veulent pas être enterrés dans les menus détails du scandale, voici votre abécédaire à grande échelle.

Les e-mails du DNC ont été piratés

Alors que chaque fil du SpyGate pourrait être davantage démêlé, le 30 avril 2016 marque le point le plus net pour situer le début de l’intrigue. C’est à ce moment-là, au milieu des primaires présidentielles contestées, que le Comité National Démocrate a appris que son réseau informatique avait été violé. Le DNC (Comité National DémocrateWIKI) a alors engagé une société appelée CrowdStrike pour enquêter sur le piratage, et à la mi-mai, CrowdStrike (WIKI) a conclu que des acteurs russes étaient responsables du piratage, que le DNC a ensuite signalé au FBI.

Le public a appris pour la première fois le piratage du serveur du DNC le 14 juin 2016, lorsque le Washington Post a révélé l’histoire. Puis, le 22 juillet 2016, après que Trump et Hillary Clinton aient été déclarés candidats à la présidence, WikiLeaks a publié une foule de documents, prétendument obtenus grâce au piratage du DNC.

Ces documents comprenaient des courriels dans lesquels Debbie Wasserman Schultz, alors présidente du DNC, et d’autres responsables du parti dénigraient l’adversaire de Clinton lors des primaires, Bernie Sanders. Les communications en coulisses ont également révélé que le DNC, qui devrait maintenir la neutralité entre les candidats aux primaires, favorisait Clinton, les hauts responsables complotant des moyens de nuire à la campagne de Sanders.

La campagne Clinton complote pour transformer le scandale du DNC en scandale Trump

La publication des e-mails du DNC par WikiLeaks ne pouvait pas tomber plus mal, alors que les délégués étaient sur le point de désigner officiellement Clinton comme candidate démocrate à la présidence en Pennsylvanie. Mais dès dimanche soir, la campagne de Clinton avait mis au point une stratégie pour répondre au scandale : rejeter la faute sur Trump.

« Je suis Jake Tapper à la convention démocrate dans la belle ville de Philadelphie, où l’état de notre union est exposé : des courriels qui viennent d’être publiés par WikiLeaks montrant des responsables du parti démocrate discutant activement des moyens possibles de saboter Bernie Sanders, alors même qu’ils insistaient publiquement sur le fait qu’ils restaient neutres pendant les primaires« , a déclaré l’animateur de CNN en ouvrant le segment vidéo qui a lancé le canular de la collusion avec la Russie.

Tapper a présenté Robby Mook, alors directeur de campagne de Clinton, en lui demandant la réaction de la campagne aux fuites d’emails. Après avoir répondu que le DNC devait « se pencher sur la question et prendre les mesures appropriées« , Mook a pivoté vers Trump, lançant la théorie du complot russe qui allait consumer le pays pendant les cinq prochaines années.

« Ce qui nous dérange« , a commencé Mook, c’est que « les experts nous disent que des acteurs étatiques russes ont pénétré dans le DNC, ont volé ces e-mails, et d’autres experts disent maintenant que les Russes publient ces e-mails dans le but d’aider réellement Donald Trump. »

Mook poursuit :

« Je ne pense pas que ce soit une coïncidence que ces emails aient été publiés la veille de notre convention ici, et c’est inquiétant. Et je pense que nous devons être inquiets à ce sujet. Je pense que nous devons être préoccupés par le fait que nous avons également vu la semaine dernière, lors de la convention républicaine, que Trump et ses alliés ont apporté des modifications à la plate-forme républicaine pour la rendre plus pro-russe. Et nous l’avons vu parler de la façon dont l’OTAN ne devrait pas intervenir pour défendre – devrait nécessairement intervenir pour défendre nos alliés d’Europe de l’Est s’ils sont attaqués par la Russie. Donc je pense que, lorsque vous mettez tout cela ensemble, c’est une image inquiétante. Et je pense que les électeurs doivent réfléchir à cela. »

Lorsque Tapper a demandé à Mook des preuves pour étayer ses affirmations, Mook a cité des experts anonymes et des rapports de presse « selon lesquels les pirates informatiques qui se sont introduits dans le DNC sont très probablement en train de travailler en coordination avec la Russie. »

« Si les Russes ont effectivement eu ces e-mails, encore une fois, je ne pense pas que ce soit une coïncidence qu’ils soient publiés en ce moment pour créer un maximum de dégâts sur Hillary Clinton et aider Donald Trump« , a réitéré Mook.

« C’est une accusation très, très lourde que vous portez ici« , a interjeté Tapper. « Vous suggérez essentiellement que les Russes ont piraté le DNC et qu’ils publient maintenant ces fichiers par le biais de WikiLeaks pour aider à élire Donald Trump. »

Encore une fois, Mook a dévié vers « un certain nombre d’experts« , en disant : « Les experts ont dit que ce sont les Russes qui, en fait, sont entrés et ont pris ces emails. Et ensuite, si ce sont eux qui les ont pris, nous devons en déduire que ce sont eux qui les ont ensuite divulgués. »

La campagne Clinton co-organise le canular de la collusion avec la Russie

Alors que la campagne Clinton a introduit le canular de la collusion avec la Russie à la veille de la convention du DNC pour convertir le scandale de Sanders en un scandale sur Trump, la stratégie s’est également avérée être une réponse parfaite au deuxième scandale Clinton – celui-ci impliquant l’utilisation illégale par Clinton d’un serveur privé lorsqu’elle était secrétaire d’État.

Le New York Times a d’abord annoncé le 2 mars 2015 que Mme Clinton avait utilisé un serveur de messagerie privé pour communiquer en tant que secrétaire d’État sous la présidence de Barack Obama. Deux jours plus tard, la Commission spéciale sur Benghazi a assigné à comparaître tous les courriels liés à Benghazi contenus dans le serveur privé. En apprenant la demande de documents, un technicien du fournisseur de services informatiques de Mme Clinton a supprimé environ 30 000 courriels de cette dernière, qui, selon elle, étaient des courriels personnels.

En mai 2016, le Bureau de l’Inspecteur général du Département d’État avait publié un rapport de 83 pages condamnant l’utilisation du serveur par Clinton. La couverture de ce rapport soulignait que le département d’État avait « jugé que plus de 2 000 messages de Clinton étaient classifiés, dont 22 qui ont été reclassés dans la classification de sécurité nationale la plus sensible, « top secret« . » À l’époque, les médias ont également noté que « le FBI enquête toujours pour savoir si des lois ont été enfreintes en mettant en danger des informations classifiées – ou si son personnel a envoyé de manière inappropriée des informations sensibles en sachant qu’elles n’étaient pas sur un système classifié. »

La campagne Clinton a tenté de minimiser l’implication du FBI dans le scandale des serveurs privés en le présentant comme « une enquête de sécurité« , mais en réponse à des questions sur cette caractérisation, James Comey, alors directeur du FBI, a déclaré qu’il n’avait « pas l’habitude du terme ‘enquête de sécurité' », soulignant que « le mot enquête (Investigation en anglais – le « I » de FBI) » est « dans notre nom« .

« Nous menons une enquête. … C’est ce que nous faisons. C’est probablement tout ce que je peux dire à ce sujet« , a conclu Comey.

Lors d’une conférence de presse deux mois plus tard, le 5 juillet 2016, Comey annonce que le FBI a terminé son enquête et que, bien que la manipulation d’informations classifiées par Clinton ait été « extrêmement négligente« , il a transmis l’affaire au ministère de la Justice en recommandant qu’aucune accusation ne soit portée. Comey a adopté cette même position lorsqu’il a témoigné devant le Congrès, qualifiant là la conduite de Clinton liée au serveur de « négligente« .

Bien que Comey ait publiquement déclaré que l’enquête sur le serveur privé de Clinton était close, lorsque les démocrates se sont réunis pour leur convention à Philadelphie, sa campagne a continué à faire face à des questions sur le scandale, Tapper interrogeant Mook sur la conclusion de Comey selon laquelle l’utilisation du serveur privé par Clinton avait été « négligée« . Mook a rapidement changé la conversation pour parler de « cette élection » et de ce que « les électeurs recherchent et demandent dans cette élection« .

Deux jours plus tard, cependant, les médias ont suivi l’exemple de Mook et ont converti le scandale du serveur Clinton en un scandale sur Trump. Un article d’opinion du 26 juillet 2016 pour USA Today, intitulé « Poutine pour le président 2016« , s’ouvrait sur la reconnaissance que les « courriels secrets du serveur privé de Clinton sont presque certainement déjà entre les mains des services de renseignement russes« , et concluait : « Poutine peut mettre Hillary dans l’embarras – ou pire – quand il le veut. »

« Nous en avons un petit avant-goût avec la publication des courriels piratés du Comité National Démocrate« , poursuit l’article, qui parle des responsables du DNC engagés dans des « coups bas visant Bernie Sanders » et « devenant terriblement copains avec certains journalistes prétendument professionnels. » Et avec cela, les médias ont converti l’utilisation d’un serveur privé par Clinton en un scandale sur Trump et le soutien supposé de la Russie à sa candidature.

À partir de ce moment-là, la campagne de Clinton et des médias complices ont présenté toute préoccupation concernant son utilisation d’un serveur maison et toute question sur les détails enfouis dans les courriels du DNC non pas comme un scandale concernant Clinton mais comme une conspiration entre Trump et Vladimir Poutine.

La campagne Clinton paie et colporte de fausses preuves Trump-Russie

Au cours de la dernière semaine de juillet 2016, la diversion de la collusion avec la Russie contrôlait le narratif, et les démocrates transformaient chaque question sur le piratage du DNC ou le scandale des sévices comme une occasion de la colporter.

De même, l’équipe de Clinton a converti chaque commentaire de Trump, même tangentiellement lié à la Russie, comme une preuve supplémentaire d’une conspiration. De même, la campagne de Mme Clinton a présenté chaque lien avec la Russie, passé ou présent, entre Trump, son entreprise, sa famille ou les membres de sa campagne comme une preuve concrète de collusion.

Alors que la campagne Clinton n’avait pas rendu public l’angle de la collusion avec la Russie avant le 24 juillet 2016, lorsque Mook a commercialisé ce thème sur CNN, elle avait collecté des informations supposées sur les connexions de Trump avec la Russie depuis un certain temps.

Au premier semestre 2016, Perkins Coie, le cabinet d’avocats qui représentait la campagne Clinton, avait engagé la société d’enquête privée Fusion GPS pour collecter des recherches d’opposition sur Trump. À son tour, Fusion GPS a embauché Christopher Steele (WIKI) en mai ou juin 2016 pour se concentrer sur les liens de Trump avec la Russie, et le 20 juin 2016, Steele avait rédigé le premier des quelque 17 mémorandums qui allaient finalement composer ce qui est maintenant connu familièrement comme le dossier Steele.

Steele a partagé son mémorandum initial – qui contenait des affirmations selon lesquelles le Kremlin disposait de matériel de chantage sur Trump, notamment l’accusation salace et fausse des « golden showers » – avec un contact du FBI le 5 juillet 2016. Au cours des six mois suivants, Steele a continué à élaborer le dossier, en s’appuyant principalement sur une « sous-source primaire » non nommée, dont on sait maintenant qu’il s’agit du ressortissant russe Igor Danchenko.

Danchenko, qui a depuis été inculpé pour avoir menti au FBI, est également soupçonné d’avoir inventé certaines des prétendues informations contenues dans le dossier. Danchenko a également fourni à Steele de fausses informations sur la campagne de Trump, qu’un partisan de Clinton avait inventées et ensuite transmises à Danchenko.

L’essentiel, plus de cinq ans plus tard, est que le dossier était constitué de quelques faits précis connus du public et d’une litanie de fausses affirmations concoctées par Danchenko et d’autres, puis vendues par Steele et la campagne Clinton comme étant le travail d’un ancien expert russe du MI6.

Le dossier Steele ne représentait qu’un aspect des preuves inventées de collusion. La campagne Clinton a également payé l’avocat de Perkins Coie, Michael Sussmann, pour son travail d’élaboration, avec l’aide de divers experts en technologie, d’un rapport censé démontrer que l’organisation Trump avait établi un réseau de communication secret avec la puissante banque russe Alfa Bank.

En outre, des informaticiens qui avaient travaillé avec l’avocat de la campagne Clinton « ont surveillé le trafic Internet à la Trump Tower, dans son immeuble à New York et, plus tard, au bureau exécutif du président des États-Unis, puis ont fourni des informations erronées sur ce trafic aux agences de renseignement qui espéraient faire passer Trump pour un larbin lié à la Russie« .

Alors que Steele, Fusion GPS et d’autres partisans de Clinton créaient des rapports frauduleux, ils ont, avec la campagne de Clinton et ses avocats, exploité leurs relations avec les journalistes et les représentants du gouvernement.

Steele et/ou le fondateur de Fusion GPS, Glenn Simpson, ont partagé les mémorandums de Steele avec divers organes de presse. Ils ont également transmis les prétendues informations à des membres des communautés de l’application de la loi et du renseignement, y compris des représentants des départements de la justice et de l’État. Après que le FBI ait licencié Steele en tant que source parce qu’il avait parlé aux médias, il s’est arrangé pour qu’il continue à fournir ses rapports au FBI en lui faisant rencontrer un avocat du ministère de la Justice à la place.

Cette double approche a abouti à un public saturé de confirmation circulaire de la collusion Trump-Russie. Les médias ont repris les faux détails fournis aux journalistes par Steele et ont ensuite fait référence aux enquêtes du FBI sur les mêmes sujets pour donner l’impression que les enquêtes confirmaient la validité des fuites. Simultanément, le FBI s’est appuyé sur les rapports des médias pour confirmer les prétendues informations de Steele.

L’administration Obama espionne la campagne Trump sous des prétextes sciemment fallacieux

Le 31 juillet 2016, l’administration Obama et le FBI ont lancé une enquête sur la campagne Trump, baptisée « Crossfire Hurricane« . Bien qu’à ce jour, le FBI maintienne qu’il a ouvert Crossfire Hurricane après que des responsables américains ont appris d’un diplomate australien que le jeune conseiller de Trump George Papadopoulos s’était vanté « que les Russes avaient des ragots sur Hillary Clinton« , l’ancien procureur général William Barr et le procureur spécial John Durham ont tous deux mis en doute ce récit.

Le ciblage par l’administration Obama de la campagne présidentielle du parti de l’opposition est intervenu au moment où la campagne Clinton a commencé à pousser publiquement le récit selon lequel Trump était de connivence avec la Russie pour interférer dans l’élection présidentielle de 2016. Et l’ouverture de Crossfire Hurricane est intervenue trois jours après que le directeur de la CIA de l’époque, John Brennan, ait informé le président Barack Obama et d’autres hauts responsables de la sécurité nationale sur des renseignements alléguant « que la candidate à la présidence des États-Unis Hillary Clinton avait approuvé un plan de campagne visant à susciter un scandale contre le candidat à la présidence des États-Unis Donald Trump en le liant à Poutine et au piratage du Comité National Démocrate par les Russes« .

Le briefing de Brennan a également noté que les agences de renseignement avaient obtenu des informations indiquant que le 26 juillet 2016, Clinton avait approuvé « une proposition de l’un de ses conseillers en politique étrangère visant à vilipender Donald Trump en suscitant un scandale prétendant l’ingérence des services de sécurité russes. » Au début du mois de septembre 2016, un responsable du renseignement américain transmettrait au FBI un renvoi d’enquête concernant « l’approbation par Clinton d’un plan » sur « Trump et les pirates russes entravant les élections américaines comme moyen de distraire le public de son utilisation d’un serveur de messagerie privé. »

Même avec cette connaissance préalable du complot de la campagne Clinton pour piéger Trump, et même en observant l’exécution du plan en temps réel, le FBI est allé de l’avant avec Crossfire Hurricane. Le FBI allait également utiliser plus tard les rapports frauduleux de Steele pour obtenir quatre ordonnances du tribunal secret FISA (Foreign Intelligence Surveillance Act – WIKI : Loi sur la liberté d’information) afin de surveiller un ancien volontaire de la campagne Trump nommé Carter Page.

Alors que Page n’était plus lié à la campagne lorsque le FBI a obtenu les ordonnances de surveillance FISA, le mandat a permis au FBI d’accéder à la correspondance antérieure entre Page et la campagne Trump, ainsi qu’à toute communication que Page continuait d’avoir avec des membres individuels de la campagne. En outre, alors que les procédures FISA sont secrètes, les fuites dans les médias concernant le ciblage de Page ont donné à la presse plus de données pour faire avancer la thèse de la collusion avec la Russie.

L’accès aux courriels privés de la campagne, cependant, ne représentait qu’un aspect de l’espionnage qui a eu lieu sous les auspices de Crossfire Hurricane. Le FBI a également chargé une source humaine confidentielle (SHC ) d’interroger Page, et cette SHC « a cherché à obtenir de Page des détails spécifiques liés à la campagne Trump, et a donné à Page des conseils non sollicités (et potentiellement illégaux) concernant la stratégie de la campagne« .

Le FBI a utilisé le même SHC pour interroger Sam Clovis, un membre senior de la campagne Trump. Dans une conversation enregistrée, le SHC a posé plusieurs questions sur des stratégies et des préoccupations sensibles de la campagne.

L’espionnage de la campagne de Trump comprenait également l’utilisation par le FBI d’un briefing privé sur la sécurité de Trump comme une occasion possible de recueillir des informations pour l’enquête.

L’enquête sur Trump se poursuit pendant son administration

De manière significative, Crossfire Hurricane ne s’est pas terminé avec l’élection de 2016. Au contraire, après le triomphe de Trump face à Clinton, l’enquête s’est poursuivie et les fuites aussi, Comey donnant à Trump un briefing sur le dossier Steele – un fait qui a ensuite fait l’objet d’une fuite pour donner à CNN un prétexte pour faire un reportage sur le dossier Steele.

Après l’investiture de Trump, le FBI a ourdi un complot pour évincer le conseiller à la sécurité nationale du président (Le général Flynn, NdT), toujours avec l’aide des médias. Comey a également commencé à rédiger des mémorandums secrets sur les conversations qu’il a eues avec le désormais président Trump. Et après que Trump ait licencié Comey, ce dernier a divulgué ces mémorandums aux médias par l’intermédiaire d’un ami professeur de droit, ce qui a déclenché la nomination du conseiller spécial Robert Mueller.

Mueller a poursuivi Crossfire Hurricane, en conservant de nombreux agents du FBI d’origine. Le pays apprendra plus tard que beaucoup de ceux qui enquêtaient sur la campagne de Trump avaient des sentiments anti-Trump enragés, lorsque des messages texte échangés par des membres de l’équipe Crossfire Hurricane ont été rendus publics. D’autres messages texte ont disparu lorsque plusieurs agents ont effacé leurs téléphones portables.

Le public a appris encore plus de malversations de la part de l’équipe Crossfire Hurricane lorsque le Bureau de l’Inspecteur général du Département de la Justice a publié un rapport de plus de 400 pages concluant que le Département de la Justice avait inclus 17 inexactitudes et omissions importantes dans la demande et les renouvellements du mandat FISA concernant Carter Page.

Ces problèmes et d’autres ont conduit l’ancien AG William Barr à nommer le procureur américain John Durham pour diriger une enquête sur Crossfire Hurricane, le nommant plus tard procureur spécial.

Dans le cadre de son enquête, Durham a révélé des fautes supplémentaires de Crossfire Hurricane lorsqu’il a obtenu un plaidoyer de culpabilité de la part d’un ancien avocat du FBI pour avoir modifié un courriel lié à l’affaire FISA contre Page.

L’équipe de Durham a également obtenu une déclaration d’un autre agent du FBI impliqué dans l’enquête, nommé William Barnett. Barnett a déclaré aux enquêteurs du Département de la Justice qu’il n’y a jamais eu de base pour la théorie bizarre de la « collusion » et que le bureau de Mueller a poussé les poursuites avec une mentalité « attrapez Trump« . Mais même à cette époque, Mueller n’a trouvé aucune preuve de collusion entre Trump et la Russie.

Il y a des milliers d’autres détails déjà connus et beaucoup plus d’acteurs impliqués – et ce, avant tout ce que Durham pourrait révéler d’autre. Mais ces éléments de base fournissent toutes les informations dont vous avez besoin pour comprendre le SpyGate – et pour voir pourquoi il dépasse de loin le scandale du Watergate.

SpyGate 101: A Primer On The Russia Collusion Hoax To Down Trump
For those who struggle to follow the yearslong and complex Russia collusion hoax scandal, here is your big-picture primer.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations