Twitter a refusé de supprimer de la pornographie infantile parce qu’il ne « violait pas les conditions d’utilisation »

Twitter a refusé de retirer des images et des vidéos pornographiques largement partagées d’une adolescente victime de trafic sexuel parce qu’une enquête « n’a pas trouvé de violation » des « Conditions d’utilisation » de l’entreprise, selon un procès cinglant.

Le procès fédéral, intenté mercredi par la victime et sa mère dans le district nord de la Californie, allègue que Twitter a gagné de l’argent grâce aux clips, qui montraient un adolescent de 13 ans se livrant à des actes sexuels et qui sont une forme de matériel pédopornographique, selon le procès.

L’adolescent – qui a aujourd’hui 17 ans et vit en Floride – est identifié uniquement comme étant John Doe et avait entre 13 et 14 ans lorsque des trafiquants sexuels, se faisant passer pour une camarade de classe de 16 ans, ont commencé à discuter avec lui sur Snapchat, affirme le procès.

Doe et les trafiquants auraient échangé des photos de nus avant que la conversation ne tourne au chantage : Si l’adolescent ne partageait pas plus de photos et de vidéos sexuellement explicites, le matériel explicite qu’il avait déjà envoyé serait partagé avec ses « parents, son entraîneur, son pasteur » et d’autres, affirme le procès.

L’inconnu, agissant sous la contrainte, a d’abord accepté et envoyé des vidéos de lui en train de commettre des actes sexuels et on lui a également dit d’inclure un autre enfant dans ses vidéos, ce qu’il a fait, selon le procès.

Finalement, Untel a bloqué les trafiquants et ils ont cessé de le harceler, mais à un moment donné en 2019, les vidéos ont fait surface sur Twitter sous deux comptes connus pour partager du matériel d’abus sexuel d’enfants, selon les documents judiciaires.

Au cours du mois suivant, les vidéos ont été signalées sur Twitter au moins trois fois – la première fois le 25 décembre 2019 – mais le géant de la technologie n’a rien fait jusqu’à ce qu’un agent de la police fédérale s’en mêle, selon les termes du procès.

M. Doe a pris connaissance des tweets en janvier 2020 parce qu’ils avaient été largement diffusés par ses camarades de classe, ce qui l’a soumis à des « taquineries, du harcèlement, de l’intimidation vicieuse » et l’a conduit à devenir « suicidaire », comme le montrent les dossiers du tribunal.

Alors que les parents de M. Doe ont contacté l’école et ont fait des rapports de police, il a déposé une plainte sur Twitter, disant qu’il y avait deux tweets représentant de la pornographie infantile de lui-même et qu’ils devaient être supprimés parce qu’ils étaient illégaux, nuisibles et en violation des politiques du site.

Un agent de soutien a demandé une copie de la carte d’identité de Doe afin de pouvoir prouver que c’était bien lui et, après que l’adolescent s’y soit plié, il n’y a pas eu de réponse pendant une semaine, selon la famille.

A peu près au même moment, la mère de l’inconnu a déposé deux plaintes sur Twitter pour le même matériel et pendant une semaine, elle n’a pas non plus reçu de réponse, selon la plainte.

Finalement, le 28 janvier, Twitter a répondu à Mme X et a déclaré qu’ils ne retireraient pas le matériel, qui avait déjà été consulté plus de 167 000 fois et avait fait l’objet de 2 223 retweets, selon la poursuite.

« Merci de nous avoir contactés. Nous avons examiné le contenu, et n’avons pas trouvé de violation de nos politiques, donc aucune action ne sera prise pour le moment »

Peut-on lire dans la réponse, selon la poursuite.

« Si vous pensez qu’il y a une violation potentielle des droits d’auteur, veuillez commencer un nouveau rapport. Si le contenu est hébergé sur un site web tiers, vous devrez contacter l’équipe d’assistance de ce site pour le signaler. Votre sécurité est la chose la plus importante, et si vous pensez être en danger, nous vous encourageons à contacter vos autorités locales ».

Dans sa réponse, publiée dans la plainte, M. Untel semble choqué.

L’adolescent a répondu sur Twitter :

« Comment ça, vous ne voyez pas de problème ? Nous sommes tous les deux mineurs en ce moment et l’étions au moment où ces vidéos ont été prises. Nous avions tous les deux 13 ans. Nous avons été appâtés, harcelés et menacés de prendre ces vidéos qui sont maintenant publiées sans notre permission. Nous n’avons pas du tout autorisé ces vidéos et elles doivent être retirées »

Il a même indiqué le numéro de dossier d’une agence locale de maintien de l’ordre, mais le géant de la technologie l’aurait ignoré et aurait refusé de faire quoi que ce soit au sujet du matériel illégal d’abus sexuel d’enfants – alors qu’il continuait à accumuler de plus en plus de vues.

Deux jours plus tard, la mère de l’inconnu a été mise en contact avec un agent du ministère de la sécurité intérieure par le biais d’un contact mutuel qui a réussi à faire retirer les vidéos le 30 janvier, selon les termes du procès.

« Ce n’est qu’après cette demande de retrait de la part d’un agent fédéral que Twitter a suspendu les comptes d’utilisateurs qui distribuaient le CSAM et a signalé le CSAM au Centre national sur les enfants disparus et exploités »

Indique la plainte, déposée par le Centre national sur l’exploitation sexuelle et deux cabinets d’avocats.

« Ceci est en contradiction directe avec ce que leur message de réponse automatique et leur accord d’utilisation stipulent qu’ils feront pour protéger les enfants ».

Le procès troublant se poursuit en alléguant que Twitter héberge sciemment des escrocs qui utilisent la plateforme pour échanger du matériel pédopornographique et en tirent profit en incluant des publicités intercalées entre les tweets publicitaires ou demandant le matériel.

En début de journée jeudi, Twitter a refusé de commenter le Post, mais plus tard dans la journée, il a fait marche arrière et a envoyé une déclaration par e-mail.

« Twitter a une tolérance zéro pour tout matériel qui présente ou promeut l’exploitation sexuelle des enfants. Nous luttons agressivement contre les abus sexuels sur les enfants en ligne et avons fortement investi dans la technologie et les outils pour faire appliquer notre politique », a écrit un porte-parole de Twitter.

« Nos équipes dévouées travaillent pour garder une longueur d’avance sur les acteurs de mauvaise foi et pour s’assurer que nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour retirer les contenus, faciliter les enquêtes et protéger les mineurs contre les préjudices, tant en ligne que hors ligne ».

Chapitres