Un employé de l’hôpital déclare qu’il était évident que Jimmy Savile « s’intéressait aux très jeunes filles »

Article original datant du 26/08/21

Nous savions que Jimmy Savile (alias « DJ ») abusait des jeunes filles : un employé de l’hôpital déclare qu’il était évident que Jimmy Savile « s’intéressait aux très jeunes filles », mais que les autorités fermaient les yeux parce que la célébrité pédophile collectait beaucoup d’argent pour les œuvres de charité.

  • Le dernier documentaire sur Savile est sorti ce mois-ci en exclusivité sur Discovery+.
  • Dans ce documentaire, un ancien employé de l’infirmerie Générale de Leeds affirme que les autorités ont fermé les yeux sur les abus de Savile en raison de la quantité d’argent qu’il avait récolté pour des œuvres de charité.
  • L’employé de l’hôpital a déclaré que personne n’en parlait, mais qu’ils faisaient des allusions à ses tendances.

Un employé de l’hôpital affirme qu’il était « très évident » que Jimmy Savile abusait de jeunes filles, mais que les autorités ont fermé les yeux parce qu’il collectait beaucoup d’argent pour des œuvres de charité.

S’exprimant dans le documentaire Jimmy Savile : The People Who Knew, David Bret, ancien responsable des services de gestion à l’infirmerie générale de Leeds, a décrit comment les administrateurs ne reconnaissaient jamais les penchants de Savile, mais qu’ils y faisaient allusion.

Il a déclaré : « Personne n’a jamais discuté directement des tendances sexuelles de Savile, mais ils avaient l’habitude de faire allusion à certaines choses et de dire, ‘il regarde cette fille d’une telle manière’.

Il y avait des étudiantes en soins infirmiers, âgées de 17 ou 18 ans, et les gens disaient ‘Jimmy les regarde’ et quelqu’un d’autre disait ‘non, il faudrait qu’elles aient 10 ans de moins pour qu’il soit intéressé’.

Il était très évident qu’il aimait les très jeunes filles.

Hospital worker David Bret (pictured) claims it was 'very obvious' Jimmy Savile was abusing girls but that authorities turned a blind eye because he raised so much money for charity
David Bret (photo), employé de l’hôpital, affirme qu’il était « très évident » que Jimmy Savile abusait des filles, mais que les autorités ont fermé les yeux parce qu’il collectait beaucoup d’argent pour des œuvres de charité.

Il a ajouté : « J’ai souvent entendu Jimmy Savile être qualifié de « nonce » (« Sur le moment ») ou de « kiddy fiddler » (« joueur de violon avec des enfants ») – c’était toujours quelque chose de désobligeant ».

Savile est mort en 2011 à l’âge de 84 ans, sans avoir jamais été traduit en justice pour ses crimes. Il est aujourd’hui considéré comme l’un des délinquants sexuels les plus prolifiques de Grande-Bretagne.

On pense qu’il a abusé de centaines de membres du personnel et de patients âgés de 5 à 75 ans dans des hôpitaux, dont l’hôpital psychiatrique de Broadmoor.

Un rapport de 2016 sur ses abus a révélé que le personnel de la BBC, qui a employé Savile pendant de nombreuses années, a manqué de nombreuses occasions de l’arrêter.

Le rapport de Dame Janet Smith a recensé 72 victimes de Savile dans le cadre de son travail à la BBC, dont huit ont été violées. Onze de ses victimes étaient âgées de moins de 30 ans.

Dans le documentaire, diffusé sur Discovery+ au début du mois, David décrit comment le personnel plaisantait sur la préférence de Savile pour les très jeunes filles.

Pictured: Jimmy Savile With Female Patients At Stoke Mandeville Hospital
En photo : Jimmy Savile avec des patientes à l’hôpital de Stoke Mandeville.
During his lifetime, Jimmy Savile (pictured) was found guilty of leveraging involvement in organisations such as the BBC, charities, hospitals and prison to prey on hundreds of children
De son vivant, Jimmy Savile (photo) a été reconnu coupable d’avoir profité de sa participation à des organisations telles que la BBC, des associations caritatives, des hôpitaux et des prisons pour s’attaquer à des centaines d’enfants.

De son vivant, Savile, originaire de Leeds, avait accès 24 heures sur 24 à l’Infirmerie Générale de la ville et y avait même un bureau.

David, un ancien employé de l’hôpital, a ajouté : « La collecte de fonds a beaucoup à voir avec le fait que les gens n’ont pas parlé. »

« Il collectait beaucoup d’argent, c’était un très grand nom, et le perdre signifiait perdre l’argent des diverses organisations caritatives qu’il soutenait, donc si quelqu’un l’avait dénoncé, d’autres auraient souffert. »

« Je pense que l’administration de l’hôpital était bien consciente de ce qui se passait, mais elle a gardé le silence ».

Savile était célèbre dans les années 1970 et 1980 pour son émission télévisée de la BBC, Jim’ll Fix It, dans laquelle les enfants écrivaient à Savile pour lui demander de réaliser leurs rêves.

Le DJ, qui était l’une des plus grandes stars de la BBC, a passé des décennies à conditionner, molester et violer des enfants.

After Savile's death in 2011, ITV released a documentary which kickstarted a police inquiry
Après la mort de Savile en 2011, ITV a diffusé un documentaire qui a donné le coup d’envoi d’une enquête policière.

On craint que le prédateur n’ait abusé d’un millier d’enfants, dont certains n’avaient que deux ans.

Après sa mort en 2011, ITV a diffusé un documentaire sur les allégations d’abus sexuels portées contre lui, ce qui a donné le coup d’envoi d’une enquête de police.

Savile a été reconnu coupable d’avoir profité de son implication dans des organisations telles que la BBC, des associations caritatives, des hôpitaux et des prisons pour s’attaquer à des centaines de jeunes enfants.

Le Dr Phil Wood, médecin en chef des hôpitaux universitaires de Leeds, a déclaré : « Au moment de l’enquête indépendante, nous avons expliqué que nous étions extrêmement attristés par les actions de Jimmy Savile durant son engagement dans nos hôpitaux de Leeds. C’est toujours le cas. »

« Le rapport officiel de l’enquête indépendante a montré qu’au fil des ans, certaines personnes ont été préoccupées par le comportement de Savile. »

« L’enquête a montré qu’il n’y avait aucune preuve que ces inquiétudes aient été transmises à des personnes haut placées dans le conseil d’administration pour qu’elles agissent, et il n’y a aucune preuve non plus de plaintes écrites. »

« Nous n’avons pas été informés de preuves supplémentaires depuis la publication du rapport d’enquête. »

« La protection de nos patients, de notre personnel et du public contre les préjudices est notre priorité absolue et, depuis la publication du rapport en 2014, nous avons donné suite aux recommandations afin de tirer des enseignements de ce qui s’est passé. »

« Nous sommes incroyablement fiers de nos hôpitaux aujourd’hui et de la façon dont notre culture s’est améliorée de façon remarquable. »

« La façon dont les hôpitaux de Leeds fonctionnent aujourd’hui est très différente des comptes rendus inclus dans le rapport d’enquête, avec un accent beaucoup plus important maintenant sur la sécurité, la protection et l’expression des préoccupations. »

« Nous continuons à regretter la détresse vécue par les victimes de Savile et leurs familles, et nous les remercions d’avoir eu le courage de partager leurs histoires ».


LE PÉDOPHILE « PRÉDATEUR » DE LA GRANDE-BRETAGNE : COMMENT S’EST DÉROULÉ LE SCANDALE SAVILE

  • 29 octobre 2011 : Le DJ et animateur vétéran Jimmy Savile est retrouvé mort dans sa maison de Roundhay, Leeds, à l’âge de 84 ans. Sa mort est survenue après une période de pneumonie.
  • Décembre 2011 : La BBC abandonne l’enquête de Newsnight sur ses années d’agressions sexuelles.
  • 30 septembre 2012 : Il apparaît que des allégations sur Savile seront faites dans un nouveau documentaire d’ITV, qui doit être diffusé le 3 octobre.
  • 1er octobre : La police du Surrey confirme que Savile a été interrogé en 2007 sur des allégations remontant aux années 1970, mais qu’il a été relâché sans charge.
  • 2 octobre : La police de Jersey et celle du Surrey ont toutes deux enquêté sur des accusations d’abus présumés dans deux foyers pour enfants, mais ont décidé qu’il n’y avait pas assez de preuves pour poursuivre.
  • 2 octobre : Jeremy Paxman est en froid avec ses patrons de Newsnight parce qu’il ne croit pas le blog du rédacteur en chef Peter Rippon qui explique pourquoi il a abandonné l’enquête sur les abus de Savile.
  • 7 octobre : le Premier ministre David Cameron demande que les allégations « vraiment choquantes » fassent l’objet d’une enquête approfondie.
  • 9 octobre : Scotland Yard révèle qu’il étudie 120 pistes d’enquête et pas moins de 25 victimes et lance l’opération Yewtree.
  • 11 octobre : Des allégations apparaissent selon lesquelles Savile aurait abusé d’enfants à l’hôpital Stoke Mandeville dans le Buckinghamshire et à l’hôpital général de Leeds.
  • 30 octobre : George Entwistle, alors directeur général de la BBC, présente des  » excuses profondes et sincères  » aux victimes présumées et annonce deux enquêtes : l’une sur les manquements potentiels dans la gestion de l’enquête abandonnée sur Newsnight, et la seconde sur  » la culture et les pratiques de la BBC pendant les années où Savile y a travaillé « .
  • 19 octobre : ScotlandYard annonce que l’opération Yewtree, l’enquête sur les abus présumés d’enfants par Savile, est désormais une enquête criminelle formelle impliquant d’autres personnes vivantes.
  • 22 octobre : Le rédacteur en chef de Newsnight, Peter Rippon, va se retirer, est-il annoncé.
  • 25 octobre : Scotland Yard déclare qu’il enquête sur plus de 400 pistes concernant 300 victimes, dont toutes sauf deux sont des femmes. Le commandant Peter Spindler déclare que Savile est l’un des délinquants sexuels les plus prolifiques de l’histoire récente et que l’enquête sur ses abus constituera un  » tournant  » dans la lutte contre les crimes sexuels.
  • 26 octobre : On apprend que sept victimes présumées de Savile ont déposé des plaintes auprès de quatre services de police différents – Surrey, Londres, Sussex et Jersey – du vivant du présentateur de télévision en disgrâce, mais qu’il a été décidé de ne pas donner suite.
  • 2 novembre : Newsnight présente un reportage controversé qui associe à tort l’ancien président du parti conservateur, Lord McAlpine, à des allégations d’abus sur des enfants.
  • 19 décembre : le rapport Pollard révèle qu’un meilleur leadership aurait pu éviter  » le chaos et la confusion  » à la BBC suite au scandale Savile. Peter Rippon est remplacé au poste de rédacteur en chef de Newsnight.
  • 14 février 2013 : Il est annoncé que la femme cadre la plus en vue de la BBC, Helen Boaden, anciennement directrice de l’information, deviendra directrice de la radio. Elle avait été critiquée dans la Pollard Review pour n’avoir pas su s’attaquer à la « débâcle virtuelle » de certaines parties du département des informations.
  • 22 février : les transcriptions et les annexes de la Pollard Review sont publiées sur le site Internet de la BBC.
  • 6 mars : le procureur général de Grande-Bretagne, Keir Starmer, annonce de nouvelles mesures sévères pour éviter  » un autre moment Savile « .
  • 2016 : L’examen de Dame Janet Smith identifie 72 victimes de Savile en lien avec son travail à la BBC, dont huit qui ont été violées. Onze de ses victimes étaient âgées de moins de 30 ans.
Hospital worker claims authorities turned a blind eye on Savile abuse
In the latest documentary about his crimes, Jimmy Savile: The People Who Knew, a former Leeds hospital worker says people never addressed it directly but alluded to his preference for young girls

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations