Un énorme rebondissement se produit immédiatement après que le jury de DC a acquitté l’avocat de Perkins Coie, Michael Sussmann

Article original datant du 03/05/22

[NDLR: Cet article est complété par celui-ci qui détaille plus finement les implications du « rebondissement », à savoir la découverte d’un espace de travail du FBI au sein du cabinet de Perkins Coie.]

Perkins Coie fait de l’espionnage politiquement ciblé des opposants politiques des démocrates depuis 2012 – facilité par nul autre que le FBI.

Le jury n’est pas resté longtemps sans rien faire lorsque ses délibérations ont repris le mardi 31 mai, après les vacances du Memorial Day. Après avoir demandé à voir deux des pièces à conviction du gouvernement, le jury a déclaré Michael Sussmann, l’avocat principal du DNC (Comité National Démocrate) et d’Hillary Clinton, non coupable d’avoir fait une fausse déclaration à un fonctionnaire fédéral.

Beaucoup de gens – dont moi – avaient de bonnes raisons de s’attendre à une condamnation. Des raisons telles que le fait que Durham n’avait jamais perdu une affaire dans laquelle il avait amené un accusé au procès, et le fait qu’il y avait une véritable montagne de preuves – y compris un message texte qu’il a écrit lui-même et qu’il n’a jamais nié avoir écrit – qui montrait que Sussmann avait menti à l’avocat général du FBI James Baker sur le fait qu’il représentait des clients lorsqu’il a approché l’agence d’application de la loi avec le canular d’Alfa Bank.

D’un autre côté, certains ont insisté sur le fait que la quantité de preuves n’avait pas d’importance parce qu’il s’agissait d’un jury de Washington D.C., et qu’ils étaient issus d’une population politique élitiste qui pense que Durham aurait dû être éliminé depuis longtemps et que tout ce procès était une farce.

Il s’avère que ceux qui pensaient qu’un jury de DC n’allait jamais condamner un avocat démocrate puissant avaient en fait raison. C’est l’un des exemples les plus flagrants de nullité de jury dont j’ai été témoin, y compris le procès d’OJ Simpson.

Quelque chose de positif est-il ressorti du procès Sussmann ?

Oui, absolument. Si vous avez suivi l’affaire depuis le début et vu le travail de base que Durham et son équipe d’accusation ont passé plus de 7 mois à préparer dans les dossiers, il est devenu évident que l’affaire Sussmann était le point de départ de la poursuite d’une « coentreprise » criminelle impliquant des dizaines de personnes différentes réparties sur plusieurs campagnes politiques, des entreprises privées et des agences gouvernementales.

Juste parce que sur une seule accusation de fausse déclaration que Durham a utilisé pour établir tout ce travail de base, un jury de DC a annulé toutes les preuves et a laissé Sussmann libre, est-ce que cela annule aussi les preuves que Durham a maintenant dans le dossier de la cour ?

Ce n’est pas le cas. Durham peut toujours utiliser toutes ces preuves dans les affaires en cours.

Laissez-moi compter les façons.

  1. Durham a établi, par le biais d’un examen à huis clos, que Perkins Coie, Hillary for America, le DNC, Fusion GPS et d’autres parties feront des réclamations frivoles et non fondées du privilège avocat-client dans le but de défier les assignations du grand jury fédéral. Toutes les revendications de ce type que ces mêmes parties avanceront dans des affaires futures, lorsqu’elles tenteront de contrecarrer les assignations à comparaître en faisant cette même revendication, ne marcheront pas. Il est déjà établi qu’ils mentent à ce sujet, et donc les futurs juges accorderont à Durham tout examen à huis clos qu’il demandera.
  2. Durham a établi l’existence d’une coentreprise coordonnée entre le DNC, la HFA, Perkins Coie et Fusion GPS pour créer des affaires frauduleuses de collusion Trump/Russie qui devaient ensuite être remis aux agences fédérales pour que la campagne Trump soit la cible d’enquêtes des services de police et de renseignement. Une fois que la transmission d’une fausse affaire était réussie, la campagne Clinton orchestrait alors une campagne de fuites dans les médias rendant public le fait que Trump et ses associés étaient la cible d’enquêtes fédérales. Durham a établi tout cela de manière officielle.
  3. Durham a établi par un témoignage sous serment que non seulement Hillary Clinton savait que sa campagne fabriquait de fausses affaires Trump/Russie, mais qu’elle a donné son accord personnel pour aller de l’avant et donner ces affaires aux médias d’information. Après avoir remis les fausses affaires au FBI, Hillary Clinton et sa campagne ont laissé derrière eux un dossier sur les médias sociaux, attirant l’attention sur les faussesaffaires et augmentant leur visibilité comme moyen d’affecter la campagne présidentielle de 2016.
  4. Durham a établi que des entrepreneurs fédéraux privés volaient des données classifiées/non publiques dans les bases de données des agences fédérales et utilisaient ces données volées pour construire ces fausses affaires. Et la campagne Clinton payait pour tout cela. La FEC a même infligé une amende à la campagne Clinton et au DNC pour avoir tenté de dissimuler les paiements pour les fausses affaires en blanchissant les paiements pour l’opération de tromperie par le biais de leur cabinet d’avocats Perkins Coie. (Il y a eu un nouveau rebondissement fantastique à ce point #4, que j’aborderai dans une minute).
  5. Comme je le dis depuis maintenant 5 ans, ceux qui pensent que le plan consiste à exposer tout cela afin de pouvoir regarder les personnes puissantes à l’origine de cette corruption s’en tirer à bon compte ne comprennent pas le film qu’ils regardent. On ne dévoile pas une activité criminelle d’un tel niveau, impliquant des violations massives de la sécurité nationale et la vente et l’achat d’informations classifiées **sans inculper les personnes impliquées.

Si vous avez lu ma récente chronique sur l’affaire Igor Danchenko [sur laquelle Durham se penche à nouveau maintenant que l’affaire Sussmann est dans les archives, comme en témoignent les trois dépositionse distincts d’hier, dont deux ont été déposées le 12 mai mais n’ont pas été mises au profit jusqu’à présent], alors vous savez ce qui va se passer :

Durham est sur le point de prouver que la campagne d’Hillary Clinton a payé un véritable agent des services de renseignement russes pour obtenir des informations qu’elle a rassemblées dans le dossier Steele et qui ont ensuite été utilisées pour… je ne plaisante pas… accuser un patriote américain nommé Carter Page d’être un… agent des services de renseignement russes.

Alors, il est comment ce rebondissement ?

Danchenko a fui les États-Unis en 2010 et a laissé derrière lui son emploi d’assistant de recherche au Brookings Institute lorsque le FBI a appris qu’il sollicitait le vol d’informations classifiées en échange d’une rémunération. Il s’est enfui juste avant que les fédéraux n’ouvrent un mandat FISA à son encontre.

Et pourtant, en 2016, il est de retour dans les bons vieux États-Unis, où il est payé comme source principale de Christopher Steele pour les allégations de fausse affaire du dossier Steele. Qui l’a laissé revenir ? Comment a-t-il su que son retour était sans danger ? Pourquoi le FBI a-t-il utilisé les allégations du dossier Steele provenant de Danchenko alors qu’il savait qu’il était lui-même un agent russe présumé ? Nous entrons dans l’année 5 de cette farce, et aucune de ces questions n’a encore trouvé de réponse. Mais je crois que ça va arriver.

Imaginez combien Durham va s’amuser à présenter tout cela dans les dossiers d’instruction, montrant que la campagne Clinton payait un espion russe pour accuser des patriotes américains comme Donald Trump, le général Michael Flynn et Carter W. Page d’être des agents russes. Le FBI savait que cet imbécile était un agent russe et pourtant ils ont pris ses allégations et les ont utilisées dans des mandats FISA pour espionner Donald Trump et ses associés.

Et maintenant, un autre rebondissement complètement inattendu !

Il s’avère que le FBI a reçu l’ordre d’installer un portail de base de données fédérale dans les bureaux de Perkins Coie, le cabinet d’avocats du parti démocrate, en 2012. Je ne pense pas que ce soit le genre de chose que le FBI fait de son propre chef pour le plaisir. Quelqu’un avec de l’autorité leur a dit de le faire. Et il y a toujours une trace écrite.

J’ai eu des désaccords avec Sundance et CTH dans le passé, mais ils ont absolument réussi cette fois-ci.

TOP SECRET//SI//ORCON/NOFORN (Code pour Information classifiée, dont la diffusion est contrôlée et ne doit pas être diffusée à un citoyen étranger, NdT)

La NSA a examiné toutes les requêtes utilisant les identifiants des « personnes américaines ciblées en vertu des Sections 704 et 705(b) de la FISA à l’aide de l’outil […] de […], du 1er novembre 2015 au 1er mai 2016″. Id. à 2-3 (note de bas de page omise), Sur la base de cet examen,  » la NSA estime […] qu’environ quatre-vingt-cinq pour cent de ces requêtes représentant […] des requêtes effectuées par […] environ […] bureaux ciblés, n’étaient pas conformes aux procédures de minimisation applicables ». Id, à 3. Beaucoup de ces requêtes non conformes impliquaient l’utilisation des mêmes identifiants sur différentes plages de dates. Id, Malgré cela, un taux de non-conformité de 85% soulève des questions sur le bien-fondé de l’utilisation de […] pour interroger les données FISA. Alors que le gouvernement déclare qu’il n’est pas en mesure de fournir une estimation fiable du nombre de requêtes non conformes depuis 2012, id., il n’y a aucune raison apparente de croire que la période novembre 2015-avril 2016 a coïncidé avec un taux d’erreur exceptionnellement élevé.

L’accès inapproprié accordé aux […] entrepreneurs était apparemment en place […] et semble avoir été le résultat d’une prise de décision délibérée […]. Rapport de conformité, p. 92-93 ([…]l’accès aux systèmes du FBI faisait l’objet d’un protocole d’accord interagences conclu […]). Malgré l’existence d’un protocole d’accord interagences (vraisemblablement préparé ou révisé par les avocats du FBI), aucun avis de cette pratique n’a été donné au FISC avant 2016. Bien entendu, un tel protocole d’accord ne pouvait pas passer outre les restrictions des procédures de minimisation de la section 702.

TOP SECRETS//SI//ORCON/NOFORN

Ils ont mis en place ce système d’espionnage à motivation politique au sein du plus grand cabinet d’avocats démocrate de la nation en 2012 et ils n’ont même pas daigné faire savoir à la Foreign Intelligence Surveillance Court [FISC] que tout cela se passait avant 2016. Et ce n’est vraisemblablement qu’**après** que l’amiral Mike Rogers, directeur de la NSA, a été alerté du fait que le système de requête 702 était exploité et abusé à des fins politiques partisanes et qu’il a tiré la sonnette d’alarme et fermé temporairement le système pendant qu’un examen avait lieu.

L’abus du système 702 a fait surface pour la première fois en 2017. À l’époque, moi et beaucoup d’autres enquêteur sur le sujet du SpyGate étions à fond dans cette histoire. Mais nous avions tous supposé que les entrepreneurs privés impliqués ici étaient une entreprise comme Fusion GPS.

Il ne nous serait jamais venu à l’esprit que la corruption était si profonde qu’au cours de la deuxième administration d’un président démocrate, quelqu’un ait délibérément installé un portail de base de données de renseignement classifié par le FBI au sein du principal cabinet d’avocats du parti démocrate. Il n’y a qu’ **UNE RAISON** de faire cela, et il ne faut pas être un génie pour le comprendre.

Les avocats les plus influents du parti démocrate, comme, disons sans raison particulière, Michael Sussmann, ont reçu des badges du FBI de la plus haute classification qui leur permettaient de surfer sur les bases de données des agences fédérales dans le confort et le luxe des bureaux de Perkins Coie.

Et vous ne devinerez jamais ce que ces avocats de Perkins Coie ont utilisé cet accès pour faire !

Il s’avère qu’ils utilisent ce portail officiel du FBI pour espionner leur opposition politique. Depuis plus de 10 ans maintenant.

Les merveilles ne cesseront-elles jamais ?

Cette bombe a été lâchée hier soir dans le programme d’information par câble le plus regardé d’Amérique. Le représentant Matt Gaetz [élu Républicain de la Floride] l’a révélé au cours de son segment avec l’animateur Tucker Carlson.

Allumer la rediffusion de l’émission de Tucker Carlson ? Pourquoi ?

Tout cela a été mis en place au début du second mandat d’Obama en 2012.

Au moment où Trump a émergé sur la scène politique en tant que candidat à la présidence en 2015, l’appareil d’espionnage politique était installé chez Perkins Coie et tout fonctionnait bien.

Dieu merci, ce procès est terminé et notre grand secret est toujours en sécurité et personne ne sait que… attends quoi ? Ah, m#rde !

Donc Sussmann a été blanchi sur une seule accusation de mensonge à Baker. Ah bon.

Ça n’empêche pas le rideau de se lever sur le reste de tout ça. Ils vont quand même tout dévoiler. On ne peut pas l’arrêter.

Vous allez passer les prochains mois à regarder des gens comme Obama et Clinton et d’autres démocrates de premier plan se tordre dans tous les sens en essayant d’expliquer comment leur cabinet d’avocats préféré a obtenu cet accès au portail du FBI pour espionner tous leurs adversaires politiques quand ils le voulaient.

Durham a passé les 8 derniers mois à mettre au jour une conspiration criminelle massive et la nuit dernière nous avons vu une autre pièce énorme de la révélation de la conspiration se mettre en place.

Durham va-t-il réellement commencer à faire payer les gens pour la vaste « coentreprise » criminelle qu’il a passé les 8 derniers mois à dévoiler ? Va-t-il perdre son sang-froid et rentrer chez lui plutôt que de s’attaquer à ce nid de frelons ?

Nous verrons ce qui se passe.

Huge Plot Twist Develops Immediately After DC Jury Acquits Perkins Coie Lawyer Michael Sussmann
Perkins Coie Has Been Doing Politically Targeted Spying of Democrat's Political Opponents Since 2012 - Facilitated By None Other Than The FBI

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations