Un médecin accuse la suppression des données sur l’ivermectine d’avoir coûté « un demi-million de vies »

Expérience de Rosenhan
28 mai 2021
Live du 28 mai 2021
28 mai 2021

Article original datant du 26/05/21

Lors d’une récente conférence Zoom , le Dr Pierre Kory, de la Front Line COVID-19 Critical Care Alliance (Alliance pour les soins critiques de première ligne contre le COVID-19), a exposé de nombreux détails montrant que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a sciemment supprimé les données sur l’efficacité de l’ivermectine contre le virus afin de servir les intérêts de Big Pharma en matière de vaccins.

Dr. Pierre Kory

« C’est criminel », a dit Kory. « C’est littéralement criminel. » Le médicament « aurait pu sauver un demi-million de vies cette année s’il avait été approuvé ».

Selon M. Kory, l’OMS ne fait que participer aux tactiques d’un « manuel de désinformation » usé par le temps. Ce terme a été inventé par l’Union of Concerned Scientists (l’union des scientifiques préoccupés) il y a 50 ans pour décrire les stratégies développées par les entreprises au fil des décennies pour « attaquer la science lorsqu’elle va à l’encontre de leurs intérêts financiers ».

Il se compose de cinq parties :

  1. Le faux – Mener des recherches contrefaites et essayer de les faire passer pour des recherches légitimes.
  2. Le Blitz – Harceler les scientifiques qui s’expriment avec des analyses de résultats gênantes pour l’industrie.
  3. La diversion – Fabriquer de l’incertitude sur la science là où il n’y en a pas ou peu.
  4. L’écran – Acheter de la crédibilité grâce à des alliances avec le monde universitaire ou des sociétés professionnelles.
  5. La solution – Manipuler les fonctionnaires ou les processus gouvernementaux pour influencer la politique de manière inappropriée.

Dans l’intégralité de l’appel Zoom, retiré depuis par YouTube mais disponible sur Bitchute, Kory décrit comment les cinq tactiques ont été déployées contre les résultats scientifiques sur l’ivermectine. Un exemple est la corruption des principales revues médicales, dont les rédacteurs en chef refusent que les études sur l’ivermectine soient soumises à un examen par les pairs. Le participant institutionnel le plus flagrant, cependant, est l’OMS.

Kory est l’auteur principal d’un examen scientifique des études sur l’ivermectine dans le monde, qui a été publié dans l’édition de mai-juin de The American Journal of Therapeutics.

Comme indiqué sur le site Web du FlCCC, il y a eu au total 56 essais impliquant 469 scientifiques et 18 447 patients. Parmi ceux-ci, 28 étaient des essais contrôlés randomisés (ECR), le type d’essai considéré comme faisant autorité dans la communauté médicale.

Ensemble, ils ont montré une amélioration de 85 % en tant que prévention de la maladie lorsqu’elle est prise avant l’exposition. On a constaté une amélioration de 78 % chez les patients lorsqu’elle est administrée tôt et de 46 % lorsqu’elle est administrée tard. Une amélioration de 74 % de la mortalité a été constatée et une amélioration de 66 % dans plusieurs domaines dans les 28 essais contrôlés randomisés.

Dix jours seulement après sa publication, l’article sur l’ivermectine a été classé treizième parmi les plus lus des plus de 200 000 autres publications scientifiques parues pendant cette période, rapporte M. Kory.

Sur les 17,7 millions d’articles recensés par la source de notation depuis sa création, l’étude sur l’ivermectine est déjà classée 246ème.

M. Kory pense que la réaction au document est un bon signe, et il voit « un changement radical en cours ».

M. Kory note que son équipe n’est guère seule. « La Dr Tess Lawrie est l’une des experts mondiaux en matière de directives et d’examens systématiques. Son groupe et son effort indépendant, le consortium BIRD (British Ivermectin Recommendation Development), sont parvenus à la conclusion que l’ivermectine devrait être la norme de soins. Notre article est également arrivé à cette même conclusion. Nous ne sommes pas les seuls. Le professeur Satoshi Omura, lauréat du prix Nobel, et son groupe du Japon, ont publié un article concluant la même chose. Un autre groupe indépendant d’Espagne et d’Italie » a fait de même.

Plus important encore, a-t-il dit, « la clé de tous ces groupes… est que nous sommes des groupes d’experts indépendants. Aucun d’entre nous n’est en conflit. Aucun d’entre nous n’a d’autre intérêt que le serment que nous avons prêté en tant que médecins, à savoir le soin de nos patients. »

Une partie du problème est que les entreprises donatrices à l’OMS ne se contentent pas de fournir des fonds, elles déterminent tous les aspects de la recherche et fournissent même les équipes de recherche.

« Regardez d’où vient l’argent. Maintenant, l’argent est lié à des conditions », a déclaré Kory. « Les gens donnent de l’argent à l’OMS, mais ils disent ‘nous voulons que vous fassiez ceci ou que vous étudiiez cela. Nous voulons que vous fassiez appel à nos consultants, à nos experts et à nos scientifiques ». Beaucoup d’entre eux viennent de l’industrie pharmaceutique. La pharma a peu ou prou complètement infiltré cette organisation. »

Lorsque « vous examinez le médicament d’un œil critique, surtout en cas de pandémie, vous ne pouvez qu’arriver à la conclusion objective qu’il s’agit de la norme de soins », a déclaré M. Kory. « Et il a vraiment un impact phénoménal dans le monde entier ».

Au Mexique et en Inde, par exemple, « les taux de mortalité et d’hospitalisation ont absolument chuté » là où l’ivermectine était utilisée.

Selon Kory, le véritable problème de ce médicament est qu’en plus d’être efficace, sûr et facilement disponible, il est très bon marché. L’ivermectine ne coûte que quelques dollars par dose. Cela oppose le médicament aux intérêts financiers de plus de 100 milliards de dollars à tirer des vaccins.

« Je ne peux pas imaginer, dans l’histoire des produits pharmaceutiques, un intérêt concurrent aussi profond et aussi vaste que celui qui est opposé à la petite ivermectine », a déclaré M. Kory. « L’intérêt contre elle est vraiment presque incalculable ».

Des organismes de santé autrefois dignes de confiance, tels que l’OMS, sont devenus les principaux défenseurs des intérêts de leurs donateurs férus de Big Pharma et des vaccins. En conséquence, selon Kory, l’OMS et d’autres organismes suppriment activement les nombreuses preuves de l’efficacité de l’ivermectine afin de les soustraire à la vue du public.

Les preuves de cette affirmation sont étonnantes. En examinant le rapport du panel de l’OMS sur l’ivermectine, il a déclaré : « Ce qu’ils font n’est pas subtil. Il est tellement clair que celui qui était en charge de ce panel avait un objectif non scientifique. »

« Tout d’abord, il n’y avait pas de protocole pour exclure les données. Ils étaient donc libres d’éliminer tout essai qu’ils jugeaient inapproprié à leur objectif », a noté Kory. « Et devinez quoi ? Ils l’ont fait. Ils ont jeté un grand nombre de résultats que leur propre équipe Unitaid avait découverts et rassemblés au cours des derniers mois. »

La chose la plus flagrante, selon Kory, est une phrase du rapport de l’OMS qui dit que leurs chercheurs n’ont même pas pris la peine de défendre, « il dit simplement : ‘Nous n’avons pas examiné les essais contrôlés randomisés et la prévention du COVID-19’. Aucune raison de le faire, aucune raison de ne pas le faire. Nous ne l’avons tout simplement pas fait ».

L’un des indicateurs les plus importants de l’efficacité d’un médicament est la donnée dose-réponse, explique Kory. « Ils ont délibérément évité de mentionner » les données dose-réponse. « Ils ont complètement omis des données vraiment importantes, car si elles sont présentes, c’est un énorme pilier scientifique qui montre l’efficacité. »

Ils n’ont pas non plus inclus les études épidémiologiques, comme celle de Juan Chamie qui, depuis un an, « montre que partout où il y a une distribution et une adoption [de l’ivermectine] à grande échelle, on voit le nombre de cas et de décès chuter », et qui a été présentée à l’OMS.

« Donc quand j’ai lu ça, je connais ces données. J’avais la tête entre les mains et je me disais que ces gens étaient des criminels. Ils sont littéralement des criminels », a déclaré Kory.

Lorsque le rapport examine si l’ivermectine est sans danger ou non, Kory fait remarquer que « c’est absolument comique ».

S’agissant d’un médicament utilisé depuis plus de 40 ans, avec des milliards de doses administrées et un meilleur bilan de sécurité que l’aspirine ou le Tylenol, dit-il, l’OMS a trouvé trois études qui contiennent une suggestion qu’il pourrait y avoir des effets indésirables. Le groupe d’experts a alors déterminé, selon Kory, « que cela ne fonctionne pas, car nous avons rejeté toutes les données montrant que cela fonctionne. Mais vous savez quoi, nous voyons que cela pourrait être nocif. Je veux dire, c’est absolument ridicule ce qu’ils font ».

En revanche, l’OMS a autorisé le remdesivir pour le COVID-19, qui coûte entre 2340 et 3120 dollars, sur la base d’une seule étude réalisée auprès de 800 patients. Cette étude a montré que le remdesivir ne réduit pas la mortalité et qu’il réduit la durée d’hospitalisation des survivants de deux jours en moyenne.

En 2018, l’OMS a recommandé l’ivermectine pour le traitement de la gale sur la base de 10 essais contrôlés randomisés portant sur seulement 852 patients. Elle a fait de même pour l’ivermectine comme traitement des strongyloïdes, une infection parasitaire, sur la base de cinq essais contrôlés randomisés et de 591 patients.

Cependant, 28 essais contrôlés randomisés portant sur près de 3 000 patients n’ont pas suffi pour que l’OMS approuve ce traitement salvateur pour le COVID-19.

« L’OMS a essentiellement commis une action criminelle », a déclaré Kory. « Ce n’est clairement pas de la science qui se passe ici ».

‘Literally criminal’: Suppressing data on ivermectin cost ‘half a million lives’, doctor ...
Special to WorldTribune, May 26, 2021 Commentary by R. Clinton Ohlers In a recent Zoom call, Dr. Pierre Kory of the Front Line COVID-19 Critical Care Alliance outlined numerous details showing the …