Un rapport révèle des décennies de commerce sexuel pratiqué par des religieuses allemandes

L’indice d’écoute de CNN chute pendant la première semaine de mandat de Biden
8 février 2021
Elon Musk dit qu’il ne recevra pas de vaccin contre les coronavirus parce qu’il n’est « pas à risque »
8 février 2021

Un nouveau rapport que les autorités allemandes ont voulu faire taire affirme que pendant des décennies, les religieuses catholiques ont vendu des garçons orphelins à des prêtres prédateurs et à des hommes d’affaires pervers.

Un rapport inquiétant retrace des décennies d’abus sexuels généralisés sur des enfants dans l’archidiocèse de Cologne, en Allemagne, aux mains de religieuses cupides soutenues par des prêtres pervers. L’histoire a été révélée à la suite d’un procès selon lequel l’Ordre des Sœurs du Divin Rédempteur vendait ou prêtait des garçons orphelins de leurs pensions de famille pendant des semaines dans un commerce de viol dégoûtant à des prêtres prédateurs et des hommes d’affaires.

Selon les hommes impliqués dans le procès, les garçons n’ont pas été mis en adoption ou envoyés dans des familles d’accueil parce que les vendre à des violeurs malades remplissait les coffres des sœurs avec leur « couvent des horreurs ». Le rapport affirme que 175 personnes, en majorité des garçons âgés de 8 à 14 ans, ont été maltraitées pendant plus de deux décennies. Pourtant, il ne rejette pas directement la faute sur les religieuses, mais se contente de dire qu’il s’agissait d’erreurs de gestion « systématiques » et de « indulgence » permettant à l’abus de se poursuivre. Le rapport découvre également que certains garçons ont même été préparés à devenir les esclaves sexuels de pervers.

Le procès a également porté sur les ordres religieux et a découvert que 1 412 personnes qui vivaient ou fréquentaient des couvents, des paroisses et des monastères lorsqu’elles étaient enfants, adolescentes et pupilles ont également été maltraitées par au moins 654 moines et nonnes et autres membres des ordres. Environ 80 % des victimes étaient de sexe masculin et 20 % de sexe féminin. L’enquête a également découvert que 80 % des agresseurs sont aujourd’hui morts et que 37 d’entre eux avaient quitté la prêtrise ou l’ordre religieux.

Pendant plusieurs années, les abus présumés ont continué. L’un des hommes a affirmé que même après avoir quitté le couvent, les religieuses se rendaient fréquemment dans leurs dortoirs universitaires pour le droguer et le livrer aux appartements des prédateurs. Même après de multiples demandes, l’Ordre des Sœurs du Divin Rédempteur n’a fait aucun commentaire sur ces allégations.

Le procès a été signalé pour la première fois par la Deutsche Welle l’année dernière. La victime de 63 ans, Karl Haucke, le dirige avec 15 autres anciens orphelins en demandant que l’archevêché de Cologne mène une enquête approfondie. Cette enquête s’achève finalement en janvier 2021, mais les détails de ce rapport d’enquête sont si horrifiques que l’archevêque Reiner Maria Woelki a refusé l’accès au public. Les journalistes qui souhaitent voir le rapport doivent signer des accords de confidentialité et ne pas en publier le contenu. En janvier, huit journalistes allemands sont sortis d’une conférence de presse après s’être vu refuser l’accès au rapport d’enquête de l’église, à moins qu’ils n’acceptent de ne pas en publier le contenu.
Selon Haucke, il a été maltraité au moins une fois par semaine par plus d’un prêtre, généralement entre 11 et 14 ans. Il qualifie de « scandaleux » le refus de la publication du rapport en janvier et ajoute que le fait de refuser aux journalistes le droit de publier l’histoire lui a donné « l’impression d’être maltraité une fois de plus ».

En raison du procès en cours, plusieurs avocats qui ont eu accès aux 560 pages du rapport ont partagé des parties de celui-ci avec les médias. Plusieurs hommes d’affaires allemands et des membres du clergé complices ont été nommés dans le rapport, car ils ont « loué » les jeunes garçons à des religieuses dans un couvent de Spire, en Allemagne, entre les années 1960 et 1970. Les jeunes garçons ont subi les pires sévices : ils ont été forcés de participer à des orgies et à des gangs bang, puis, à leur retour au couvent, les religieuses les punissaient pour avoir froissé leurs vêtements ou s’être couverts de sperme.

L’archevêché, désormais dirigé par l’évêque Karl-Heinz Wiesmann, a déclaré que le rapport d’enquête était « tellement sanglant » qu’il serait trop choquant de le rendre public. Wiesemann a déclaré à l’agence de presse catholique KNA qu’il avait dû prendre un mois de congé sabbatique pour récupérer après l’avoir lu. Les principaux auteurs d’abus cités dans le rapport sont maintenant morts. De nombreuses victimes ont accepté de recevoir une compensation financière de l’église, et ne se sont donc pas jointes au procès. En mars, l’archevêché prévoit de publier une nouvelle édition révisée, sans doute très expurgée, du rapport.