Un lanceur d’alerte chinois révèle que le COVID-19 était une arme biologique planifiée par l’Armée Populaire de Libération

Un lanceur d’alerte de la police du Capitole a adressé une réprimande cinglante à propos du 6 janvier à deux de ses hauts responsables
9 octobre 2021
Le général Michael Flynn dénonce l’État profond : « Nous avons deux gouvernements distincts »
12 octobre 2021

Article original datant du 11/10/21

Le COVID-19 était un projet d’arme biologique de l’Armée Populaire de Libération de la Chine. (People’s Liberation Army – PLA)

En 2005 déjà, le colonel Ji-Wei Guo, de l’hôpital sud-ouest de la troisième université médicale militaire de l’Armée Populaire de Libération à Chongqing, en Chine, avait décrit un nouveau type d’arme biologique.

Le colonel Guo rejetait les armes biologiques traditionnelles maladroites qui produisaient une destruction massive, celles qui :

[…] dépendent de la microbiologie, en particulier de la bactériologie, qui utilisent des bactéries destructrices, des virus et des corps vivants toxiques obtenus directement dans le monde naturel. Ces armes sont soumises à la nature, sont difficiles à contrôler et ont des effets irréversibles. »

La Chine utiliserait la biotechnologie pour créer de nouvelles formes d' »armes biotechnologiques » conçues qui seraient « contrôlables » et « récupérables » et pour lesquelles la Chine serait seule à posséder le vaccin ou l’antidote.

Ces armes seraient hautement contagieuses, mais de faible létalité et pourraient être déployées dans des conditions de « pré-guerre ». Bien qu’elles soient créées artificiellement, les nouvelles armes biologiques conserveraient un « déni plausible », c’est-à-dire qu’elles pourraient être attribuées à une maladie d’origine naturelle.

C’est ainsi qu’est né le vaste programme conjoint de développement d’armes biologiques et de production de vaccins de la APL qui a fait appel aux universités chinoises et à leur accès aux connaissances et compétences internationales, notamment celles des États-Unis.

Dans un article de suivi publié en 2006, le colonel Guo développe sa thèse et préconise l’arsenalisation de la médecine militaire, afin d’en faire

« une puissance de combat en plus d’un outil de maintien et de renforcement de la puissance de combat de l’armée – c’est-à-dire former un système d’agression de la biotechnologie ».

Contrairement aux armes de destruction massive, le colonel Guo propose que les scientifiques de la médecine militaire utilisent la biotechnologie pour produire des armes qui ciblent des effets physiologiques spécifiques sur le corps humain :

L’objectif de la blessure de précision n’est pas nécessairement de mettre fin à une vie, mais de choisir un degré de blessure en fonction des objectifs des opérations et des types d’ennemis. »

En 2006, le colonel Guo a conclu :

La guerre étant un acte de violence visant à anéantir les ennemis ou à les priver de capacités de résistance, les techniques biologiques modernes utilisées à des fins d’attaque visent plus directement et plus précisément les humains que les autres méthodes, ce qui jouera un rôle plus important dans les futures opérations militaires. »

Quelque temps après 2011, le colonel Guo a été formé en anglais et envoyé à l’étranger, probablement à des fins d’espionnage, bien que l’on ne sache pas dans quel pays il est allé.

Le colonel Guo et ses collègues de l’APL ont continué à promouvoir les armes biotechnologiques et la « guerre biologique » dans des revues militaires en langue chinoise en 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2016 et 2018.

Plus précisément, l’étudiant du colonel Guo, Kun Huo, dans sa thèse de maîtrise en langue chinoise de 2013, a décrit la doctrine militaire qui sous-tend l’utilisation d’agents de guerre biologique  » non létaux  » comme le COVID-19 :

Cet article est le premier à mettre systématiquement en avant la pensée de la guerre biologique « non létale » dans laquelle la guerre future se concentrera sur le domaine biologique ultrastructurel et à démontrer scientifiquement la nécessité et la faisabilité de la construction de la guerre biologique « non létale ». »

Ce n’est peut-être pas une coïncidence si l’institution d’origine du colonel Guo, la troisième université médicale militaire de Chongqing, a joué un rôle majeur dans la recherche de l’APL sur le coronavirus pendant et immédiatement après la pandémie de SRAS de 2002-2004.

Le lanceur d’alerte chinois, le Dr Li-Meng Yan, affirme que le virus du COVID-19 est né dans des laboratoires supervisés par l’APL chinoise, à partir de coronavirus de chauve-souris ZC45 et/ou ZXC21 collectés à Zhoushan, en Chine, et utilisés comme « colonne vertébrale » virale pour le génie génétique.

Ces coronavirus de chauve-souris ont été initialement isolés et caractérisés entre juillet 2015 et février 2017 sous la supervision de la troisième université militaire de médecine et de l’institut de recherche en médecine de l’ancien commandement militaire de l’APL à Nanjing.

Il ne devrait désormais faire aucun doute que la Chine a eu un programme de guerre biologique actif et étendu dont le COVID-19 était l’une de ses « armes biotechnologiques ».

Lawrence Sellin, Ph.D., est un colonel de réserve de l’armée américaine à la retraite et un vétéran de l’Afghanistan et de l’Irak. Il a fait une carrière civile dans le commerce international et la recherche médicale. Son adresse électronique est lawrence.sellin@gmail.com. Anna Chen peut être suivie sur Twitter @2020Gladiator.