Un tribunal ordonne à la FDA de se conformer à la loi sur la liberté d’information et de divulguer des informations sur le vaccin de Pfizer

Article original datant du 02/12/21

Le premier lot de documents montre que plus de 1 200 décès dus au vaccin sont survenus au cours des 90 premiers jours

La Food and Drug Administration (FDA) a publié le premier lot de documents relatifs au vaccin contre le Covid-19 de Pfizer après qu’un juge fédéral ait ordonné qu’elle se conforme à une demande massive en vertu de la loi sur la liberté d’information (FOIA) déposée par un groupe de responsabilité gouvernementale appelé Public Health and Medical Professionals for Transparency (Santé publique et professionnels du secteur médical pour la transparence).

Le groupe estimé de plus de 30 professeurs et scientifiques a demandé au gouvernement fédéral de partager toutes les données qui ont influencé la décision hâtive de l’agence d’accorder au vaccin expérimental à ARNm de Pfizer une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) – ce qui représente une masse de plus de 329 000 documents.

Dans un effort éhonté pour enterrer l’information, la FDA a contesté la demande de FOIA (Loi sur la liberté d’information – WIKI) devant les tribunaux. Après que l’agence a été informée qu’elle devait remettre les documents, les avocats du ministère de la justice représentant la FDA ont demandé à un juge fédéral de leur accorder l’impensable délai de 55 ans pour traiter la demande, en affirmant qu’ils ne pourraient divulguer que 500 pages par mois.

En d’autres termes, Elon arrivera sur Mars bien avant que les documents ne soient entièrement rendus publics – en 2076.

Une requête, également déposée par le même groupe de médecins et de scientifiques, est actuellement en instance devant un tribunal fédéral, qui obligerait la FDA à accélérer le traitement et la communication de ces documents.

En attendant, la FDA doit toujours se conformer à l’ordre initial de commencer à remettre les documents. Et voilà que la première publication est une bombe.

Selon un document officiel de Pfizer intitulé « Cumulative Analysis of Post-Authorization Adverse Event Records Reports » (Analyse cumulative des rapports d’effets secondaires indésirables post-autorisation), au cours des 90 premiers jours de la commercialisation du vaccin dans le cadre de l’EUA de la FDA – du 1er décembre 2020 au 28 février 2021 -, le vaccin a fait l’objet d’un grand nombre de plaintes. 2020 – 28 février 2021 – des dizaines de milliers d’effets indésirables ont été signalés, dont plus de 1200 décès.

Tableau 1. Nombre total d’effets indésirable du BNT162b2 par classes de systèmes d’organes et gravité de l’événement.
(En violet: graves / en bleu: non graves.
Par ordre de nombre de cas: Problèmes généraux, Système nerveux, Musculosquelettique, Respiratoire, Peau, Complications lors d’une procédure, Infections, Cardiaque, Vasculaire, Psychiatrique, Sanguin et lymphatique, Oculaire, Immunitaire, ORL, Métabolisme et nutrition, Problèmes liés au produit, Rénal et urinaire, Système reproductif et mammaire, Circonstances sociales, Hépatique, Tumeurs, Grossesse, Endocrinologique, Congénital et génétique, …, Procédures médicales et chirurgicales)

Le rapport n’incluait que les effets secondaires indésirables du vaccin que les chercheurs considéraient comme des « cas graves », des milliers d’autres signalements n’ont pas été pris en compte dans ces données.

Tous les cas jugés « non graves » devaient être traités dans les 90 jours, mais ce rapport a été publié avant même que les 90 jours de disponibilité du vaccin Pfizer ne soient écoulés.

« En raison du grand nombre de déclarations spontanées d’effets secondaires indésirables reçues pour le produit, le titulaire de l’autorisation de mise sur le marché a donné la priorité au traitement des cas graves, afin de respecter les délais de déclaration réglementaire accélérés et de s’assurer que ces rapports sont disponibles pour la détection des signaux et l’évaluation.

Les cas non graves sont traités dès que possible et au plus tard 90 jours après leur réception. Pfizer a également pris de nombreuses mesures pour atténuer la forte augmentation du nombre de rapports d’événements indésirables. »

En tout, le rapport indique qu’il y a eu un total de 42 086 rapports de cas de personnes ayant eu une réaction indésirable au vaccin de Pfizer dans le monde entier, le plus grand nombre (13 739) provenant des États-Unis et du Royaume-Uni (13 404).

Selon les documents, les femmes (29 914) étaient trois fois plus susceptibles d’avoir une réaction que les hommes (9182). Au total, 1223 personnes ont eu une réaction mortelle au vaccin expérimental de Pfizer.

Tableau 1. Aperçu général des caractéristiques sélectionnées de toutes les personnes reçues au cours de l’année de référence.

Le rapport « confidentiel » de Pfizer sur les effets indésirables du vaccin Covid-19 se termine par des milliers d’affections présentant un « intérêt particulier » et susceptibles de se développer après la prise de leur vaccin expérimental. La liste dactylographiée à simple interligne se poursuit sur une longueur étonnante de 9 pages.

Pourtant, le document conclut que « l’examen des données disponibles » était suffisant et a démontré un « rapport bénéfice-risque favorable » pour le vaccin expérimental.

Quel est le rapport bénéfice/risque d’un virus dont le taux de guérison est de 99,9 % ? L’avantage – du moins pour Pfizer – est clair : peu importe combien de vies autrement saines sont perdues – ils encaissent 1 000 $ PAR SECONDE et prévoient un bénéfice de 36 milliards de dollars cette année pour le seul vaccin – c’est criminel.

Le document complet peut être consulté ici.

La FDA a clairement donné raison à Pfizer, en prolongeant l’EUA malgré le nombre élevé de décès et de réactions graves dans le court laps de temps où le vaccin de Pfizer était disponible.

Que cachent-ils d’autre ?

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations