Une analyse prouve que le COVID est un virus fabriqué en laboratoire

Le Sénat de l’État d’Arizona engage son propre cabinet d’audit indépendant, qualifié et spécialisé dans la Juricomptabilité pour analyser les résultats de 2020
30 janvier 2021
Sephora coupe ses liens avec une influenceuse beauté parce que conservatrice
1 février 2021

Une nouvelle étude COVID-19 conclut qu’il y a « une probabilité de 99,8% que le SARS-CoV-2 provienne d’un laboratoire ».

L’article de 193 pages publié le 29 janvier est intitulé « Une analyse bayésienne conclut au-delà de tout doute raisonnable que le SRAS-CoV-2 n’est pas une zoonose naturelle, mais qu’il est plutôt dérivé d’un laboratoire ».

« Le but de l’analyse était de déterminer l’origine du SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19. En partant d’une probabilité de 98,2% qu’il s’agisse d’un saut zoonotique par rapport à la nature, avec une probabilité de seulement 1,2% qu’il s’agisse d’une fuite en laboratoire, vingt-six faits et preuves différents et indépendants ont été examinés systématiquement. La conclusion finale est qu’il y a une probabilité de 99,8% que le SRAS-CoV-2 provienne d’un laboratoire et une probabilité de seulement 0,2% qu’il provienne de la nature », note un résumé.

L’auteur, le Dr Steven Quay, a publié plus de 360 études médicales et a été cité plus de 10 000 fois, ce qui le place dans le premier pour cent des scientifiques du monde entier.

De plus, il détient près de 90 brevets américains et a inventé sept produits pharmaceutiques approuvés par la FDA.

« En ne prenant que des preuves scientifiques accessibles au public sur le CoV-2 du SRAS et en utilisant des estimations très prudentes dans mon analyse, je conclus néanmoins qu’il est hors de tout doute raisonnable que le CoV-2 du SRAS s’est échappé d’un laboratoire. Les preuves supplémentaires de ce qui semble être des séquences génétiques de vaccins adénoviraux dans des échantillons de cinq patients de décembre 2019 et séquencés par l’Institut de virologie de Wuhan nécessitent une explication. Vous verriez ce genre de données dans un essai de provocation vaccinale, par exemple. Il faut espérer que l’équipe de l’OMS pourra obtenir des réponses à ces questions », ajoute-t-il.

Lire le document sur Scribd (Anglais)

SQuay_Bayesian Analysis of … by Natalie Winters