Une analyste du FBI a pris des documents sur Ben Laden et Al-Qaïda et les a gardés pendant des années

Article original datant du 23/05/21

Une employée de la division de Kansas City du FBI a été inculpée par un grand jury fédéral pour avoir soustrait illégalement de nombreux documents de sécurité nationale qui ont été trouvés à son domicile.

Kendra Kingsbury, 48 ans, de Dodge City (Kansas), a été inculpée dans un acte d’accusation à deux volets rendu sous scellés par un grand jury fédéral à Kansas City (Missouri), mardi 18 mai dernier. Cet acte d’accusation a été déclassifié et rendu public vendredi lors de l’arrestation de Kingsbury et de sa comparution initiale devant le tribunal du district du Kansas.

« En tant qu’analyste de renseignements pour le FBI, l’accusée s’est vu confier l’accès à des documents gouvernementaux sensibles », a déclaré le procureur général adjoint John C. Demers, de la Division de la Sécurité Nationale du Ministère de la Justice. « Kingsbury est accusée d’avoir violé la confiance de notre nation en volant et en conservant des documents classifiés à son domicile pendant des années. Les menaces internes représentent un danger important pour notre sécurité nationale, et nous continuerons à travailler sans relâche pour identifier et poursuivre les individus qui représentent une telle menace. »

« L’ampleur et la profondeur des informations classifiées relatives à la sécurité nationale conservées par l’accusée pendant plus de dix ans sont tout simplement ahurissantes », a déclaré Alan E. Kohler, Jr. directeur adjoint de la division du contre-espionnage du FBI. « La défenderesse, qui est bien formée au traitement des informations classifiées, a mis en danger les secrets sensibles de son pays. Le FBI se donne beaucoup de mal pour enquêter sur les personnes qui font passer leurs propres intérêts avant la sécurité nationale des États-Unis, y compris lorsque cette personne est un employé du FBI. »

« La sécurité de notre communauté et la sécurité de notre nation ont été mises en danger par ce comportement criminel », a déclaré Teresa Moore, procureure des Etats-Unis par intérim pour le district occidental du Missouri. « Ceux à qui l’on confie une responsabilité aussi grave doivent être tenus pour responsables s’ils violent leur serment et trahissent leur pays. J’apprécie la diligence et le professionnalisme avec lesquels le FBI a mené une enquête approfondie sur l’une des siens et a traduit l’auteure en justice. »

« Chaque employé du FBI jure de soutenir et de défendre la Constitution des États-Unis », a déclaré l’agent spécial en charge Timothy Langan du bureau local du FBI de Kansas City. « Avec ce serment vient l’obligation de protéger les informations classifiées contre toute divulgation non autorisée afin de préserver notre sécurité nationale. Les actions de Kingsbury sont une trahison de la confiance non seulement envers le FBI mais aussi envers le peuple américain. Ils peuvent être assurés que le FBI prend toutes les allégations d’actes répréhensibles de la part de ses employés avec la plus grande gravité et reste déterminé à enquêter sur ces allégations dans toute la mesure du possible. »

L’acte d’accusation fédéral allègue que Kingsbury a soustrait de manière inappropriée des documents sensibles du gouvernement – y compris des informations de défense nationale et des documents classifiés – de juin 2004 au 15 décembre 2017. Kingsbury aurait conservé ces documents dans sa résidence personnelle.

Kingsbury a travaillé en tant qu’analyste du renseignement pendant plus de 12 ans dans la division de Kansas City du FBI, jusqu’à ce qu’elle soit détachée en décembre 2017. Elle a été affectée à plusieurs escouades différentes du FBI pendant cette période, y compris des escouades axées sur le trafic de drogues illégales, les crimes violents, les gangs violents et le contre-espionnage. Kingsbury, qui détenait une habilitation de sécurité top secret, avait accès à des informations de défense nationale et classifiées.

L’acte d’accusation fédéral accuse Kingsbury de deux chefs d’accusation pour possession non autorisée de documents relatifs à la défense nationale.

Le premier chef d’accusation de l’acte d’accusation fédéral concerne de nombreux documents classés secrets qui décrivent les sources et les méthodes de renseignement liées aux efforts du gouvernement américain pour se défendre contre le contre-terrorisme, le contre-espionnage et les cyber-menaces. Les documents comprennent des détails sur les objectifs et les priorités du FBI à l’échelle nationale, y compris des enquêtes spécifiques ouvertes dans plusieurs bureaux de terrain. En outre, il existe des documents relatifs aux opérations sensibles de sources humaines dans les enquêtes de sécurité nationale, aux lacunes en matière de renseignement concernant les services de renseignement étrangers hostiles et les organisations terroristes, et aux capacités techniques du FBI contre les cibles du contre-espionnage et du contre-terrorisme.

Le deuxième chef d’accusation de l’acte d’accusation fédéral concerne de nombreux documents classés au niveau secret qui décrivent les sources et les méthodes de renseignement liées aux efforts du gouvernement américain pour collecter des renseignements sur les groupes terroristes. Les documents comprennent des informations sur les membres d’Al-Qaïda sur le continent africain, y compris un associé présumé d’Oussama ben Laden. En outre, il existe des documents concernant les activités de terroristes émergents et leurs efforts pour s’établir en soutien d’Al-Qaïda en Afrique.

Selon l’acte d’accusation, Kingsbury n’était pas autorisée à soustraire et à conserver ces documents gouvernementaux sensibles, et elle n’avait pas besoin de connaître la plupart, voire la totalité, des informations contenues dans ces documents. Kingsbury savait que la soustraction non autorisé de documents classifiés et le transport et le stockage de ces documents dans des endroits non autorisés risquaient de provoquer la divulgation et la transmission de ces documents, et donc de mettre en danger la sécurité nationale des États-Unis et la sécurité de ses citoyens. Elle savait également que la violation des règles régissant le traitement des informations classifiées pouvait entraîner des poursuites pénales.

"Simply Astonishing": FBI analyst took documents on bin Laden and al Qaeda and kept them ...
'Astonishing': FBI analyst charged with removing classified documents for over a decade

Chapitres