Une autre histoire de vents solaires

SolarWinds, dont le logiciel avait des backdoors pour permettre aux pirates de pénétrer dans les agences gouvernementales américaines, a été averti l’année dernière que n’importe qui pouvait accéder à son serveur de mise à jour en utilisant le mot de passe « solarwinds123« .

Chapitres