Une enquête sur les élections de 2020 en Géorgie révèle une fraude et une falsification massives des bulletins et des machines à voter dans le comté de Fulton

Article original datant du 09/03/22

En Géorgie, l’adoption récente de la loi SB202 a mis les scans des bulletins de vote à la disposition du public. Le 7 mars, VoterGa.org a fourni un aperçu de 90 minutes de leur enquête d’un an sur les scans des bulletins de vote du comté de Fulton. Les preuves sont stupéfiantes, et nous énumérons une douzaine d’éléments ci-dessous. Les diapositives de la présentation sont également utiles. Note : Le nouveau système d’audit « Limitation des risques » du secrétaire d’Etat de Géorgie pour les élections n’a pas détecté un seul des problèmes que VoterGA a découvert dans le comté de Fulton. Le système d’audit « ALR » (Audit de Limitation des Risques) est fortement poussé par la gauche. Vous savez maintenant pourquoi.

Garland Favorito de VoterGA.org proclame : « Si ce n’est pas la preuve accablante, je ne sais pas ce que c’est. » (1:21:10) Chaque vote du comté de Fulton a littéralement un certain type de problème de manipulation. Nous savons que les bulletins de vote (papier) réels ne vont pas correspondre aux résultats de l’élection. Je suis dans l’informatique depuis 40 ans. Il ne s’agit pas d’erreurs techniques. Il s’agit d’une insertion électronique. Les scans (des bulletins de vote) ont été trafiquées électroniquement. Il ne peut vraiment pas y avoir de contestation à ce sujet« .

Ce qui est le plus incroyable, c’est la fin de la présentation. Il y a une rupture complète de toute application de la loi électorale en Géorgie. À ce jour, VoterGA n’a trouvé aucun procureur de district dans aucun comté qui soit prêt à poursuivre la fraude irréfutable ! Favorito explique : « Nous devrions être en mesure de présenter nos preuves, avec notre propre avocat, à un grand jury dans n’importe quel comté. Mais les procureurs de disctrict facilitent la corruption en nous empêchant d’y accéder. Tout ce que nous avons, ce sont des scans de bulletins de vote. Nous ne pouvons pas mener une véritable enquête comme le pourrait un procureur de comté, ou un procureur général de l’État, ou un avocat indépendant, ce qui serait le mieux. »

Favorito poursuit en expliquant : « Nous sommes bloqués… les procureurs de district ne veulent pas poursuivre ces affaires d’élections. Les procureurs de district ne veulent opérer que dans leur propre comté. Nous avons essayé de convaincre certains procureurs de district que lorsque vous avez une élection fédérale, et que cette élection est truquée, cela a un impact sur tous vos électeurs dans votre propre comté. Nous expliquons que le Grand Jury a la compétence d’aller à travers les comtés…., ils peuvent engager d’autres grands jurys. » Jusqu’à présent, VoterGA n’a pas eu gain de cause avec les procureurs locaux « même pas dans les comtés ruraux rouges » où Trump a reçu 75-80% des voix.

La tabulatrice a fermé de façon impossible 2 bureaux de vote à des heures qui se chevauchent.

> Tabulatrice serial# AAFAJJYO174 utilisée le 11/03/20 pour fermer :
> Georgia Intl. Convention Center Lieu de vote de 21h27 à 21h35
> Lieu de vote de la bibliothèque métropolitaine l’heure de fermeture chevauche de 21:29 à 21h30
> IMPACT : Le chevauchement de l’horodatage indique une altération illégale du système

Selon David Cross, enquêteur de VoterGA, les choses sont bien pires. Cross déclare : « En ce moment, la grande majorité des avocats à qui nous parlons disent qu’ils ont peur d’être blackboulés par leurs amis, par leurs collègues. Que l’association du barreau puisse dire qu’ils sapent la constitution. Nous avons donc besoin d’aide si nous voulons que cela se produise. Je lance un appel aux avocats de toute la Géorgie. Si ce sujet vous intéresse…, veuillez vous adresser à VoterGA.org ». Nous espérons que les membres de la profession juridique, privée et publique, se montreront à la hauteur de la situation. C’est bien au-delà de la « prépondérance de la preuve » nécessaire.

La plupart des gens savent que le président Trump a été entièrement disculpé suite à la fuite d’un appel téléphonique avec les enquêteurs électoraux de Géorgie. Mais un procureur de comté en Géorgie en a décidé autrement. Favorito explique : « Comme vous le savez, nous ne pouvons pas porter cette affaire devant le comté de Fulton car la procureure du district est Fani T. Willis. Elle est plus intéressée par une enquête sur un appel téléphonique (de Trump) que par une enquête sur la corruption électorale réelle qui est irréfutable. Cela vous indique le type d’intégrité de la procureure du comté de Fulton« .

Les 20 premières minutes de la présentation de VoterGA fournissent un excellent historique de la fraude électorale en Géorgie à partir de 2002. Les 7 minutes suivantes sont une excellente explication du fonctionnement du processus de vote en Géorgie. Au bout de 28 minutes, ils commencent à couvrir les 15 aspects différents de la fraude et de la falsification qui ont eu lieu dans le comté de Fulton. Les enquêteurs fournissent les images brutes des bulletins de vote du comté de Fulton sur GAballots.com. Vous trouverez ci-dessous une partie de la corruption qu’ils ont découverte.

Les tickets de fermeture des tabulatrices pour le vote anticipé sont toutes non signées.

> 315.000 bulletins de vote ont été déposés pendant le vote anticipé en personne dans le comté de Fulton (Possibilité offerte par le système électoral américain de voter en personne par anticipation: les votes sont déposés dans des urnes scellées ouverte le jour de l’élection dès la fermeture des bureaux de vote, NdT).

> Tous les tickets de fermeture des tabulatrices du vote anticipé, sauf deux, n’ont PAS été signés par le directeur du bureau de vote et deux témoins comme l’exige la loi de Géorgie

> IMPACT : La quasi-totalité des 315 000 votes anticipés n’ont pas été certifiés par les responsables du scrutin et le Comté de Fulton n’aurait jamais dû certifier les résultats des élections par vote anticipé

ENQUÊTE SUR LES IMAGES DES BULLETINS DE VOTE DU COMTÉ DE FULTON : (Remarque : 1 lot équivaut à environ 100 bulletins de vote)

  • il n’existe pas de scan des bulletins de 17 724 votes présidentiels (Lors des élections présidentielles, les électeurs sont invités à voter également pour leurs représentants d’Etat et locaux, NdT). Gain net de 9 024 voix pour Biden.
  • 374 128 scans de bulletins de vote qui ont été « certifiés » sont manquants parmi tous ceux qui ont voté en personne.
    • Ces votes ne peuvent pas être certifiés et n’auraient pas dû être comptés.
    • Les lois fédérales et de l’État exigent la sauvegarde selon les 22 & 24 mo (Repectivement loi fédérale et loi de l’Etat sur la conservation des dossiers électoraux, NdT).
  • Il manque les fichiers d’authentification de 132 284 images de vote par correspondance.
  • Plus de 4 000 images de bulletins ont des horodatages en double. Souvent 3 à 8 bulletins par/sec.
  • VoterGA pense que ces bulletins ont été insérés.
  • 104 994 fichiers d’images de bulletins de vote ont des horodatages en double impossibles.
  • Tous les tickets de fermeture des tabulatrices pour 315 000 « votes anticipés en personne » ne sont pas signés.
    • Seuls 2 tickets ont été signés. Il est impossible que ce nombre de travailleurs n’aient pas signé.
    • VoterGA pense que ces tickets non signés ont été fabriqués, d’où l’absence de signatures.
  • TOUS les lots de bulletins ont été envoyés à l’arbitrage pour une réinterprétation humaine. POURQUOI ?
  • 10 bulletins jugés en une minute, par un seul utilisateur. C’est impossible.
  • 16 034 images de bulletins Les dates de modification des fichiers sont 3 à 8 jours après la date de numérisation de l’image.
  • Les fichiers image des scans de bulletins de vote ont été antidatés avant l’adjudication (Procédé qui consiste à vérifier manuellement des bulletins de vote électronique rejetés par les machines à voter, NdT).
  • 288 lots ont des scans antidatés, également pas dans l’ordre chronologique.
  • Les tickets de fermeture de 148 tabulatrices de vote anticipé ne montrent que 12 ID (numéros de série) différents.
  • Une tabulatrice de vote (Machine à voter) n’a jamais été fermée. Pourrait permettre d’ajouter des votes des jours, voire des semaines, après l’élection.
  • 12 024 bulletins de vote du jour de l’élection ont 85 tickets de fermeture non signés ou manquants.
  • 11 000 $ que le comté de Fulton voulait pour une copie des « zéro ticket » pour les 300 tabulatrices.

Conclusion

> Seules une ou deux personnes ayant une grande expertise des systèmes de vote sont nécessaires
> Ces activités de manipulation ont été effectuées sans pouvoir les détecter
> Le Comté de Fulton a autorisé les ressources des entrepreneurs et des tiers à gérer les aspects techniques de leur élection. »
> Les ressources n’ont pas prêté serment de respecter la Constitution de Géorgie et n’ont pas été contrôlées correctement.
> Ces preuves prouvent que nous devons avoir un audit électoral indépendant. Sinon, pourquoi votons-nous ?
> Aucun mécanisme de responsabilité, justice bizarre de deux poids, deux mesures
Ex : 1 000 $ d’amende par scan de bulletin de vote manquant, 1,7 million de bulletins perdus ou détruits dans tout l’État.

En utilisant les lois sur les demandes d’archives ouvertes et la découverte légale, VoterGA a demandé les scans des bulletins de vote dans tout l’État de Géorgie. Pendant la présentation, il a été expliqué que le comté de Cobb a détruit tous ses scans de bulletins de vote (fichiers TIF) et toute l’authentification (SHA) de ces scans. Ils disent que le comté de Gwinnett et d’autres pourraient avoir fait pire. Cela viole à la fois les lois fédérales (22 mo.) et celles de l’État (24 mo.) sur la conservation des dossiers électoraux. (1:07:20) Les greffiers du comté disent que l’ancien directeur des élections du Secrétaire d’État, Chris Harvey, leur a dit qu’ils pouvaient détruire ces documents. Dans un courriel, Harvey a également déclaré qu’ils pouvaient formater les cartes mémoire, qui contiennent également les images des bulletins de vote.

(1:27:40) Un invité a dit : « Il a déclaré la guerre au peuple de Géorgie. Et nos conseils électoraux de comté, la plupart d’entre eux ont décidé de rejoindre son camp de la guerre. » Selon Garland : « Il (Raffensperger – Secrétaire d’Etat de Géorgie, NdT) savait que quelque chose n’allait pas. Il a entendu toutes les preuves. Il y a eu trois enquêtes en décembre 2020 par l’Assemblée Générale de Géorgie. Nous sommes tous allés témoigner plusieurs fois et leur avons montré tous les problèmes. Et cela aurait dû être suffisant pour qu’il déclenche des enquêtes pour aller regarder ces choses (scans des bulletins de vote de Fulton). Il avait toutes les preuves sous son nez et il a choisi de ne pas les regarder. Cela me dit qu’il y avait quelque chose qu’il voulait désespérément dissimuler« .

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations