Une étude affirme que la dépression n’est pas causée par un déséquilibre chimique, soulevant des questions sur les antidépresseurs

Des millions d’Américains prennent des antidépresseurs, mais une nouvelle étude suggère que la théorie qui sous-tend leur utilisation pourrait être entièrement fausse. Des recherches menées par l’University College London soulèvent des doutes sur le fait qu’un déséquilibre chimique dans le cerveau soit responsable de la dépression.

Une importante revue des études précédentes sur le rôle de la sérotonine dans la dépression, qui vient d’être publiée dans la revue Molecular Psychiatry, a conclu que le niveau de sérotonine – la cible des antidépresseurs – n’est pas responsable de la dépression.

Les chercheurs n’ont trouvé « aucun soutien pour l’hypothèse selon laquelle la dépression est causée par une baisse de l’activité ou des concentrations de sérotonine ».

Ils ont trouvé des preuves plus solides que les événements stressants de la vie peuvent conduire à la dépression.

La question est la suivante : les antidépresseurs aident-ils, et si oui, comment ? Dans le cas contraire, pourraient-ils être nuisibles ?

Les experts sont divisés et l’étude a suscité quelques réticences.

Selon un article publié dans The Conversation par les auteurs de l’étude, Joanna Moncrieff, professeur de psychiatrie, et Mark Horowitz, chargé de recherche clinique en psychiatrie, tous deux de l’University College London, « certaines des études de notre aperçu qui incluaient des personnes prenant ou ayant pris des antidépresseurs ont montré des preuves que les antidépresseurs peuvent en fait diminuer la concentration ou l’activité de la sérotonine ».

« La plupart des antidépresseurs sont des inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine, dont on disait à l’origine qu’ils agissaient en corrigeant les niveaux anormalement bas de sérotonine. Il n’existe aucun autre mécanisme pharmacologique reconnu par lequel les antidépresseurs agissent sur les symptômes de la dépression », ont déclaré les chercheurs dans un communiqué de presse.

La recherche suggère que la dépression n’est pas biochimique et se demande comment, dans ces conditions, une solution biochimique pourrait fonctionner. Horowitz et Moncrieff se demandent également si ce type de traitement, qui agit sur la chimie du cerveau, fait plus de mal que de bien.

« Notre point de vue est que l’on ne devrait pas dire aux patients que la dépression est causée par une faible sérotonine ou par un déséquilibre chimique, et on ne devrait pas leur faire croire que les antidépresseurs fonctionnent en ciblant ces anomalies non prouvées. Nous ne comprenons pas exactement ce que les antidépresseurs font au cerveau, et le fait de donner ce genre d’informations erronées aux gens les empêche de prendre une décision éclairée sur la prise ou non d’antidépresseurs », a déclaré Moncrieff.

Cibler la sérotonine

La théorie du « déséquilibre chimique » a dominé la réflexion sur la dépression pendant plusieurs décennies, selon les chercheurs.

« Il est toujours difficile de prouver un négatif, mais je pense que nous pouvons affirmer sans risque qu’après une vaste quantité de recherches menées sur plusieurs décennies, il n’existe aucune preuve convaincante que la dépression est causée par des anomalies de la sérotonine, en particulier par des niveaux inférieurs ou une activité réduite de la sérotonine », a déclaré Moncrieff.

Aux États-Unis, entre 2015 et 2018, 13,9 % des adultes ont pris des antidépresseurs pour la dépression, selon le Centre national des statistiques de santé des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).

Pas moins d’un adulte sur 6 en Angleterre se voit désormais prescrire des antidépresseurs chaque année, selon l’étude.

« Au cours de ma formation en psychiatrie, on m’avait appris que la dépression était causée par un faible taux de sérotonine et je l’avais même enseigné aux étudiants dans mes propres cours. Le fait d’être impliqué dans cette recherche m’a ouvert les yeux et j’ai l’impression que tout ce que je croyais savoir a été mis sens dessus dessous », a déclaré Horowitz dans les documents de référence.

Comme l’a écrit Mike McRae pour ScienceAlert, « Cela ne signifie pas nécessairement que les traitements à base de sérotonine ne fonctionnent pas selon un autre mécanisme que nous ne comprenons pas encore. Et personne ne devrait envisager de laisser tomber ses médicaments sans consulter son médecin. Mais étant donné que tant de personnes dépendent de ces médicaments, il est important de comprendre ce qui se passe réellement. »

Les rouages de l’étude

En tout, les études de la revue comprenaient des dizaines de milliers de participants. Parmi les mécanismes de la sérotonine étudiés et les résultats :

  • Aucune différence n’a été observée entre les personnes souffrant de dépression et les sujets de contrôle sains en ce qui concerne les niveaux de sérotonine et de produits de dégradation dans le sang ou les fluides cérébraux.
  • Dans les études sur les récepteurs de la sérotonine et la protéine du transporteur de la sérotonine que ciblent la plupart des antidépresseurs, ils ont trouvé des « preuves faibles et incohérentes » suggérant des niveaux plus élevés d’activité de la sérotonine chez les personnes déprimées. Ils pensent que cela a été causé par l’utilisation d’antidépresseurs.
  • Les études qui ont abaissé les niveaux de sérotonine chez des centaines de volontaires sains n’ont pas produit de dépression. Les chercheurs ont constaté des « preuves très faibles » dans un petit sous-groupe de 75 personnes ayant des antécédents familiaux de dépression. Une étude ultérieure n’a pas été concluante.
  • Aucune preuve de variation du gène du transporteur de sérotonine n’a été trouvée entre les personnes souffrant de dépression et les sujets de contrôle sains.
  • En revanche, les événements stressants de la vie avaient un « fort effet » sur le risque de devenir dépressif. Et plus on subissait de stress ou de traumatisme, plus la probabilité de dépression était grande.

« Une célèbre étude ancienne avait établi une relation entre les événements stressants, le type de gène du transporteur de sérotonine que possédait une personne et le risque de dépression. Mais des études plus vastes et plus complètes suggèrent qu’il s’agissait d’une fausse découverte », indique le communiqué.

Dans l’article de The Conversation, Moncrieff et Horowitz ont écrit : « Il est important que les gens sachent que l’idée que la dépression résulte d’un ‘déséquilibre chimique’ est hypothétique. Et nous ne comprenons pas ce que l’élévation temporaire de la sérotonine ou les autres changements biochimiques produits par les antidépresseurs font au cerveau. Nous concluons qu’il est impossible d’affirmer que la prise d’antidépresseurs ISRS est valable, ou même complètement sûre. »

Perception du public

Les sondages suggèrent que jusqu’à 90 % des gens croient que la dépression est causée par une faible sérotonine ou un déséquilibre chimique. Il est prouvé que croire cela crée une « perspective pessimiste sur la probabilité de guérison » et l’espoir de gérer la dépression sans aide médicale, selon l’étude.

Les doutes sur le rôle de la chimie du cerveau dans la dépression ne datent pas d’hier.

« Si vous faites partie de ceux qui entendent tout cela pour la première fois, sachez que l’hypothèse repose sur des bases fragiles pratiquement depuis qu’elle a pris son essor dans les années 1990, les études se succédant les unes après les autres ne parvenant pas à soutenir l’idée », écrit McRae de ScienceAlert. Il a noté que Moncrieff et Horowitz ont limité leurs recherches à des études de haute qualité, évaluées par des pairs.

« Seules 17 études ont été retenues, dont une étude d’association génétique, une autre revue générale et une douzaine de revues systématiques et de méta-analyses », a-t-il écrit.

L’impact est énorme, étant donné que la plupart des gens auront des niveaux d’anxiété ou de dépression pouvant être diagnostiqués à un moment donné, ont déclaré les chercheurs.

Les chercheurs ont également indiqué qu’une grande méta-analyse a révélé que les personnes utilisant des antidépresseurs avaient moins de sérotonine dans le sang, ce qui pourrait signifier que les antidépresseurs conçus pour augmenter les niveaux de sérotonine peuvent faire le contraire avec le temps.

Les chercheurs soulignent qu’ils n’ont pas examiné l’efficacité des antidépresseurs. Leur espoir, disent-ils, est que davantage de recherches et de traitements se concentrent sur l’aide aux personnes pour gérer les événements stressants ou traumatisants, « par exemple avec une psychothérapie, parallèlement à d’autres pratiques comme l’exercice ou la pleine conscience, ou en s’attaquant aux facteurs sous-jacents comme la pauvreté, le stress et la solitude. »

Certains experts ne sont pas d’accord

La recherche a suscité quelques réticences.

Le Guardian cite le Dr Michael Bloomfield, psychiatre consultant et principal chercheur clinique à l’University College London, qui n’a pas participé à l’étude : « Beaucoup d’entre nous savent que la prise de paracétamol peut être utile pour les maux de tête, et je ne pense pas que quiconque croit que les maux de tête sont causés par un manque de paracétamol dans le cerveau. La même logique s’applique à la dépression et aux médicaments utilisés pour traiter la dépression. »

Il ajoute : « Il existe des preuves cohérentes que les médicaments antidépresseurs peuvent être utiles dans le traitement de la dépression et peuvent sauver des vies. »

Johan Lundberg, de l’Institut Karolinska en Suède, a déclaré à New Scientist que l’une des limites de l’étude est l’incapacité à distinguer les personnes souffrant de dépression à long terme de celles qui ont des épisodes de dépression, car leur état pendant l’étude pourrait être différent en termes de sérotonine. « Il est essentiel d’analyser séparément les données des études qui examinent les mêmes patients lorsqu’ils sont malades et lorsqu’ils sont en rémission, afin de disposer de conditions optimales pour examiner l’hypothèse », a-t-il déclaré.

Le même article citait un porte-parole du Royal College of Psychiatrists qui parlait des directives de traitement des responsables de la santé publique en Angleterre, selon lesquelles les antidépresseurs constituent un traitement efficace de la dépression et de certains autres problèmes de santé physique et mentale.

Le porte-parole a noté que « l’efficacité des antidépresseurs varie selon les personnes, et les raisons en sont complexes. Nous ne recommandons à personne d’arrêter de prendre ses antidépresseurs sur la base de cet examen, et nous encourageons toute personne ayant des inquiétudes concernant ses médicaments à contacter son médecin de famille. »

Si vous ou quelqu'un que vous connaissez envisagez de se suicider, veuillez contacter le Numéro National Souffrance et Prévention du Suicide (France) en composant le 3114 ou un autre numéro figurant sur cette liste, pour plus d'informations, consultez cette page.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations