Une étude en double aveugle sur l’Ivermectine révèle que les patients traités pour le COVID se rétablissent plus rapidement et sont moins contagieux

Article original datant du 04/08/21

Une étude israélienne en double aveugle a conclu que l’Ivermectine, un antiparasitaire peu coûteux largement utilisé depuis 1981, réduit à la fois la durée et le caractère contagieux du Covid-19, selon le Jerusalem Post.

L’étude, menée par le professeur Eli Schwartz, fondateur du Centre de médecine des voyages et des maladies tropicales du Centre médical Sheba à Tel Hashomer, a porté sur quelque 89 volontaires admissibles âgés de plus de 18 ans, testés positifs au coronavirus et résidant dans des hôtels publics dédiés au Covid-19. Après avoir été divisés en deux groupes, 50 % ont reçu de l’Ivermectine, et 50 % un placebo. Chaque patient a reçu le médicament pendant trois jours d’affilée, une heure avant de manger.

83% des participants étaient symptomatiques au moment du recrutement. 13,5 % des patients présentaient des comorbidités de type maladie cardiovasculaire, diabète, maladie respiratoire chronique, hypertension ou cancer. L’âge médian des patients était de 35 ans, allant de 20 à 71 ans.

Résultats

Le traitement a été interrompu le troisième jour, et les patients ont été suivis tous les deux jours par la suite. Au sixième jour, 72 % des patients traités à l’Ivermectine ont été testés négatifs pour le virus, contre 50 % de ceux qui ont reçu le placebo. Parallèlement, seuls 13 % des patients traités à l’Ivermectine ont pu contaminer d’autres personnes après six jours, contre 50 % dans le groupe placebo, soit près de quatre fois plus.

Hospitalisations

Trois patients du groupe placebo ont été admis à l’hôpital pour des symptômes respiratoires, tandis qu’un patient sous Ivermectine a été hospitalisé pour un essoufflement le jour du début de l’étude – avant de sortir un jour plus tard et d’être « renvoyé à l’hôtel en bonne condition », selon l’étude.

« Notre étude montre avant tout que l’Ivermectine a une activité antivirale », a déclaré Schwartz, ajoutant « Elle montre également qu’il y a presque 100 % de chances qu’une personne soit non infectieuse en quatre à six jours, ce qui pourrait conduire à raccourcir la durée d’isolement de ces personnes. Cela pourrait avoir un énorme impact économique et social. »

L’étude, qui a été publiée sur le serveur de préimpression MedRxiv, n’a pas encore été examinée par des pairs. Cela dit, Schwartz a souligné que des études similaires – « bien qu’elles n’aient pas toutes été menées en double aveugle et sous placebo comme la sienne » – ont également montré des résultats favorables pour le médicament.

2021.05.31.21258081v1.full by Zerohedge Janitor

L’Ivermectine est incroyablement bon marché en raison de son utilisation répandue dans le monde entier pour traiter le paludisme, la gale, les poux et autres infections parasitaires. Au Bangladesh, le coût de l’Ivermectine est d’environ 0,60 à 1,80 dollar pour un traitement de cinq jours, selon le rapport. En Israël, elle coûte jusqu’à 10 dollars par jour.

Bien que l’étude de Schwartz ait montré une efficacité chez les personnes ayant déjà été testées positives, elle n’a pas déterminé si l’Ivermectine est une prophylaxie efficace qui pourrait empêcher de contracter le Covid-19, ni si elle réduit les risques d’hospitalisation – Schwartz a toutefois noté que d’autres études ont montré de telles preuves.

Par exemple, l’étude publiée plus tôt cette année dans l’American Journal of Therapeutics souligne qu' »un examen effectué par la Front Line COVID-19 Critical Care Alliance a résumé les résultats de 27 études sur les effets de l’Uvermectine pour la prévention et le traitement de l’infection par le COVID-19, concluant que l’Ivermectine « démontre un signal fort d’efficacité thérapeutique » contre le COVID-19″.

« Une autre étude récente a montré que l’ivermectine réduisait les décès de 75 % », indique le rapport. – Jerusalem Post

Comme le note le Post, l’Organisation Mondiale de la Santé, la FDA et les sociétés pharmaceutiques se sont activement opposées à l’utilisation de l’Ivermectine comme traitement contre le Covid.

La FDA (Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) n’a pas approuvé l’utilisation de l’Ivermectine pour le traitement ou la prévention du COVID-19 chez l’homme », a-t-elle déclaré.

« Les comprimés d’Ivermectine sont autorisés à des doses très spécifiques pour certains vers parasites, et il existe des formulations topiques (sur la peau) pour les poux et les affections cutanées comme la rosacée. L’Ivermectine n’est pas un antiviral (un médicament pour traiter les virus). La prise de fortes doses de ce médicament est dangereuse et peut causer des dommages graves. »

Le simple fait de discuter du médicament a entraîné la censure ou la déformation des leaders d’opinion par les grandes entreprises technologiques, en collaboration avec l’administration Biden.

Entre-temps, Merck Co. – qui a fabriqué le médicament dans les années 1980 – s’est prononcé contre l’utilisation de l’Ivermectine pour traiter le Covid-19. En février, on pouvait lire sur le site web de la société : « Les scientifiques de l’entreprise continuent d’examiner attentivement les résultats de toutes les études disponibles et émergentes sur l’Ivermectine pour le traitement du COVID-19 afin d’obtenir des preuves d’efficacité et de sécurité. Il est important de noter qu’à ce jour, notre analyse n’a identifié aucune base scientifique pour un effet thérapeutique potentiel contre le COVID-19 à partir d’études précliniques ; aucune preuve significative d’activité ou d’efficacité clinique chez les patients atteints de la maladie du COVID-19, et un manque inquiétant de données de sécurité dans la majorité des études. »

Comme le souligne le Post, Merck n’a pas lancé une seule étude de son côté sur l’Ivermectine.

« On pourrait penser que Merck serait heureux d’entendre que l’Ivermectine pourrait être utile aux patients atteints de coronavirus et qu’il essaierait de l’étudier, mais il déclare haut et fort que le médicament ne doit pas être utilisé », a déclaré M. Schwartz.

« Un milliard de personnes l’ont pris. Ils le leur ont donné. C’est une vraie honte. »

En conclusion, l’équipe de recherche écrit que « le développement de nouveaux médicaments peut prendre des années ; par conséquent, l’identification de médicaments existants qui peuvent être réorientés contre le COVID-19 [et] qui ont déjà un profil de sécurité établi par des décennies d’utilisation pourrait jouer un rôle essentiel dans la suppression ou même l’arrêt de la pandémie de SRAS-CoV-2 ».

« L’utilisation de médicaments réemployés peut être particulièrement importante car il faut des mois, voire des années, pour qu’une grande partie de la population mondiale se fasse vacciner, en particulier les populations à revenu faible ou moyen. « 

'For $1/Day'... Double-Blind Ivermectin Study Reveals COVID Patients Recover More ...
ZeroHedge - On a long enough timeline, the survival rate for everyone drops to zero

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations