Une loi déposée par les démocrates codifierait les changements controversés des élections de 2020 qui leur ont valu la victoire

Joe Biden signe un décret interdisant le terme « virus chinois ».
27 janvier 2021
Le journal d’Ashley Biden
27 janvier 2021

La loi « s. H.R. 1 » est une prise de pouvoir époustouflante des démocrates et menace le fondement même de notre république démocratique en garantissant pratiquement le régime à parti unique à Washington pour les années à venir.

Selon une déclaration sur le site Internet de Sarbanes, « l’élection de 2020 a souligné la nécessité d’une réforme démocratique globale et structurelle. Les Américains de tout le pays ont été contraints de surmonter la suppression rampante d’électeurs, le « gerrymandering » (découpage électoral partisan) et un torrent d’argent noir d’intérêt spécial juste pour exercer leur vote et leur voix dans notre démocratie. ”

Sarbanes dit à ses électeurs que « H. R. 1 est un paquet de réformes transformationnelles contre la corruption et pour des élections propres » destiné à « nettoyer la corruption à Washington, à donner du pouvoir au peuple américain et à restaurer la foi et l’intégrité de notre gouvernement. ”

L’objectif déclaré de la H.R. 1, ironiquement appelée « loi pour le peuple », est le suivant :

  • Étendre l’accès des Américains aux urnes
  • Réduire l’influence des gros capitaux en politique
  • Renforcer les règles d’éthique pour les fonctionnaires
  • Mettre en œuvre d’autres mesures de lutte contre la corruption dans le but de renforcer notre démocratie et à d’autres fins.

Le texte complet de la résolution 1 peut être consulté ici.

Le véritable objectif de ce projet de loi est de rendre permanentes de nombreuses modifications apportées aux systèmes et procédures de vote des États, prétendument pour faciliter le vote à l’ère de la COVID-19.

L’une des caractéristiques les plus remarquables de la H. R. 1 est qu’elle prive les États du droit de fixer leurs propres normes en matière de conduite des élections. Les lois électorales seront déterminées au niveau fédéral.

En vertu de ce projet de loi, les États seraient tenus de promouvoir le recours au vote par correspondance, de proposer des demandes d’inscription en ligne et d’assurer l’inscription automatique des électeurs, voire le jour même.

H.R. 1 éliminerait pratiquement toutes les lois sur l’identification des électeurs. Il interdirait aux États d' »exiger une pièce d’identité comme condition d’obtention d’un bulletin de vote ». Toutefois, le projet de loi permettrait à un État d’exiger « la signature de la personne ou une affirmation similaire comme condition d’obtention d’un bulletin de vote par correspondance ». « Après tout, nous devons protéger l’intégrité de nos élections.

Dans la section 1005, le projet de loi vise à interdire à un État « d’exiger des demandeurs qu’ils fournissent plus que les quatre derniers chiffres de leur numéro de sécurité sociale. « Actuellement, dans certains États, si une personne sans permis de conduire s’inscrit pour voter, le demandeur est tenu de fournir le numéro de sécurité sociale complet.

Une autre disposition, l’article 1621, exigerait la « disponibilité uniforme du vote par correspondance pour tous les électeurs ». « Chaque électeur aura la possibilité de voter par correspondance. Un État ne peut pas assortir ce droit de conditions.

La même section établit les exigences relatives aux contestations des bulletins de vote. « Aucune personne, autre qu’un fonctionnaire électoral d’État ou local, ne doit soumettre une contestation formelle de l’éligibilité d’un individu à s’inscrire pour voter lors d’une élection à une fonction fédérale ou à voter lors d’une élection à une fonction fédérale moins que cette contestation ne soit étayée par une connaissance personnelle des motifs d’inéligibilité …. ”

En d’autres termes, toutes les pratiques qui ont donné la victoire aux démocrates aux élections de 2020 deviendraient des lois.

Si cette loi est adoptée, il sera difficile, voire impossible, pour les républicains de remporter une nouvelle élection. Et comme les démocrates contrôlent les deux chambres du Congrès et la Maison Blanche, il n’y a pas grand-chose pour empêcher que cela devienne une réalité.

Ce projet de loi est presque identique à celui du 116e Congrès, H.R. 1, qui a été présenté en janvier 2019. Ce projet de loi n’a jamais été adopté par le Sénat, qui était contrôlé par les républicains.

Il suffit de dire que l’adoption de H.R. 1 changerait radicalement la façon dont les États-Unis organisent leurs élections. La mise en œuvre de ces pratiques sera une recette pour une fraude massive.

La fraude électorale, comme nous l’avons appris à nos dépens au cours des derniers mois, est relativement facile à commettre, mais difficile à prouver.

En août, le journaliste du New York Post Jon Levine a interviewé un « maître de la fixation des bulletins de vote par correspondance » qui était prêt à partager ses secrets sous réserve d’anonymat.

Levine commence par dire aux lecteurs : « Un agent démocrate de haut niveau affirme que la fraude électorale, en particulier avec les bulletins de vote par correspondance, n’est pas un mythe. Et il le sait parce qu’il le fait, à grande échelle, depuis des décennies. ”

Le Post, écrit Levine, a pu confirmer « l’identité de cet homme, son casier judiciaire et son long passé de consultant pour diverses campagnes ». L’agent lui a dit qu’il « a non seulement changé les bulletins de vote lui-même au fil des ans, mais qu’il a aussi dirigé des équipes de fraudeurs et encadré au moins 20 agents dans le New Jersey, à New York et en Pennsylvanie ». 

Il a affirmé : « Il n’y a pas de course dans le New Jersey – du conseil municipal au Sénat des États-Unis – sur laquelle nous n’avons pas travaillé. … Plus la course est petite, plus elle est facile à faire. ”

Cet agent a ensuite décrit comment lui et ses collègues « traitaient » les bulletins de vote par correspondance, jusqu’à faire cuire à la vapeur les enveloppes de retour dans une casserole d’eau bouillante.  Ensuite, ils les « saupoudraient [les bulletins modifiés] dans toute la ville » dans différentes boîtes aux lettres pour éviter d’être détectés.

Il a également dit à Levine que de nombreux postiers sont dans le coup. « Vous avez un facteur qui est un anti-Trump enragé et il travaille à Bedminster ou dans une forteresse républicaine… Il peut prendre ces bulletins [remplis], et sachant que 95% vont à un républicain, il peut simplement les jeter à la poubelle. ”

Parfois, dit l’agent, il travaillait avec des facteurs. Il disait qu’ils « triaient les bulletins de vote du courrier et les remettaient. ”

Une autre cible facile pour les fraudeurs électoraux sont les maisons de retraite, que la source du Post a qualifié de « mine d’or de votes ». « Cet homme a décrit la « fréquentation » de ces établissements et l’aide apportée aux patients pour remplir leurs bulletins de vote.

« Il y a des maisons de retraite où l’infirmière est en fait un agent rémunéré », a-t-il expliqué. « Et ils vont pièce par pièce à ces personnes âgées qui veulent encore se sentir utiles. Ils les remplissent littéralement pour eux. ”

Il a ensuite parlé des techniques d’usurpation d’identité des électeurs et des systèmes de corruption. Lisez l’intégralité de l’interview ici.

Des élections libres et équitables sont la pierre angulaire de la démocratie. Si la H.R. 1 devient une loi, la fraude électorale deviendra plus facile que jamais et les États-Unis risquent de ne plus jamais organiser d’élections honnêtes. Ce projet de loi représente un danger clair et actuel pour l’intégrité des élections américaines.

Ce n’est pas une hyperbole de dire que le passage de H.R. 1 serait la fin de l’Amérique telle que nous l’avons connue.

Rejoignez la chaîne Telegram de The True Reporter en cliquant ici