Une manière pacifique de résoudre cette crise

James Comey qualifie de « terroristes » les militants de Trump pour avoir pris d’assaut le Capitole
13 janvier 2021
L’homme ayant fouillé l’ordinateur de Nancy Pelosi au Capitole a été retrouvé mort par balles
13 janvier 2021

NDLR : Partagé par Mike Flynn

Mike Flynn :

Une lecture exceptionnelle de 9 Min. S’il existe une « commission électorale » d’un type quelconque à l’avenir, Patrick Byrne devrait la diriger ou en faire partie. Il a fait ses preuves en tant que dirigeant d’organisations très performantes.

Au cours des deux dernières décennies, les cantons, les comtés et les États ont été convaincus des vertus des systèmes de vote électronique par rapport aux outils de la démocratie de l’âge de pierre (où le vote se faisait sur des bulletins de papier avec de simples machines mécaniques). Tous ces arguments étaient accompagnés d’une promesse : « Il y aura toujours un bulletin de vote en papier à sécurité intégrée, de sorte qu’en cas d’échec des élections, vous pourrez toujours ouvrir les boîtes et compter les bulletins ! « Je voudrais respectueusement suggérer que toute prévoyance qui a poussé les responsables électoraux dans les années passées à prendre cet engagement, quel que soit le seuil d’incertitude électorale qu’ils envisageaient, exigeant qu’une mesure soit prise pour donner confiance au public dans le résultat d’une élection… quel que soit ce point, a certainement été violée.

C’est pourquoi, depuis le 15 novembre, j’ai imaginé un moyen de résoudre ce problème rapidement, en faisant peu ou pas d’insulte à la Constitution (et beaucoup moins que toutes les autres solutions, y compris le « ne rien faire ») :

  1. En vertu du décret 13848, un président a le pouvoir de constater qu’il existe des preuves d’une participation étrangère à une élection nationale. Quelques jours après cette élection, on en savait déjà suffisamment (par exemple, mes cyber-camarades avaient déjà tracé le trafic de paquets entre le Dominion et Francfort, la Serbie et le Pakistan) pour justifier que le président Trump (sans déclaration de loi martiale ni recours à la loi sur l’insurrection) signe une déclaration indiquant qu’il en avait vu assez pour activer ce décret, et donc :
    1. Il allait envoyer une force fédérale (Garde nationale, DHS) pour prendre le contrôle des bulletins de vote en papier dans six comtés contestés et les compter en direct, ce qui devait être fait en 3 à 5 jours.
    2. Créer un site web où les gens à la maison pourraient naviguer et regarder ces six comtés clés être recomptés. Bien entendu, YouTube a déjà mis en place toute la technologie nécessaire : les forces fédérales qui se rendent dans chaque opération de comptage n’ont qu’à installer des caméras et à commencer à se connecter à des flux en direct pour compter ce que le pays nous a promis : une sécurité à 100 % en matière d’intégrité. Les bulletins de vote en papier. Souvenez-vous, c’était la promesse qui accompagnait les machines : « En cas d’élections avortées, vous pouvez toujours ouvrir les boîtes et compter les bulletins de vote en papier ! « Alors pourquoi ne pas le faire ? Une force de la Garde nationale bien gérée aurait pu facilement accomplir cette mission en 3 jours, 5 à l’extérieur.
      1. Si, au terme de cet exercice, il n’y avait pas de disparités significatives dans ces 6 Etats (ou même dans les 6 comtés clés qui sont au cœur de tous ces conflits), alors le Président Trump s’arrêterait là.
      2. Si, en revanche, cet exercice mettait au jour des disparités importantes, le président Trump aurait un choix à faire.
  • Si de grandes irrégularités étaient constatées dans ces six comtés, le président Trump aurait eu deux voies (une meilleure que l’autre, je pense) :
    • LA VOIE NON BONNE : Prendre les irrégularités constatées par un tel recomptage, et les porter devant les tribunaux ou les États, et se battre pour qu’ils annulent les certifications antérieures et obtenir ainsi un second mandat (avec ce que la moitié du pays estimerait être une décision sournoise d’un tribunal ou d’un législateur d’État).
    • LA VOIE LA PLUS INTELLIGENTE : Si les six comtés ont fait preuve d’irrégularités massives, alors la Garde nationale doit intervenir et organiser à nouveau l’élection au niveau national. 50 États. Donnez-leur 30 à 45 jours pour mettre en place et organiser l’élection. Uniquement sur papier. Si vous souhaitez voter par correspondance, la Garde nationale se rendra chez vous et vous remettra un bulletin de vote en papier que vous remplirez et leur rendrez. Là encore, tout le dépouillement doit être effectué sur des flux en direct de chaque circonscription ou centre de tabulation.

QUESTIONS

  1. Ne serait-il pas préjudiciable à la Constitution d’impliquer des officiers fédéraux, sans parler de la Garde nationale en uniforme, dans le processus démocratique ? Je réponds à cette question : Oui. Il est également préjudiciable à la Constitution de voir une élection présidentielle mise en doute par environ 47 % de la population. La Garde nationale est (comme le dit la publicité) notre voisin, notre famille, nos collègues de travail, nos citoyens soldats. En fait, à l’heure actuelle, je ne peux pas penser à un organisme fédéral auquel nous pourrions (essentiellement) tous faire confiance, plus qu’à la Garde nationale.
  • Cela aurait-il perturbé le calendrier de la succession présidentielle tel qu’envisagé dans la Constitution ? Il n’est pas nécessaire que ce soit le cas.  D’une part, les 20e amendement (ratifié en 1033) stipules que dure un mandat présidentiel se terminent et un autre commence le 20 janvier (quel que soit le jour de la semaine de l’année d’investiture en question).  En dehors de cette date du 20 janvier, la Constitution est muette. Il y a une date du 6 janvier qui doit être prise en compte, mais elle ne figure pas dans la Constitution, et un glissement qui n’aurait pas été aussi grave que la date du 20 janvier. Cela dit, voici comment le moment aurait été choisi (par ordre croissant d’insulte à la Constitution) :
  • Si le 20 novembre, la Garde nationale avait reçu l’ordre de recompter les bulletins de vote, elle aurait terminé le 25 novembre (la veille de la fête de Thanksgiving). Si des irrégularités importantes avaient été constatées, la Garde nationale aurait pu recommencer l’élection nationale au cours des 40 jours suivants (là encore, en retransmettant en direct le dépouillement des bulletins de vote), et aurait obtenu une réponse à laquelle la nation pouvait se fier avant le 5 janvier. Pas d’insulte à la date du 6 janvier à laquelle le Congrès a accepté les résultats.
  • Le 15 décembre, si la Garde nationale avait reçu l’instruction de recompter les 6 comtés, nous aurions eu une réponse pour le 20 décembre. Si d’importantes irrégularités avaient été constatées, la Garde nationale aurait été en mesure de refaire le scrutin national et d’obtenir sa réponse (avec un gros effort) quelques jours avant le 20 janvier. Là encore, la Constitution n’aurait pas été touchée, ou très peu.
  • Si le 5 janvier, le président avait utilisé son autorité en vertu du décret 13848 pour que la Garde nationale (ou le FBI/DHI) procède à un recomptage en direct des bulletins de vote en papier pour six comtés et que ce recomptage révélait de grandes irrégularités, la répétition d’une élection nationale en faisant appel à la Garde nationale aurait constitué une petite insulte à la Constitution, car elle n’aurait peut-être pas été terminée avant le 15-22 février. Il aurait encore fallu attendre la certification des électeurs, l’acceptation par le Congrès et l’inauguration avant la fin du mois de février. Là encore, une insulte à la Constitution aurait été soutenue (un retard de 4-5 semaines dans la transition présidentielle), mais cela aurait été une légère abrasion par rapport à la jambe cassée avec laquelle la Constitution va ramper si les choses continuent sur leur lancée (environ la moitié d’une population ayant le sentiment que cette élection a été truquée).
  • Pourquoi le président Trump n’a-t-il pas pris cette voie pacifique et clarifiée ? Il aurait pu le faire de lui-même, mais je soupçonne qu’il espérait que le DNI Ratcliffe fasse une découverte qui n’aurait trouvé qu’une ingérence étrangère. Ratcliffe était censé présenter ce rapport le 18 décembre, mais il a été bloqué par sa propre communauté du renseignement (dont aucun ne voulait s’asseoir et examiner avec nous les preuves que nous avions déjà déterrées). À la fin, DNI Ratcliffe a présenté un rapport au Congrès le 7 janvier, quelques minutes après la fin de la certification : il y exprimait une dissidence discrète par rapport à la conclusion à laquelle était parvenue la CI (qui, je le répète, n’avait pas demandé à parler à un seul de nos cyber-détectives, témoins ou fournisseurs d’affidavits, même si beaucoup des personnes impliquées étaient elles-mêmes des ex-fédéraux et connaissaient très bien la nécessité de disposer de preuves claires).
  • Que devrait faire le président Trump maintenant ? Une solution pacifique est-elle possible ?

Quelques soirs avant Noël, j’ai passé 4,5 heures avec le président et une poignée d’autres personnes. L’un des aspects les plus étranges de cette rencontre était la chaleur et la douceur qu’il dégageait, rien à voir avec l’homme fanfaron dont on nous a dit à la nausée qu’il habitait la Maison Blanche. Il a même reconnu que je n’avais pas voté pour lui, et qu’il le faisait par sens du devoir civique : il était très gentleman à ce sujet. L’un des moments les plus émouvants a été lorsqu’il s’est retourné et m’a dit tranquillement : « Tu sais quelque chose Pat ?  Si je perdais cette foire et cette place, alors le 20 janvier, je serais parfaitement satisfait de marcher jusqu’à l’hélicoptère, de m’envoler et de passer mes journées à jouer au golf et à profiter de mes amis. Je n’ai pas besoin de cela. Mais comment puis-je faire cela si c’est une élection volée ? Comment puis-je, avec le serment que j’ai prêté à la Constitution, m’en aller et les laisser me la voler ? « Il semblait sincère et sincère ; en fait, il semblait angoissé. J’ai compris son dilemme, et j’aurais aimé pouvoir lui mettre le bras autour des épaules et lui faire savoir qu’il avait raison de ressentir un tel dilemme.

C’est pourtant ce dilemme qui plaide en faveur de la solution que je propose ci-dessus. D’une manière ou d’une autre, l’Amérique pourrait avoir sa réponse et avancer en toute confiance sans guerre civile. Toutes les autres solutions donnent à la moitié de la nation le sentiment d’avoir été trompée.

COMMENT CES IDÉES SE SONT RETROUVÉES DANS LE BUREAU OVALE

Pour une raison quelconque, l’avocat général Pat Cippollone a estimé que cette discussion était un affront flagrant à notre république. Nous lui avons demandé d’expliquer pourquoi, et toutes les objections qu’il a soulevées ont été rapidement rejetées.

« Jamais dans l’histoire américaine il n’y a eu un tel défi à une élection ! « Cippollone foudroyant. Flynn a répondu : « Jamais dans l’histoire américaine il n’y a eu une telle situation, avec des centres de tabulation fermés pendant trois heures, avec des étrangers se connectant à notre équipement, …..  » et ainsi de suite.

« La presse va vous crucifier », a prédit Pat Cipollone. Sidney a répondu : « Que pensez-vous qu’ils font maintenant ? ”

« Il n’a pas l’autorité pour le faire !  » Cipollone tonna. Sidney a répondu : « En fait, il l’a, Pat : regarde le décret 13848 (et quelque chose d’autre signé par Obama). Il a sans aucun doute cette autorité. « Le président Trump semblait perplexe, et demanda si c’était vrai. Sidney a sorti EO 13848 et lui a montré le langage pertinent. Trump l’a lu pendant 45 secondes, a vu que Sidney disait la vérité, a regardé Cipollone et a plus ou moins dit : « Pourquoi ne m’en as-tu même pas parlé, Pat ? ”

Après une demi-douzaine d’objections aussi frivoles de la part de l’avocat général de la Maison Blanche, Mike et moi nous sommes regardés d’un air ébahi. Mike est devenu calme et silencieux, son front tricoté en déroute. Finalement, je l’ai annoncé calmement à la salle : « C’est la réunion la plus surréaliste à laquelle j’ai jamais assisté. C’est également à ce moment-là que j’ai dit au président que je pouvais faire venir plusieurs membres du personnel dans les 30 minutes, et que Cipollone avait dit à tous les membres du personnel depuis le 4 novembre : « Demandez au président de céder ». Mettez-le en mode de transition… »

Flynn s’est levé et a fait face aux trois avocats en place. D’un ton mesuré, il a demandé aux trois avocats : « Mettons les choses au clair. Selon vous, que s’est-il passé le 3 novembre ? Pensez-vous que les élections ont été équitables ? Rien d’inhabituel ? ”

Les trois avocats ont baissé les yeux, ont enfoncé leurs orteils dans la terre, se sont regardés du coin de l’œil et n’ont pas voulu donner de réponse.

À partir de ce moment (peut-être une heure après le début de la réunion), la réunion s’est concentrée sur la mise au point des approches que j’ai décrites. Les faire muter, adopter l’une ou l’autre, déterminer qui ferait quoi, qui utiliser, qui notifier, la nomination de Sidney comme conseiller spécial de la Maison Blanche, etc. À 12h10, tout était fait et scellé. Enthousiasmés, Mike, Sidney, un autre avocat de Sidney, et moi-même sommes sortis de la Maison Blanche en constatant qu’une voie vers une résolution pacifique de ces questions avait été ouverte. Sidney m’a dit en rentrant à la maison « Crois-le ou non, Patrick, il ne s’agit pas pour moi de Trump. Je peux accepter celui qui gagne. Il faut juste que l’élection soit équitable. « Nous nous sommes tous couchés en pensant que le pays avait choisi une telle voie.

Le lendemain matin, Sidney a été informé que l’obtention d’un bureau à la Maison Blanche s’avérait peu pratique. Sidney a dit : « Eh bien alors j’ai besoin d’un laissez-passer de la Maison Blanche, pour pouvoir aller et venir. « On lui a répété que cela s’avérait difficile….. Et au cours des 48 heures qui ont suivi, la ligne de conduite convenue s’est trouvée dissoute. Et Pat Cipollone a fait savoir au New York Times que la discussion portait sur la loi martiale et l’Insurrection Act (ce qui n’était pas le cas : comme Sidney avait semé le président Trump, toute l’autorité dont il avait besoin pour diriger ce recomptage de la Garde nationale dans six comtés était déjà dans le décret 13848).

QUE DEVRAIT FAIRE LE PRÉSIDENT MAINTENANT ?

  1. Mardi matin, le 12 janvier, le Président devrait décider qu’il soupçonne l’implication du décret 13848 et ordonner à la Garde nationale de faire un compte-rendu en direct des six comtés concernés, en leur donnant pour instruction d’obtenir une réponse avant vendredi-samedi (16-17 janvier).
  2. Trump pourrait envisager de dire : « Quelle que soit la réponse, je ne remplirai pas un second mandat. Ainsi, le public pourra savoir que je ne le fais pas par égoïsme, mais simplement parce que notre république ne peut pas accepter de balayer cette question sous le tapis. Si le recomptage rapide de 6 comtés établit qu’il y a eu de grandes irrégularités, alors la Garde nationale refait l’élection, mais laissez Trump choisir Pence s’il veut, ou quelqu’un d’autre, se présenter. Ou bien Trump peut se représenter comme président, mais comme je l’ai dit…. J’ai eu le sentiment d’un homme qui serait tout aussi heureux de s’en aller que non, si seulement il pouvait trouver une résolution gracieuse telle que je la décris.

Oui, ce plan a un coût. Il nous donne quelques jours d’incertitude supplémentaires (plus s’ils révèlent les irrégularités que je pense qu’ils vont découvrir). En contrepartie, nous avons bien sûr intérêt à éviter une guerre civile, ou même à ce qu’un président de l’un ou l’autre des deux partis reste légitime pendant quatre ans : c’est trop paralysant pour un président.

Si cette proposition avait été adoptée lors de cette réunion du 23 décembre et n’avait pas été torpillée pendant ce week-end de Noël, nous aurions eu une bonne réponse au 1er janvier. Un gros morceau de caoutchouc aurait été retiré du centre de l’équation. Si les bulletins de vote en papier avaient confirmé les votes enregistrés dans ces six comtés, M. Trump aurait fait son devoir et (j’en suis convaincu) se serait rendu à pied à Marine 1 le 20 janvier.

D’un autre côté, si un tel récit en direct de la Garde nationale dans ces six comtés faisait apparaître des irrégularités telles que je les soupçonne fortement, alors cette nation pourrait avoir une conversation différente. Bien sûr, retarder la prestation de serment d’un nouveau président en février aurait dérangé certains, mais en supposant que cette voie n’ait été empruntée qu’après qu’un compte rendu en direct des six comtés ait révélé de grandes irrégularités, les opposants n’auraient pas vraiment eu de quoi se défendre.

Pour mémoire, il y a un scénario que je lui ai proposé d’éviter : il ne faudrait pas attendre le 6 janvier, que la situation du Congrès aille à son encontre, et ensuite commencer à explorer ces options. Ce serait trop demander que les résultats deviennent officiels et que l’on prenne ensuite des mesures extraordinaires pour les démêler.

Je pense que le Président devrait immédiatement ordonner à la Garde nationale d’effectuer un comptage en flux continu de six comtés afin de déterminer si des irrégularités importantes ont été commises et, si c’est le cas, de convoquer une nouvelle élection qui sera organisée par la Garde nationale dans 30 à 40 jours. Mais comme il a attendu au-delà du 6 janvier, il devrait envisager de se retirer de la course en faveur de Pence ou d’un autre de ses désignés. Cela montrerait à l’Amérique qu’il le fait pour les bonnes raisons ; cela permettrait à l’Amérique d’aller de l’avant sous la direction d’un président élu lors d’une élection propre et digne de confiance…. Et le président Trump pourrait retourner à son golf et à ses amis, sûr de savoir qu’il a fait plus pour dénoncer la perfidie électorale et rétablir l’intégrité de nos élections que tout autre président de l’histoire.

NB : J’ai rédigé ce projet par frustration ce soir et je veux le faire sortir. Il n’a pas fait l’objet de mes révisions, réécritures, etc. habituelles. Je me réserve le droit de me lever le matin et de le retoucher. Je me réserve le droit de me lever le matin et de le retoucher. Je vais également prendre le risque de le tweeter : Je me demande si le fait d’offrir une solution pacifique à un problème aussi massif ne viole pas les conditions générales de Twitter.