USA Today normalise la pédophilie en affirmant qu’elle est « déterminée dans l’utérus » et que les pédophiles sont « incompris »

Article original datant du 12/01/22

Chaque jour, sur les médias sociaux, des personnes comptant des milliers d’abonnés sont effacées sans ménagement d’Internet pour avoir osé remettre en question le discours établi – qui s’est avéré faux à maintes reprises – rien que pour le COVID-19. Les médecins et les scientifiques qui tentent de partager leurs recherches avec le monde entier sont oubliés parce que leurs informations mettent en lumière les politiques des grandes entreprises pharmaceutiques ou du gouvernement. Dans le monde de Big Tech et des médias grand public, la censure est monnaie courante – à moins, bien sûr, que vous ne fassiez partie de l’équipe – auquel cas vous pouvez défendre n’importe quoi, y compris les pédophiles.

Le TFTP a déjà rapporté qu’une tentative inquiétante a été faite pour normaliser la pédophilie comme une « orientation sexuelle » courante. Il s’agissait pour les pédophiles de se rebaptiser « personnes attirées par les mineurs » (MAP) dans l’espoir d’être acceptés comme la communauté LGBTQ. De manière assez dégoûtante, cette initiative a été quelque peu efficace puisque de nombreux médias ont rapporté que l’attirance sexuelle pour les enfants était totalement acceptable. Si cet incident est extrêmement troublant, ce qui est encore plus inquiétant, c’est que cette normalisation semble se répandre et, comme l’illustre une activité récente sur Twitter, elle est cautionnée par les géants des médias sociaux.

Bien qu’aucune de ces initiatives ne semble recueillir le soutien du public, la volonté de faire passer la pédophilie pour un phénomène normal de la vie persiste. Dans le cadre de la dernière campagne, USA Today a consacré un fil Twitter et un article entiers à la mobilisation du soutien aux personnes qui sont sexuellement attirées par les enfants.

Dans le fil de discussion visant à normaliser la pédophilie, USA Today avance l’argument selon lequel la « science » a compris que le caractère pédophile ou non d’une personne est « déterminé dans l’utérus ».

Selon cette même logique, on pourrait en arriver à la conclusion que la capacité d’une personne à commettre un meurtre est déterminée dans l’utérus, mais que les meurtriers qui ne vont pas au bout de leurs idées meurtrières sont simplement incompris. Leurs victimes potentielles devraient faire preuve d’empathie à l’égard de leurs idées de carnage.

Mettant en évidence ses incohérences logiques, USA Today soutient depuis longtemps que l’anatomie sexuelle, qui est en fait déterminée dans l’utérus, ne détermine pas le sexe. Pourtant, d’une manière ou d’une autre, ils croient que l’attirance pour les enfants l’est. C’est sûr.

Dans son fil de discussion, USA Today a fait plusieurs déclarations, affirmant que « ces dernières décennies, la science de la pédophilie s’est améliorée. L’une des découvertes les plus importantes est que la pédophilie est probablement déterminée dans l’utérus, bien que des facteurs environnementaux puissent influencer le passage à l’acte d’une personne qui a envie d’abuser d’elle. »

Après avoir publié ce fil de discussion, ils ont reçu une forte réaction et ont frénétiquement supprimé les tweets, affirmant que le fil de discussion manquait d’informations.

@usatodaylife
Un précédent fil de discussion n’incluait pas toutes les informations et l’histoire sur laquelle il était écrit est derrière un paywall. Nous avons pris la décision de supprimer le fil de discussion.

Bien qu’ils aient tenté de brouiller les pistes, le mal était déjà fait et les limiers de l’Internet avaient saisi à jamais leur normalisation de la pédophilie.

@usatodaylife
Un précédent fil de discussion n’incluait pas toutes les informations et l’histoire sur laquelle il était écrit est derrière un paywall. Nous avons pris la décision de supprimer le fil de discussion.

@8__star__8
C’est bon.

Certains de ces tweets, désormais supprimés, tentaient de dépeindre les pédophiles comme des victimes dans leur propre corps et qu’il y a simplement un « malentendu » sur ce qu’est un pédophile. Ils ont poursuivi en affirmant que « tous les pédophiles n’abusent pas des enfants ».

« Les pédophiles peuvent ne pas avoir le contrôle sur le fait qu’ils sont attirés par les enfants« , disait leur tweet.

« Les preuves suggèrent que c’est inné, neurologique », selon le « chercheur en sciences sexuelles » et « expert en pédophilie » James Cantor.

Le fait est qu’il existe sur Twitter une communauté entière qui discute de ces idées sur les personnes attirées par les mineurs (MAPS) et que cette communauté est probablement saine – tant qu’elle ne parle pas d’exploiter les enfants. Comme nous l’avons vu avec d’autres discours, réduire les discussions et les idées aux coins sombres de l’internet par le biais d’interdictions et de censure ne fait qu’empirer les choses.

Il est sans doute préférable que les MAP non violeurs d’enfants disposent d’un endroit où discuter de leurs désirs malsains et de la manière d’y mettre un terme plutôt que d’interdire leur discours et de le placer dans des endroits où des idées encore plus malsaines et probablement de la pédopornographie sont ouvertement échangées.

Mais l’attirance sexuelle pour les enfants ne devrait jamais être normalisée. Si la société tente de se conditionner en pensant que l’on naît attiré par les enfants, de nombreuses personnes dans cet environnement éveillé pourraient commencer à le dire à leurs enfants, leur implantant des idées et orientant ainsi les gens vers la pédophilie à un jeune âge – comme ils le font avec le transgendérisme.

Quel que soit le moment où l’attirance pour les enfants commence, elle ne doit jamais être acceptée comme « normale« , car il s’agit d’une pente glissante. Lorsqu’un pédophile « non fautif » agit ou n’agit pas, il reste la question du consentement. Lorsqu’un garçon est en pleine puberté et qu’il réalise qu’il est sexuellement attiré par les filles, le consentement est toujours nécessaire pour qu’il puisse initier tout type de contact sexuel. Il en va de même pour les garçons qui sont sexuellement attirés par les garçons, ou pour les filles qui sont sexuellement attirées par les filles.

Cependant, lorsqu’un adulte est sexuellement attiré par un nourrisson ou un enfant, il admet son attirance pour un individu qui n’a pas la capacité de consentir – c’est pourquoi ce concept est jugé répréhensible dans la société. Si un enfant est molesté ou violé, il en résulte des problèmes physiques, émotionnels et mentaux à long terme qui affecteront l’enfant pour le reste de sa vie.

Néanmoins, les médias grand public s’efforcent de modifier et de façonner nos perceptions et nos valeurs sur ce sujet. Il semble évident que les propagandistes tentent de créer une société qui accepte la pédophilie comme un comportement normalisé.

Et USA Today n’est pas le premier média grand public à le faire.

Révélant exactement comment fonctionne la propagande de normalisation, le New York Times a publié un article d’opinion proclamant que la pédophilie n’est « pas un crime » – au lieu de cela, il qualifie avec sympathie la pédophilie de « trouble » avec lequel « ces personnes [les pédophiles] vivent ».

L’implication est que les personnes qui violent, ou qui fantasment sur l’exploitation ou le viol d’enfants, sont dépeintes comme des victimes vivant avec une condition sur laquelle elles n’ont guère de choix. L’article du NY Times, tout comme celui de USA Today, insère ensuite des bribes d’informations sur des « études récentes », ce qui est un appel à l’autorité destiné à laisser entendre que le programme de normalisation de l’auteur est soutenu par la « science ».

Ainsi, des affirmations telles que : « Les hommes pédophiles ont trois fois plus de chances d’être gauchers ou ambidextres, une constatation qui suggère fortement une cause neurologique », laissant les lecteurs discerner la crédibilité de l’opinion de l’auteur sur la base d’une interprétation non professionnelle de l’étude réelle.

Essentiellement, l’idée avancée est que les personnes qui veulent avoir des relations sexuelles avec des enfants souffrent d’un « trouble » et ne sont donc pas soumises à une évaluation morale, mais ont plutôt besoin de compassion. L’idée que la pédophilie est une « condition », plutôt qu’un processus mental interne impliquant des désirs et des attitudes, laisse le pédophile sans reproche.

L’idée que ces individus monstrueux, qui ruinent la vie d’enfants pour une gratification temporaire et ne trouvent ensuite rien à redire à leurs actes, puissent un jour être acceptés par la société peut sembler absurde aujourd’hui. Mais le processus de désensibilisation commence par une tentative de normalisation des individus qui n’ont pas encore commis d’actes odieux – mais qui continuent à fantasmer à ce sujet et à promouvoir ouvertement leurs désirs – en prétendant que leur trouble maladif devrait être accepté comme une forme d’orientation sexuelle.

USA Today Normalizes Pedophilia, Claiming it's 'Determined in the Womb' & ...
Mainstream media is once again making a push to normalize the behavior of adults being sexually attracted to children, now saying they're born that way.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations