Veronica Wolski, partisane de QAnon au centre de la tempête de l’Ivermectine, est morte d’une pneumonie liée au COVID à l’hôpital de Chicago

Goldman sonne l’alerte rouge sur le plafond de la dette : « L’échéance à venir semble aussi risquée que le combat pour le plafond de la dette en 2011 »
14 septembre 2021
Le chiffre le plus fiable de la pandémie de COVID perd de sa signification
14 septembre 2021

Article original datant du 13/09/21

Veronica Wolski, partisane de QAnon au centre de la tempête de l’ivermectine, est morte d’une pneumonie liée au COVID à l’hôpital de Chicago.

Veronica Wolski, l’adhérente de QAnon dont la récente hospitalisation a fait d’elle une cause célèbre pour le médicament controversé qu’est l’ivermectine, est décédée dans l’unité de soins intensifs du Amita Health Resurrection Medical Center tôt lundi, a déclaré une porte-parole de l’hôpital. Elle avait 64 ans.

La cause du décès de Wolski était une pneumonie due à une infection par le COVID-19, l’hypothyroïdie étant un facteur contributif, a déclaré lundi matin une porte-parole du bureau du médecin légiste du comté de Cook.

Pendant plus d’une semaine, ses partisans ont assiégé l’hôpital pour demander que Wolski reçoive de l’Ivermectine. Ce médicament est généralement utilisé pour traiter les maladies causées par des vers parasites, mais certains l’ont salué comme un remède COVID-19, malgré l’absence de preuves scientifiques définitives ou d’autorisation gouvernementale.

L’hôpital de Chicago a déclaré la semaine dernière que ses médecins et cliniciens, suivant les conseils de la Food and Drug Administration et des Centers for Disease Control and Prevention, n’utilisent pas l’ivermectine pour les cas de COVID-19. L’hôpital avait refusé de commenter le diagnostic de Wolski, invoquant les lois fédérales sur la confidentialité.

Au cours du week-end, certains partisans de Mme Wolski ont tenté de convaincre l’hôpital de la laisser sortir. Une vidéo publiée dimanche soir sur la chaîne Telegram de l’avocat d’extrême droite Lin Wood le montre en train d’exiger par téléphone que l’hôpital remette Wolski à une personne titulaire d’une procuration médicale.

« Il y a une ambulance qui l’attend dehors, il y a un médecin qui l’attend pour la soigner », dit-il. « Si vous ne la libérez pas, vous allez être coupable de meurtre. Comprenez-vous ce qu’est un meurtre ? »

Une autre vidéo publiée sur la chaîne de Wood montre un policier de Chicago à l’extérieur de l’hôpital en train de parler avec une personne demandant, sans succès, à être autorisée à entrer pour effectuer un contrôle de bien-être. Une porte-parole de l’hôpital a déclaré que la police « (aidait) à maintenir l’ordre à l’extérieur de l’hôpital avec un petit groupe d’individus ».

La famille de Wolski n’a pas pu être jointe pour un commentaire lundi. Une personne qui a répondu à la porte de son domicile du Northwest Side a déclaré que personne n’était disponible pour une interview.

Wolski était bien connue pour son activisme politique. Elle a attiré l’attention en 2016 en se tenant sur un pont piétonnier au-dessus de la Kennedy Expressway avec des bannières soutenant le candidat présidentiel Bernie Sanders.

« C’est comme avoir un rallye Bernie », avait-elle déclaré à la Tribune à l’époque. « Avoir des milliers de personnes, partageant les mêmes idées, vous vous sentez juste comme une communauté. Et ce sont mes gens. »

Elle a qualifié le candidat de l’époque, Donald Trump, de « gaffeur » pendant l’interview, mais à un moment donné, elle est devenue une partisane convaincue de Trump et a cru à la théorie du complot QAnon. Ses messages sur le pont ont commencé à dire des choses comme « Q m’a envoyé » et « fraude au COVID ».

Joseph Uscinski, un professeur de sciences politiques de l’Université de Miami qui étudie les théories du complot, a déclaré que ce type d’évolution n’est pas inhabituel pour les personnes qui ont la vision du monde selon laquelle le système est truqué. QAnon a vu le jour sur des babillards électroniques (l’auteur parle ici de forums de discussion en ligne, NdT), mais nombre de ses principes reflètent des croyances conspirationnistes vieilles de plusieurs décennies, voire de plusieurs siècles, a-t-il ajouté.

« Une fois qu’ils en sont arrivés à ce point et qu’ils disent que tout est corrompu et truqué, il est très facile de dire que la médecine moderne est truquée, que la politique est truquée, que les médias sont truqués, parce qu’ils voient toutes ces choses exactement de la même façon », a-t-il dit.

La chaîne Telegram de Wolski comprend de nombreux messages de mépris pour les masques, les vaccins et d’autres approches traditionnelles pour éviter le COVID-19. Fin juillet, elle a publié une vidéo dans laquelle elle décrit avoir souffert d’une fièvre prolongée, de douleurs corporelles et de violentes quintes de toux qu’elle attribue à un rhume.

Elle dit dans la vidéo qu’elle s’est sentie mieux après avoir pris un traitement de cinq jours à l’ivermectine. Les photos et vidéos postées au cours des trois semaines suivantes la montrent retournant sur le viaduc qu’elle a surnommé « le pont du peuple ».

Mais sa chaîne montre aussi qu’au 20 août, elle était aux urgences. Aucun des posts ultérieurs n’inclut une demande d’ivermectine, bien que l’un d’entre eux, mis en ligne le 24 août, indique l’emplacement de l’hôpital et demande « une personne médicale pour m’aider à sortir d’ici ».

Certains partisans de Wolski ont rapidement commencé à demander un traitement à l’ivermectine en son nom, stimulés par un appel de Wood sur les médias sociaux. Les responsables de Resurrection ont déclaré la semaine dernière qu’ils avaient reçu des centaines d’appels et d’e-mails concernant Wolski.

L’ivermectine est devenue un traitement alternatif populaire contre le COVID-19 malgré les avertissements du gouvernement et de nombreuses autorités médicales selon lesquels son efficacité n’a pas été prouvée et, sous sa forme vétérinaire plus puissante, elle peut même être mortelle.

Certains patients atteints de COVID et leurs familles ont intenté des procès aux hôpitaux lorsque les médecins ont refusé de leur proposer l’ivermectine. En mai, un juge du comté de DuPage a ordonné à l’hôpital d’Elmhurst de permettre à une patiente comateuse, Nurije Fype, de recevoir le médicament après qu’aucun de ses médecins n’ait accepté de l’administrer.

Un médecin extérieur a donné les médicaments à Fype, et selon les comptes de médias sociaux tenus par sa fille, elle s’est améliorée et a fini par rentrer chez elle.

Après le décès de Mme Wolski, les plateformes de médias sociaux ont débordé de milliers de messages de deuil et de colère, et à la mi-journée, son nom était un sujet d’actualité national sur Twitter. Dans un message sur Telegram consulté plus de 230 000 fois, M. Wood a exprimé sa tristesse et lancé un vague appel à la « désobéissance civile non violente ».

La seule indication de cela à l’hôpital lundi matin était un panneau installé le long de l’avenue West Talcott sur lequel on pouvait lire : « R.I.P Veronica Wolski / Dites son nom ! ». Au pont, quelqu’un a laissé des fleurs et un bracelet en caoutchouc bleu portant l’inscription QAnon :  » (La) tempête est sur nous. « 

Jason Warth, un habitant de Wicker Park, est arrivé avec un drapeau américain qu’il a monté en l’honneur de Wolski sur la barrière de sécurité du pont. Bien qu’il ne la connaissait que par les médias sociaux, il a dit qu’il respectait son esprit déterminé.

« Elle était une sorte de patriote unique qui avait le temps, l’énergie et l’opportunité de faire ce qu’elle a fait », a-t-il déclaré. « Quant à savoir si c’est une histoire triste, je suppose que cela dépend du point de vue. Pour moi, c’est l’histoire patriotique d’une femme qui aimait son pays. (…) C’est une fin triste mais pas une histoire triste ».

Veronica Wolski, QAnon supporter at center of ivermectin firestorm, dies of COVID-related pneumonia ...
Veronica Wolski, the QAnon adherent whose recent hospitalization made her a cause celebre for the controversial medication ivermectin, died in the intensive care unit of Amita Health Resurrection Medical Center early Monday, a hospital spokeswoman said. She was 64. Wolski’s cause of death was ...