Voici ce qui s’est passé au cyber symposium de Lindell

Article original datant du 13/08/21

Here's What We Know Happened At Lindell's Cyber Symposium

CDMedia a fait un reportage en direct du Lindell Cyber Symposium cette semaine et voici ce que nous pensons qu’il s’est passé.

Tout d’abord, nous n’avons aucune idée si les captures de paquets de données (« pcaps ») annoncées par Mike Lindell depuis des mois comme preuve que la Chine a piraté les élections étaient réelles ou non. Nous ne le savons pas car nous pouvons signaler que les données n’ont jamais été présentées aux experts lors de la conférence.

L’équipe de Lindell explique que les données ont été corrompues par une « pilule empoisonnée » qui les rendait inutilisables. Le colonel Phil Waldron, de l’équipe Lindell, a déclaré que les données en possession de Lindell ont été remises au gouvernement fédéral conformément aux exigences de la loi sur la cybersécurité. Nous avons été informés que de multiples « agents d’influence » ont tenté de détruire les sessions de « break out room » réunissant des cyber experts. Selon la presse mainstream, beaucoup auraient été furieux que les informations qu’ils s’attendaient à recevoir ne leur aient pas été fournies au final.

Lindell a déclaré avoir été attaqué physiquement la nuit précédant le dernier jour de la conférence. Waldron a déclaré qu’il y avait des agitateurs et des infiltrés à la conférence. Le livestream de Lindell a été piraté à plusieurs reprises pendant la conférence. Il a été rapporté que la source du travail de Lindell, Dennis Montgomery, a subi une attaque avant le début de la conférence. Nous n’avons aucune idée si cela est vrai.

Une chose est évidente : quelqu’un voulait empêcher le symposium de Lindell de faire passer son message.

Ce que nous savons, c’est qu’il y a des récits qui se jouent des deux côtés et qu’il est impossible de discerner à ce stade si les données étaient réelles ou non.

Cependant, cela peut finalement ne pas être pertinent en raison de ce qui a été présenté à la conférence, qui était très réel et que les médias grand public tentent désespérément d’empêcher d’être diffusé.

La conférence a changé de sujet très tôt et a présenté des preuves en direct reçues juste avant le début de la conférence, en provenance du Comté de Mesa, Colorado, montrant que Dominion Voting Systems, lors de la « mise à jour » du logiciel des machines, a supprimé des journaux d’enregistrements et modifié des données sur les machines électorales. Des images forensics ont été prises avant et après la « mise à jour » et les cyber experts présents à la conférence ont déclaré que cela montrait que Dominion changeait de logiciel, tentant de supprimer les preuves d’une fraude électorale généralisée lors de l’élection de 2020. La loi fédérale exige que les données soient conservées pendant 22 mois. Les experts présents à la conférence ont déclaré que Dominion tente de les supprimer à l’échelle nationale.

Cette information a probablement été la donnée la plus efficace diffusée pendant les trois jours et a eu un effet profond sur les législateurs présents dans l’assistance. Nombre d’entre eux ont déclaré qu’à leur retour, ils seraient obligés de faire pression pour que les élections de 2020 fassent l’objet d’un audit forensic complet à l’échelle nationale.

Comme c’est le cas depuis le 3 novembre, la balle est maintenant dans le camp des législateurs des États pour réparer 2020.

Au final, Mike Lindell a réussi à faire en sorte que 40 millions de personnes regardent pendant 3 jours les preuves présentées montrant la fraude électorale dans l’élection présidentielle américaine de 2020.

C’est un exploit en soi.

Here's What We Know Happened At Lindell's Cyber Symposium - CD Media
Lindell Succeeded In Getting 40 Million People Around The World To Watch 3 Days Of Evidence Of Election Fraud.

Chapitres