Voici comment nous pouvons mettre fin à la crise ukrainienne aujourd’hui

Article original datant du 03/03/22 par : Michael T Flynn

Si vous n’êtes pas bouleversé par ce qui se passe en Europe de l’Est, vous ne prêtez pas suffisamment attention à ce qui se passe chez nous.

Tout est en train de changer sous nos yeux. Une guerre sur notre propre sol est une possibilité très réelle. Si cela devait se produire, qu’auriez-vous fait pour tenter d’empêcher la guerre ? Tout le monde parle de problèmes ; ce dont nous avons besoin en ce moment, ce sont des solutions.

Comme beaucoup d’Américains, je suis troublé par la débâcle de l’Ukraine – une situation totalement évitable, comme je l’ai déjà dit dans un précédent Op-Ed (Page suivant l’éditorial dans un journal anglo-saxon, NdT).

Remontez dans l’histoire récente jusqu’en octobre et examinez la visite de l’administration Biden en Ukraine. Peu importe de faire des recherches sur les frontières européennes de 1939 ou de comprendre les résultats de la guerre menée par l’Amérique pour vaincre le nazisme.

Pendant que vous y êtes, considérez l’histoire de l’Accord de Budapest, trois accords politiques identiques signés lors d’une conférence de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe à Budapest, en Hongrie, le 5 décembre 1994. Il fournissait des garanties de sécurité de ses signataires liées à l’adhésion de la Biélorussie, du Kazakhstan et de l’Ukraine au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. (Etudiez-le – nous sommes tous en violation de ce traité).

Et arrêtons avec la question hypothétique de savoir ce que l’ancien président Donald Trump ferait dans cette situation. La réalité est que cette crise ne s’est pas produite sous son administration en raison d’une variété de facteurs. En tête de liste, il y a un leadership démontré et fort, alors arrêtons avec les questions rétrospectives et commençons par là où nous sommes maintenant.

Dans cet article, je veux offrir une option. Il en existe de nombreuses – la plupart ne sont pas bonnes, et toutes s’accompagneront de compromis et de coûts. Cependant, sans celles-ci, l’avènement réel d’une impasse nucléaire – ou pire, d’un échange nucléaire – est à l’horizon. Nous ne pouvons plus nous faire d’illusions sur cette réalité. Nous nous sommes permis d’arriver à ce point évitable de l’histoire.

Contexte : Le président russe Vladimir Poutine a commis une horrible erreur. Il a surestimé sa popularité. S’il est vrai qu’en Crimée, à Donetsk et à Louhansk, il bénéficie d’un soutien d’environ 51 %, selon mon évaluation, il s’attendait à ce niveau de soutien dans tout le pays de l’Ukraine. Manifestement, ce soutien ne s’est jamais matérialisé.

Maintenant, Poutine a besoin d’une porte de sortie sûre. Des centaines de milliers de vies sont détruites chaque jour que cela continue. Quelque chose doit être fait pour arrêter la mort et la ruine des deux côtés. Les Russes meurent également par dizaines, causant à Poutine davantage de problèmes s’il ne parvenait pas à maîtriser la situation rapidement. Il existe un vieux dicton : Mieux vaut avoir affaire au diable que l’on connaît qu’au diable que l’on ne connaît pas.

Tout d’abord, essayons de comprendre Vladimir Poutine. Il n’est pas fou, comme les médias de propagande tentent de le dépeindre actuellement. Il se comporte comme il le fait toujours. Le meilleur exemple de la personnalité de Poutine est l’histoire du propriétaire des New England Patriots, Robert Kraft, et de sa bague du Super Bowl.

Si vous n’êtes pas au courant de l’histoire, voici ce qu’il en est : En 2005, Kraft a rencontré Poutine. Il a enlevé la bague pour la montrer à Poutine, Poutine l’a admirée, et Kraft a tendu la main pour la reprendre. Poutine a mis la bague dans sa propre poche et est sorti, la volant essentiellement. La Maison Blanche a insisté sur le fait que Kraft avait dit qu’il s’agissait d’un cadeau, mais bien des années plus tard, il a raconté la véritable histoire du vol de sa bague.

Poutine fera tout ce qu’il peut s’il pense pouvoir s’en sortir. Il ne s’arrêtera que lorsqu’il pensera qu’il ne peut pas s’en tirer. C’est pourquoi rien ne s’est jamais produit lorsque Trump était au pouvoir. Il respectait Trump et savait qu’il ne pouvait pas s’en tirer. Maintenant, sous cette administration américaine incapable, Poutine a saisi sa chance. Il sait bien ce qu’il peut faire.

Il a également cru (à tort) que l’Ukraine soutiendrait au moins modérément l’invasion. Si l’Ukraine n’accueillait pas les Russes en héros, Poutine pensait qu’ils seraient au moins tolérés. Lui, ses conseillers et ses généraux ont fait un mauvais calcul.

Il existe une option qui donnerait une porte de sortie à Poutine. Cette option doit être analysée et discutée en profondeur. Elle donne à Poutine ce qu’il veut, offre à l’Ukraine une opportunité de sécurité unique et à long terme, permet à l’Europe et au monde de respirer profondément, et peut mettre fin à cette folie ainsi qu’aux horribles tueries qui ont lieu des deux côtés (et ce n’est peut-être que le début).

Je crois que la clé pour débloquer cette crise est l’Accord de Budapest.

Comme les lecteurs avisés s’en souviendront, lorsque l’Union soviétique a éclaté après des décennies d’une guerre froide désormais lointaine, l’Ukraine possédait plus d’armes nucléaires que la Chine et était la troisième plus grande puissance nucléaire du monde.

Entre autres questions cruciales, l’accord de Budapest stipulait que l’Ukraine renoncerait à ses armes nucléaires si la Russie et les États-Unis acceptaient de ne pas l’envahir. C’est l’accord de base. Poutine est en violation flagrante de cet accord, ce qui donne aux États-Unis (et à certaines nations européennes) la possibilité de le faire respecter. Mais ce n’est que le point de départ d’une conversation plus large sur une solution pacifique.

La véritable conversation se déroule comme suit.

Première partie : la Russie veut une Ukraine neutre. L’Accord de Budapest peut être considéré comme un accord de neutralité. Évidemment, si la Russie adhère à l’accord, alors l’Ukraine n’a pas besoin de rejoindre l’OTAN. Et l’OTAN peut convenir que l’adhésion de l’Ukraine serait une violation de l’accord de Budapest. Je pense que Poutine envisagerait sérieusement cette solution (et l’accepterait peut-être), et elle répond à la moitié de ses exigences. Cela lui donne une porte de sortie sans tuer plus de gens.

Deuxième partie : Poutine veut que l’Ukraine renonce à toute revendication sur la Crimée. L’Ukraine devrait accepter, avec une réserve majeure.

Poutine affirme que la Crimée a été donnée illégalement à l’Ukraine dans les années 1950 et, que ce soit vrai ou non, il veut la récupérer. Eh bien, l’Ukraine ne récupérera jamais la Crimée, quelles que soient les conditions, sans une guerre majeure. La plupart des gens ne le réalisent pas, mais Poutine est populaire en Crimée et il y a un fort attachement à la Russie dans la région, donc c’est une perte pour l’Ukraine, mais pas une perte substantielle. (C’est la réalité de la géopolitique mondiale).

La principale mise en garde devrait être que l’Ukraine a réalisé de nombreuses améliorations en Crimée depuis les années 50. Il faut y attacher un prix important. La Russie ne se contente pas de prendre la Crimée ; elle paie pour tous les soins que l’Ukraine a apportés à la Crimée depuis les années 50. Il devrait s’agir d’un remboursement important et à long terme.

Troisième partie : Enfin, Poutine doit souligner que le ciblage des civils était contraire à ses ordres et qu’il aidera à reconstruire une partie de l’Ukraine. Il peut prétendre que des généraux de haut rang ou d’autres responsables de la défense russe n’ont pas suivi ses ordres et les licencier publiquement. (Peut-être que les personnes licenciées seront autorisées à venir aux États-Unis et à travailler dans un groupe de réflexion de Washington, D.C.). Quelle que soit la description de cette disposition, elle donne à Poutine la possibilité d’annuler cette guerre insensée.

En fin de compte, l’Amérique a toujours défendu l’autodétermination et le droit de choisir son gouvernement. Quelle que soit la revendication que Poutine peut essayer de faire sur l’Ukraine, qu’elle soit basée sur la réalité ou sur sa propre fiction, elle ne l’emportera jamais sur le droit du peuple à une élection libre et équitable pour un gouvernement qui le représente.

Comme l’a dit un autre président célèbre à propos d’un bloc de vote dans notre pays, qu’avez-vous à perdre ? Je pense que cela conviendrait à Poutine si l’alternative est des sanctions brutales et une réputation de paria.

Ce que je ne sais pas, c’est si l’Ukraine serait d’accord. Je pense que si l’Ukraine peut renoncer à l’OTAN, elle devrait immédiatement envisager d’adhérer à l’Union européenne. Évidemment, la Crimée serait une pilule plus dure à avaler, mais l’Ukraine ne la récupérera pas de toute façon. Prenez le taureau par les cornes pour le bien de l’humanité et pour tenir compte du fait que vous risquez de perdre toute votre nation, voire pire, si la situation perdure. Faites pression pour obtenir un paiement important de la part de la Russie et elle le donnera probablement.

Sur ce dernier point, qui, j’en suis certain, suscitera le plus d’attention, la Russie perdra l’argent de toute façon, que ce soit en raison de sanctions économiques écrasantes ou en remboursant l’Ukraine. Il vaut mieux que l’argent aille à l’Ukraine que de disparaître à cause des sanctions. La Russie ne perd pas trop, et l’Ukraine gagne beaucoup.

Cette option est judicieuse. Je pense qu’elle serait acceptable pour les deux parties, et elle donne à Poutine une porte de sortie, ce dont il a désespérément besoin.

Le plus gros problème est que notre administration actuelle n’est pas assez forte pour traiter avec Poutine. Il a probablement d’autres cartes à jouer contre nous. Peut-être que les États-Unis devraient se tenir à l’écart de cette option et que le Premier ministre Boris Johnson au Royaume-Uni ou le président Emmanuel Macron en France pourraient plutôt la pousser.

Un dernier point à souligner concernant l’accord de Budapest concerne les armes nucléaires sur le sol d’une nation souveraine. L’accord encourageait certains pays à renoncer aux armes nucléaires. Alors que d’autres nations envisagent désormais de rejoindre le club nucléaire (que cela leur plaise ou non), une leçon à tirer de tout cela est de ne jamais renoncer à ses armes nucléaires. Si un État-nation ne peut compter sur les autres pays pour respecter ses frontières, la possession d’armes nucléaires agit comme un garant de la sécurité.

Comme toutes les options, celle-ci mérite d’être examinée. Comme je l’ai demandé plus haut, qu’avons-nous à perdre (à part tout) ?

Here's How We Can End the Ukraine Crisis Today - General Flynn
By: Michael T Flynn If you are not upset about what is happening in Eastern Europe, you are not paying enough attention to what is happening right here at home. Everything is changing before our eyes. A war on our own soil is a very real possibility. Should this occur, what will you have done … ...

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations