Voici les points forts de l’échange animé entre les États-Unis et la Chine en Alaska

Alors que Biden fait face à l’afflux continu d’enfants migrants, les républicains critiquent la Maison Blanche pour la crise frontalière.
19 mars 2021
Trump remercie le Washington Post d’avoir rétracté son article sur les élections en Géorgie
19 mars 2021

Article original datant du 19/03/21

Points clé :

La rencontre à Anchorage, en Alaska, était la première réunion de haut niveau entre les deux pays sous l’administration du président Joe Biden, après plus de deux ans de relations difficiles. Ce qui devait être initialement une séance de photos de quatre minutes a fini par durer plus d’une heure, les deux parties s’échangeant des injures sur des questions allant des relations entre les États-Unis et la Chine aux préoccupations des alliés de Washington.

Le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, Jake Sullivan, prend la parole sous le regard du secrétaire d’État américain Antony Blinken (au centre) lors de la séance d’ouverture des pourparlers entre les États-Unis et la Chine à l’hôtel Captain Cook à Anchorage, en Alaska, le 18 mars 2021.

Les pourparlers entre les États-Unis et la Chine ont connu un début difficile jeudi, les deux parties se réprimandant mutuellement dans une démonstration publique inhabituelle de tensions.

La réunion d’Anchorage, en Alaska, était la première réunion de haut niveau entre les deux pays sous l’administration du président Joe Biden, et a eu lieu après plus de deux ans de relations difficiles entre les deux pays.

Ce qui devait être initialement une séance de photos de quatre minutes a fini par durer plus d’une heure, les deux parties s’échangeant des injures sur des questions allant des relations entre les États-Unis et la Chine aux préoccupations des alliés de Washington. Les journalistes ont été priés de ne pas partir, car les deux parties voulaient ajouter leurs réfutations.

La délégation américaine était dirigée par le secrétaire d’État Antony Blinken et le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan. Le ministre des affaires étrangères et conseiller d’État chinois Wang Yi et Yang Jiechi, directeur de la Commission centrale des affaires étrangères du Parti communiste chinois, conduisaient la délégation chinoise.

Voici quelques extraits et points forts de la réunion :

Sur les relations entre les États-Unis et la Chine

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken :
J’ai dit que la relation des États-Unis avec la Chine sera compétitive là où elle doit l’être, collaborative là où elle peut l’être et contradictoire là où elle doit l’être. Nos discussions ici en Alaska, je le soupçonne, couvriront toute la gamme. Notre intention est d’être directs sur nos préoccupations, directs sur nos priorités, dans le but d’une relation plus claire entre nos pays à l’avenir.

… Je dois vous dire que depuis le peu de temps que je suis secrétaire d’État, j’ai parlé à près d’une centaine d’homologues du monde entier, je crois. Et je viens d’effectuer mon premier voyage, comme je l’ai indiqué, au Japon et en Corée du Sud. Je dois vous dire que ce que j’entends est très différent de ce que vous avez décrit. J’entends une profonde satisfaction de voir que les États-Unis sont de retour, que nous sommes réengagés avec nos alliés et nos partenaires. J’entends également une profonde inquiétude quant à certaines des actions que votre gouvernement entreprend.

La Chine demande instamment à la partie américaine d’abandonner totalement la pratique hégémonique consistant à s’ingérer délibérément dans les affaires intérieures de la Chine. Il s’agit d’un problème de longue date qui devrait être réglé.

Wang Yi
MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES, CHINE

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi :
La Chine n’a certainement pas accepté par le passé et n’acceptera pas à l’avenir les accusations injustifiées de la partie américaine. Au cours des dernières années, les droits et les intérêts légitimes de la Chine ont fait l’objet d’une suppression pure et simple, plongeant les relations entre la Chine et les États-Unis dans une période de difficultés sans précédent.

… La Chine demande instamment à la partie américaine d’abandonner totalement la pratique hégémonique consistant à s’ingérer délibérément dans les affaires intérieures de la Chine. Il s’agit d’un problème de longue date qui devrait être réglé. Il est temps que cela change.

Directeur chinois de la Commission centrale des affaires étrangères, Yang Jiechi
La Chine et les États-Unis sont tous deux des pays importants et tous deux assument d’importantes responsabilités. Nous devons tous deux contribuer à la paix, à la stabilité et au développement du monde, dans des domaines tels que la Covid-19, le rétablissement des activités économiques dans le monde et la réponse au changement climatique.

Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire ensemble et où nos intérêts convergent. Ce que nous devons faire, c’est abandonner la mentalité de la guerre froide et l’approche du jeu à somme nulle.

… Permettez-moi donc de dire ici que, face à la partie chinoise, les États-Unis n’ont pas la qualification nécessaire pour dire qu’ils veulent parler à la Chine en position de force. Les États-Unis n’étaient même pas qualifiés pour dire de telles choses, il y a 20 ou 30 ans, car ce n’est pas ainsi que l’on traite avec le peuple chinois. Si les États-Unis veulent traiter correctement avec la partie chinoise, alors suivons les protocoles nécessaires et faisons les choses de la bonne manière.

La coopération profite aux deux parties. C’est notamment ce qu’attendent les peuples du monde entier. Le peuple américain est certainement un grand peuple, mais le peuple chinois l’est aussi.

Yang Jiechi (à droite), directeur du bureau de la Commission centrale des affaires étrangères pour la Chine et Wang Yi (à gauche), ministre chinois des Affaires étrangères, arrivent pour une réunion avec leurs homologues américains lors de la session d’ouverture des pourparlers entre les États-Unis et la Chine à l’hôtel Captain Cook à Anchorage, en Alaska, le 18 mars 2021.

Sur les préoccupations des États-Unis et de leurs alliés

Blinken :
Nous discuterons également de nos profondes préoccupations concernant les actions de la Chine, notamment au Xinjiang, à Hong Kong, à Taïwan, les cyberattaques contre les États-Unis, la coercition économique envers nos alliés. Chacune de ces actions menace l’ordre, fondé sur des règles, qui maintient la stabilité mondiale.

Le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, Jake Sullivan :
Le secrétaire d’État Blinken a exposé de nombreux domaines de préoccupation, de la coercition économique et militaire à l’attaque des valeurs fondamentales, dont nous discuterons avec vous aujourd’hui et dans les jours à venir.

… Nous avons entendu chacune de ces préoccupations de la part du monde entier, de nos alliés et partenaires et de la communauté internationale au sens large au cours des consultations intensives que nous avons entreprises ces deux derniers mois. Nous précisons aujourd’hui que notre priorité absolue, du côté des États-Unis, est de veiller à ce que notre approche dans le monde et notre approche de la Chine bénéficient au peuple américain et protègent les intérêts de nos alliés et partenaires.

Nous ne cherchons pas le conflit, mais nous accueillons favorablement une concurrence acharnée et nous défendrons toujours nos principes, pour notre peuple et pour nos amis.

Je me souviens bien de l’époque où le président Biden était vice-président et que nous étions en visite en Chine… et le vice-président Biden avait alors déclaré qu’il n’est jamais bon de parier contre l’Amérique, et cela reste vrai aujourd’hui.

Antony Blinken
SECRÉTAIRE D’ÉTAT DES ÉTATS-UNIS

Yang :
Il est également important que nous nous réunissions tous pour construire un nouveau type de relations internationales, caractérisé par l’équité, la justice et le respect mutuel. Et sur certaines questions régionales, je pense que le problème est que les États-Unis ont exercé une juridiction de long terme, la répression et ont trop tiré sur la corde.

… Les États-Unis eux-mêmes ne représentent pas l’opinion publique internationale, pas plus que le monde occidental. Qu’on le juge à l’échelle de la population ou de la tendance du monde, le monde occidental ne représente pas l’opinion publique mondiale. Lorsque les États-Unis parlent de valeurs universelles ou d’opinion publique internationale, nous espérons que la partie américaine réfléchira à la question de savoir si elle se sent rassurée en disant ces choses, car les États-Unis ne représentent pas le monde. Ils ne représentent que le gouvernement des États-Unis.

Sur les valeurs et la démocratie

Sullivan :
Le secrétaire d’État Blinken et moi-même sommes fiers de l’histoire de l’Amérique que nous sommes en mesure de raconter ici, d’un pays qui, sous la direction du président Biden, a fait de grands progrès pour contrôler la pandémie, pour sauver notre économie et pour affirmer la force et la pérennité de notre démocratie. Nous sommes particulièrement fiers du travail que nous avons accompli pour revitaliser nos alliances et nos partenariats, le fondement de notre politique étrangère.

Yang :
Et les États-Unis ont leur style, la démocratie à l’américaine. Et la Chine a la démocratie à la chinoise. Ce n’est pas seulement au peuple américain, mais aussi aux peuples du monde, d’évaluer comment les États-Unis ont réussi à faire progresser leur propre démocratie. Dans le cas de la Chine, après des décennies de réforme et d’ouverture, nous avons parcouru un long chemin dans divers domaines.

… Nous pensons qu’il est important pour les États-Unis de changer leur propre image et de cesser de faire avancer leur propre démocratie dans le reste du monde. De nombreuses personnes aux États-Unis ont en fait peu de confiance dans la démocratie américaine et ont des opinions diverses concernant le gouvernement des États-Unis en Chine.

Blinken :
L’une des caractéristiques de notre leadership, de notre engagement dans le monde, ce sont nos alliances et nos partenariats qui ont été construits sur une base totalement volontaire. Et c’est quelque chose que le président Biden s’est engagé à revigorer et à renforcer. Et il y a une autre marque de notre leadership ici chez nous, c’est une quête constante pour, comme nous le disons, former une union plus parfaite.

Et cette quête, par définition, reconnaît nos imperfections, reconnaît que nous ne sommes pas parfaits. Nous faisons des erreurs. Nous, nous avons des revirements, nous faisons des pas en arrière. Mais ce que nous avons fait tout au long de notre histoire, c’est de relever ces défis, ouvertement, publiquement, en toute transparence. Sans essayer de les ignorer. Ne pas essayer de prétendre qu’ils n’existent pas. Ne pas essayer de les balayer sous le tapis. Et parfois, c’est douloureux. Parfois, c’est laid. Mais à chaque fois, nous en sommes sortis plus forts, meilleurs, plus unis, en tant que pays.

Je me souviens bien de l’époque où le président Biden était vice-président et que nous étions en visite en Chine… et le vice-président Biden avait alors déclaré qu’il n’était jamais bon de parier contre l’Amérique, et cela reste vrai aujourd’hui.

Here are the highlights from the heated exchange between the U.S. and China in Alaska
U.S.-China talks in Alaska got off to a rough start, with both sides chiding and reprimanding each other in an unusual public display of tensions.