Voici tout ce que les médias ne vous diront pas sur Nina Jankowicz, la nouvelle ministre de la Vérité de Biden

Article original datant du 29/04/22

Juste quand vous pensiez que l’Empire mondialiste américain ne pouvait pas devenir plus owellien, le Département de la sécurité intérieure est là pour tout empirer.

Le secrétaire à la sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, a déclaré mercredi que le département de la sécurité intérieure crée un « conseil de gouvernance de la désinformation » pour combattre la désinformation avant les midterms de 2022. [Fox News]

Le moment de cette annonce est symboliquement approprié, étant donné les récents avertissements de journalistes, d’ONG et d’éminents sénateurs démocrates selon lesquels la perspective qu’Elon Musk rétablisse la liberté d’expression sur Twitter constitue un « danger pour notre démocratie« . Il n’est donc que juste que l’une des plus grandes bureaucraties de sécurité nationale de notre pays mette en place un « conseil de gouvernance » spécial pour faire face à la menace de la soi-disant désinformation qui émerge lorsque la parole n’est pas entièrement contrôlée par le régime et ses mandataires.

Le DHS (Département de la Sécurité intérieure des États-Unis) n’a pas dit grand-chose sur ce que fera réellement le « conseil de gouvernance de la désinformation« , mais le bref article de Politico sur l’annonce offre quelques indices :

Le DHS met en place un nouveau conseil de gouvernance de la désinformation pour coordonner la lutte contre la désinformation liée à la sécurité intérieure, en se concentrant spécifiquement sur la migration irrégulière et la Russie. Nina Jankowicz dirigera le conseil en tant que directrice exécutive. Auparavant, elle a été chargée de la désinformation au Wilson Center, a conseillé le ministère ukrainien des Affaires étrangères dans le cadre du Fulbright Public Policy Fellowship et a supervisé les programmes sur la Russie et le Belarus au National Democratic Institute. [Politico]

Au cas où vous ne seriez pas au courant des euphémismes approuvés par le gouvernement, « migration irrégulière » est le nouveau terme politiquement correct pour ce qui était autrefois appelé « immigration illégale« . Nous mettons au défi le lecteur de googler « migration irrégulière » et de consulter les images qui en ressortent. Étant donné que le DHS est devenu de facto une agence de voyage à service complet pour les étrangers illégaux qui se déversent par la frontière, il est logique que cette même agence veuille qualifier toute critique de ses politiques de dangereuse « désinformation« . Que la « Russie » fasse également partie du portefeuille du nouveau ministère de la désinformation du DHS est sans doute encore plus ridicule. Ne venons-nous pas d’apprendre que l’histoire de l’ordinateur portable de Hunter Biden, que des dizaines de médias et d’anciens responsables des services de renseignement ont demandé de censurer en tant que « désinformation russe« , s’est avérée totalement vraie et légitime ?

Le choix spécifique du département de la sécurité intérieure pour accueillir ce nouveau conseil de gouvernance est révélateur. En 2020, le DHS de Trump a publié un rapport affirmant que la « suprématie blanche » était la plus grande menace pour la sécurité de l’Amérique. Il y a quelques mois à peine, le DHS a relevé le niveau de menace nationale au motif que la « désinformation » concernant Covid-19 ou l’élection de 2020 alimenterait la violence extrémiste.

Les principaux facteurs contribuant à l’aggravation actuelle de la menace sont les suivants :

1 – La prolifération de récits faux ou trompeurs, qui sèment la discorde ou sapent la confiance du public dans les institutions gouvernementales américaines :

⬝ Par exemple, il y a une large prolifération en ligne de récits faux ou trompeurs concernant la fraude électorale généralisée non corroborée et le COVID-19. Les griefs associés à ces thèmes ont inspiré des attaques extrémistes violentes en 2021.
⬝ Des puissances étrangères malignes ont amplifié et continuent d’amplifier ces récits faux ou trompeurs dans le but de nuire aux États-Unis.
[DHS]

En 2002, le Congrès a créé le DHS pour, entre autres, sécuriser la frontière américaine contre les menaces étrangères. Aujourd’hui, vingt ans plus tard, le DHS s’est reconverti pour cibler comme terroristes nationaux les Américains qui se plaignent de ce qui traverse la frontière américaine. Aucun développement ne pourrait mieux illustrer comment, au cours des deux dernières décennies, l’appareil étatique de sécurité américain a évolué d’un bouclier qui protège le peuple américain en une arme qui le cible.

Mais la création du ministère de la désinformation du DHS ne serait pas un véritable projet de la communauté du renseignement s’il n’était pas aussi absurde que dystopique. Pour l’absurdité, il ne faut pas chercher plus loin que Nina Jankowicz, la magicienne de la désinformation nommée pour protéger le peuple américain des discours dangereux sur l’immigration illégale et la Russie.

Alors, qui est exactement Nina Jankowicz ? Certainement pas une personne soucieuse de préserver la liberté de parole ou d’expression. Un rapide coup d’œil à son historique Twitter suffit à dissiper ce doute. Lorsque Facebook a banni définitivement Donald Trump de son service, Nina était dans les coulisses pour se plaindre que cette punition n’était pas assez sévère. Par le biais d’une métaphore, Nina a expliqué que seules des interdictions massives de centaines ou de milliers de comptes suffiraient à « régler » le « problème » de la désinformation.

Le conseil de surveillance de Facebook annoncera demain sa décision sur le maintien ou non de l’interdiction du président Trump par la plateforme après le 6 janvier.

Cela aura des conséquences capitales pour le discours politique dans le monde entier. Mais pour contrer la désinfo, c’est un peu une distraction.

Il y a quelques années, l’artère principale près de mon quartier a été réalignée et le comté a installé de beaux aménagements paysagers, qui ont rapidement été négligés et envahis par les mauvaises herbes.

Un petit arbre a commencé à pousser et, à l’automne, il était devenu un arbre à mauvaises herbes, courageux et ligneux, prospérant au milieu d’un lit de sumac vénéneux que Jake, à ma grande consternation, aime traverser lors de nos promenades matinales.

(Cette histoire a un but, je le promets).

En bon citoyen que je suis, j’ai signalé les mauvaises herbes disgracieuses au comté. Ils ont envoyé une équipe de tondeuse à gazon industrielle qui a ratissé toute la zone, laissant une souche à l’endroit où se trouvait notre jeune arbre et coupant le sumac vénéneux.

Inutile de dire que le printemps suivant, l’arbre à mauvaises herbes est revenu en force. Le sumac vénéneux est devenu plus filandreux. Et pour ajouter l’insulte à la blessure, les tristes petits arbustes à feuilles persistantes qu’ils ont mis ont eu une infestation de vers de sac. (Faites-vous une faveur et ne cherchez pas ce que sont les vers de sac avant de vous coucher 🤢)

Je continue à signaler la prolifération de la végétation, qui déborde maintenant sur le trottoir. Le jeune arbre mesure maintenant environ 8 pieds de haut. Le travail nécessaire pour nettoyer la zone est maintenant beaucoup plus important que les années précédentes : il faudra déterrer l’arbre, arracher les mauvaises herbes, refaire l’aménagement paysager…

….planté et entretenu. Les jardins ne font pas que pousser, ils nécessitent un entretien. Il en va de même pour un réseau social.

Dans ce scénario, Trump est l’arbre à mauvaises herbes qui est jeté à la surface mais qui possède un réseau de racines souterraines qui le feront revenir (ainsi que sa rhétorique).

Nous allons accorder beaucoup d’attention à ce que le Conseil de surveillance décidera demain, et les autocrates du monde entier seront particulièrement intéressés.

Mais nous devons être clairs sur le fait que les réseaux qui ont donné naissance à Trump & permis au 6 janvier de se produire sont beaucoup plus larges qu’un seul homme.

Jankowicz adore fustiger les masses paysannes qui pensent mériter la liberté d’expression sur les plateformes Big Tech. N’ont-ils pas lu les conditions de service ? Ne savent-ils pas que cette plateforme est détenue par une société privée ?

…lorsque vous avez cliqué sur « J’accepte » les conditions de service.

La liberté d’expression n’est pas et n’a jamais été garantie sur une plateforme privée.

Quand avons-nous décidé, en tant qu’Américains, que c’est ok pour le gouvernement et les partis tiers de censurer/réduire nos informations ? Que nous qu’on ne peut pas nous faire confiance avec des informations non filtrées ? Que nous ne devrions pouvoir trouver que des informations que ils nous disent être vraies sur des sujets qui sont des opinions ou qui font l’objet d’un légitimes ? #UnePenteGlissante

Mais le blabla de Nina sur les « plateformes privées » n’est qu’une fausse posture. En 2019, elle a bruyamment exigé que le Congrès intervienne en restreignant et en réglementant davantage les discours en ligne.

Et ils confondent encore « plus de discours » avec « liberté de parole ». La technologie n’est pas un bien sociétal pur et dur qui saupoudre les gens de poussière de fée du Premier amendement à chaque connexion. 8/
L’objectif de Mark Zuckerberg pour 2019 montre qu’il vit toujours dans le passé


Mais les plateformes technologiques ne sont pas les seules fautives. La prochaine élection présidentielle aura lieu dans un an, et le Congrès n’a pas fait grand-chose en matière de sécurité électorale ou de réglementation des réseaux sociaux. Il est peu probable que des changements sérieux puissent être mis en œuvre avant novembre prochain. 9/

Comme c’est pratiquement toujours le cas, la femme qui crie à la « désinformation » cachée dans chaque ombre et derrière chaque plante en pot est elle-même une avide pourvoyeuse de mensonges à motivation politique. En 2020, Jankowicz a rejoint tous les autres suppôts de l’État profond en qualifiant le portable de Hunter Biden, manifestement réel, d' »opération d’influence russe« .

Retour sur  » l’ordinateur portable de l’enfer « , apparemment – Biden note que 50 anciens responsables de la sécurité nationale et 5 anciens chefs de la CIA pensent que l’ordinateur portable est une opération d’influence russe.

Trump dit « Russie, Russie, Russie« .

En fait, Nina a même qualifié la critique de la fausse affaire de la collusion russe de 2016 comme, vous l’avez deviné, une opération des services secrets russes.

Avant de vous plonger plus avant dans le fil twitter du président, lisez ce résumé par @NatashaBertrand @kyledcheney @AndrewDesiderio

…et rappelez-vous que tout ce « scandale » repose sur un rapport des services de renseignement russes vraisemblablement destiné à nuire aux États-Unis.
Trump réécrit l’enquête sur la Russie depuis l’hôpital

Si vous en voulez plus, Tucker Carlson a couvert encore plus de ce type de matériel Nina dans son fantastique monologue de cette semaine.

Il se trouve que Nina et Revolver ont une certaine histoire ensemble. Il y a deux ans, pendant la campagne électorale de 2020, Revolver a publié une série d’enquêtes révolutionnaires sur les soi-disant « révolutions de couleur ». En substance, nous avons exposé comment de nombreux professionnels de la sécurité nationale spécialisés dans le modèle de changement de régime de la « révolution de couleur » à l’étranger employaient les mêmes tactiques contre Trump.

À la suite de notre reportage, Nina a rejoint une véritable armée de journalistes spécialisés dans la « désinformation » pour limiter les dégâts, bien que Nina soit un peu trop faible pour comprendre correctement ce qui se passe. Voici l’experte en désinformation Nina rassurant ses abonnés sur le fait que les professionnels de la sécurité nationale n’oseraient jamais tourner leurs outils vers l’intérieur contre le peuple américain – et, plus important encore, que les révolutions de couleur n’ont rien à voir avec la race !

Vous avez peut-être vu le terme « révolution de couleur » flotter sur les réseaux sociaux ces derniers jours.

Parlons de ce qu’elles sont et pourquoi les États-Unis ne sont pas candidats à une telle révolution ⤵️.

Jankowicz dit qu’une révolution de couleur ne pourrait pas se produire en Amérique parce que « les révolutions de couleur se produisent dans les autocraties. » Wow, Nina ! L’establishment de la sécurité nationale et leurs alliés médiatiques ne décriraient jamais Trump comme un autocrate !

10 façons dont Trump est en train de devenir un Dictateur, édition électorale
Plus le président se rapproche du jour de l’élection, plus la menace qu’il représente pour la
démocratie.
Donald Trump se transforme en dictateur et promet de rester en fonction quels que soient les résultats des élections.
Les historiens et les experts électoraux avertissent que Trump se comporte comme Mussolini et les despotes que les États-Unis condamnent habituellement

Et tout cela juste le même mois où Jankowicz a fait sa vidéo !

Alors pourquoi Nina est-elle si en colère contre quelqu’un qui critique le modèle de la révolution des couleurs ? Naturellement, parce que Nina elle-même en est la parfaite représentante : L’adepte de la fausse « démocratie » qui partage son temps entre le renversement de gouvernements à l’étranger et la suppression de la libre expression dans son pays. Nina travaillait auparavant pour le National Democratic Institute (NDI), un groupe financé par le National Endowment for Democracy, l’USAID et le Département d’État, entre autres agences. Le NDI a joué un rôle majeur dans la révolution orange de 2004 en Ukraine – à peu près l’archétype de la révolution de couleur. Pendant son propre temps au NDI, Mme Jankowicz a géré des « programmes d’assistance à la démocratie » en Biélorussie et en Russie, puis a reçu une bourse Fulbright pour fournir des conseils en « communications stratégiques » au gouvernement ukrainien. De retour aux États-Unis, pendant ce temps, les talents d’érudite de Nina couvrent des sujets tels que la « désinformation genrée » (elle a inventé le terme, vous savez !).

Depuis mon retour d’Ukraine il y a 5 ans, j’ai consacré mon temps à sensibiliser les gens aux défis de la désinformation et aux meilleures pratiques issues de mes recherches pour les surmonter.

Mes écrits, mes témoignages au Congrès et au Parlement, et plus encore : https://wiczipedia.com/portfolio/ (3/)

Plus récemment, mon travail est devenu personnel, car j’ai fait des recherches sur la désinformation genrée, un sous-ensemble d’abus en ligne qui touche de nombreuses femmes dans la vie publique et qui m’a également touchée.

J’ai inventé le terme en 2017 et j’ai mené une étude approfondie à ce sujet : https://wilsoncenter.org/publication/malign-creativity-how-gender-sex-and-lies-are-weaponized-against-women-online (4/)

Toutes les preuves extérieures révèlent que Nina elle-même est un talent médiocre, qui défend des croyances conventionnelles approuvées par le régime. C’est pourtant sa fadeur même qui la rend intéressante. Nina Jankowicz n’est pas une personne, mais un archétype. Les apparatchiks du gouvernement moderne ne sont plus des G-Men en costume, et ils ne sont certainement pas les James Bond suaves que la communauté du renseignement voudrait nous faire croire qu’ils peuplent les bureaucraties. Au lieu de cela, les forces de la « démocratie » sont une armée de Ninas Jankowicz.

Quelle est cette physionomie ? Censorfrau de Doom.

Sur la photo : Brandy Zadrozny

Pour une raison quelconque, le régime a décidé que les meilleurs commissaires pour faire appliquer les codes de discours contre la « désinformation » sont des jeunes femmes légèrement instables et très sensibles qui souffrent du « syndrome de l’imposteur ».

Mon état d’être en fin de pandémie est un mélange très confus de FOMO (WIKI) et de burnout ! Quel plaisir !

Oh, et la brûlure lente et constante du syndrome de l’imposteur, mais je suis juste habitué à cet abruti maintenant.

D’accord, « pour quelque raison que ce soit » peut être trompeur. La raison pour laquelle le régime utilise ces hausfraus de malheur est claire : parce que Nina et ses semblables sont des commissaires naturels, qui ciblent sans relâche leurs ennemis idéologiques tout en considérant toute critique comme du « harcèlement » – ce qui, bien sûr, nécessite une censure et un contrôle de la parole supplémentaires pour l’empêcher. Alors que les personnes bien équilibrées peuvent se contenter d’ignorer les trolls ou de partager des passages particulièrement drôles avec leurs amis, pour Nina, chaque troll aléatoire est une justification de la fin du Premier amendement lui-même.

Je suppose qu’il a tiré profit de mon analyse de la désinformation.
#CommentEtreUneFemmeEnLigne

Je vous ai vue à la télévision récemment et vous êtes très jolie……

On m’a rappelé qu’écrire sur la réglementation des réseaux sociaux fait sortir du bois tous les zélateurs du premier amendement.

LA MISE EN ŒUVRE D’UNE RÉGLEMENTATION DE BON SENS SUR LA TRANSPARENCE DE LA PUBLICITÉ N’EST PAS UNE RESTRICTION DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION.

Merci d’être venu à mon Ted Talk.

Ah oui, cela ressemble beaucoup à quelqu’un qui s’inquiète que tout le monde ait le droit à la liberté d’expression

Taisez-vous, communiste censeur. Vous n’avez pas le droit de choisir quelles sont les informations digne d’être vue. Contentez-vous de répéter comme un perroquet ce ce que vos maîtres vous disent comme une bonne petite fille et nous déciderons si ça vaut une Bon sang. Déménagez en Chine si vous voulez un score de crédit social.

Son dernier livre s’ouvre sur une description hypothétique d’un harcèlement inexistant dans la vie réelle ; la morale recherchée, selon Nina elle-même, est que la société devrait appeler la police pour arrêter les hommes qui font des commentaires condescendants en ligne.

Encore des commentaires hypothétiques de ses trolls qui, dans son scénario imaginaire, se sont tous rassemblés en un seul endroit.

Le but, explique-t-elle, est que si vous ou moi observions un tel comportement dans la vie réelle, nous « appellerions la police » et « les forces de l’ordre pourraient procéder à des arrestations ». Vraiment ? Personnellement, je n’appellerais pas la police si j’entendais un homme dire quelque chose de condescendant dans un train.

Sans surprise, Nina est la « meilleure amie » sur Twitter de Taylor Lorenz du Washington Post et de Brandy Zadrozny de NBC News. Lorenz et Zadrozny sont toutes deux des commissaires d’âge moyen dont le travail consiste à « doxer » des dissidents politiques anonymes pour ruiner leur vie. Récemment, et de façon désormais tristement célèbre, Taylor Lorenz, en disgrâce, a écrit un article dans le Washington Post exposant l’identité d’un compte conservateur populaire « Libs of Tik Tok« . Bien sûr, toute personne qui ose critiquer ces journalistes (et Nina aussi) est coupable de harcèlement et de misogynie. Vous voyez comment cela fonctionne ?

Je suis vraiment désolé Taylor. Nous sommes avec toi.

.@DarrenJBeattie : « Nous voyons que ces journalistes n’agissent même pas comme de véritables journalistes. Ce qu’ils font, c’est agir en tant que commissaires & Neo-Stasi de manière efficace afin d’écraser la rébellion du peuple américain contre leur classe dirigeante corrompue. »

DarrenJBeattie explique comment les médias utilisent le terme « désinformation » pour réduire au silence et détruire la vie des partisans de Trump.

Darren ajoute que certains de ces efforts de doxxing contre les partisans de Trump sont même financés par l’argent des contribuables.

L’objectif de Zadrozny est de ruiner des réputations, de faire perdre aux gens leur emploi et de les faire censurer en ligne. Curieusement, Brandy Zadrozny, en disgrâce, a fait preuve de beaucoup plus de sympathie et de compassion envers un prédateur d’enfants surpris en train de tenter de rencontrer un garçon de 14 ans qu’envers les partisans de Trump et les sceptiques des vaccins dont elle a tenté de détruire la vie.

Nina était bien sûr outrée que Darren Beattie, de Revolver, ait osé dénoncer une journaliste aussi intègre que Brandy Zadrozny. Comment ose-t-on remettre en question nos commissaires, surtout les commissaires féminins ? Ne savez-vous pas que c’est du harcèlement !

Avant de s’en prendre à Brandy pour avoir fait son travail, Darren Beattie et ses abonnés ont passé le mois dernier à me harceler pour avoir dénoncé ses allégations infondées selon lesquelles une « révolution de couleur » est en train de se produire aux Etats-Unis. C’est le pire harcèlement que j’ai jamais connu, et Darren ne le renie pas

Si Tucker s’était penché sur la question, son invité avait reçu un e-mail de Brandy la veille au sujet d’un reportage qu’elle faisait sur son site Web. Il a passé la journée à lui envoyer un tweet de représailles.

Cela n’a pas été mentionné. Cela semble assez important à inclure.

Et l’invité est ce type.
https://cnn.com/2018/08/19/politics/darren-beattie-mencken-club/index.html

Sans surprise, l’extra Jen Psaki des Children of the Corn, plus récemment connue comme porte-parole de la Maison Blanche, a soutenu à fond Jankowicz et ses « qualifications étendues« .

Psaki sur la nouvelle tsar de la « désinformation » de l’administration Biden : « C’est une experte… une personne aux qualifications étendues« .

Pendant ce temps, Nina est particulièrement obsédée et sensible concernant le « danger » des coups de gueule stupides et insignifiants sur son apparence ou son passé de super fan de Harry Potter.

Oh, avons-nous oublié de le mentionner ? Nous devrions probablement. Certaines personnes sont d’anciens criminels. D’autres personnes s’habillaient mal avant. Mais Nina a un secret bien plus sombre : en 2005, elle faisait partie d’un groupe de rock de sorciers. Oui, comme dans les sorciers de Harry Potter. De 2005 à 2018, Nina était claviériste et chanteuse pour les Moaning Myrtles, un couple de Serdaigles (oui, ils se sont donné une maison Poudlard) qui chantait des œuvres musicales inspirées des romans de J.K. Rowling.

Nina Jankowicz aurait pu être une star multi-platine de Wizard Rock, mais lorsque le devoir l’a appelée, elle a consacré ses talents à l’éradication du cyber-sexisme en Biélorussie. Un Glenn Miller des temps modernes.

Elle est passée de la chanson sur Voldemort au renversement de Voldemorts réels comme Trump et Lukashenko.

Certains actes liés aux Moaners incluent The Butterbeer Experience, The Parselmouths, et The Whomping Willows. Nina a pris sa retraite en 2011, mais est sortie de sa retraite après l’année 2016 pour interpréter une chanson crossover Potter/#resistance célébrant le véritable personnage de Potter, Moaning Myrtle, dont le nom canonique est (nous n’inventons rien) Myrtle Elizabeth Warren.

La montée d’adrénaline d’une foule en adoration vient en second lieu après la découverte qu’un mème Biden ne peut pas dessiner une horloge a obtenu 4 retweets à Tskhinvali.

Une décennie plus tard, Nina Jankowicz a combiné sa passion pour le Wizard Rock et l’exportation du féminisme à l’étranger avec son magnum opus, « Nevertheless, I Persisted (Myrtle Elizabeth Warren)« .

La prochaine chansonnette prend le dessus. Dans le hit-parade des Moaning Myrtles, « Prefects Are Hot« , la nouvelle ministre de la vérité de Biden, Nina Jankowicz, chante une ode à la baguette magique qui se trouve entre les jambes de Harry Potter. « Tu sais qu’on m’appelle Moaning Myrtle pour une bonne raison« , chantonne-t-elle.

Aussi stupide qu’elle puisse être, le cas de Nina Jankowicz révèle comment les menaces réelles pour la liberté américaine se manifestent en 2022. Pour l’empire mondialiste américain, il ne suffit pas d’être diabolique et dystopique – tout doit aussi être ridiculement stupide. Nina Jankowicz est beaucoup, beaucoup plus susceptible de restreindre substantiellement votre liberté personnelle que Xi Jinping ou Vladimir Poutine. Et son nouveau poste démontre une vérité cruciale sur l’ensemble du régime de censure moderne : En fin de compte, toute censure du « secteur privé » est un appendice du régime.

Depuis leur humiliation de 2016, la classe dirigeante américaine a pu compter sur les employés d’hyper-gauche de Twitter et de Facebook pour s’assurer que le contrôle de l’information par le « secteur privé » se resserre constamment, sans qu’un satané tribunal n’intervienne pour imposer le Premier amendement. Mais tout de même, les censeurs de Twitter et Facebook n’ont jamais agi de manière autonome. Lorsqu’ils permettent à la fausse affaire russe de se répandre partout tout en supprimant l’ordinateur portable de Hunter Biden, et qu’ils bannissent les utilisateurs anti-réveil par milliers, ils appliquent l’idéologie de l’Empire mondialiste américain.

Maintenant, au moment précis où la fiabilité de Twitter en tant qu’exécuteur idéologique est mise en doute, le gouvernement lui-même prend soudainement un rôle plus direct dans les activités liées à la censure. Cela ne devrait surprendre personne, comme l’a récemment observé l’entrepreneur et investisseur providentiel Naval Ravikant.

Si @elonmusk parvient à libérer Twitter, les efforts pour contrôler la liberté d’expression se déplaceront au niveau d’Apple / Google, puis au niveau national.

Même Nina semble comprendre que c’est ce qui se passe réellement. En 2020, elle est allée sur CNN pour expliquer que la « désinformation » russe ne concerne pas les fake news, mais simplement le partage de vraies nouvelles qui « exacerbent les fissures préexistantes« , ce qui est une façon détournée de définir la désinformation comme « des choses vraies que je ne veux pas que le public entende« .

Excellente conversation avec @MarquardtA et @StevenLHall1 sur la désinformation russe ce soir.

À l’approche de 2020, nous ferions bien de nous rappeler que la stratégie de la Russie ne consiste pas à créer des « fakes » ou à duper les gens, mais à exacerber les fissures et les sentiments préexistants pour créer le chaos.

Maintenant, depuis son poste au DHS, Nina sera libre d’émettre des décrets d' »experts » sur les histoires qui sont des nouvelles dignes d’intérêt, et celles qui « exacerbent les fissures préexistantes » pour « créer le chaos« , et qui ne devraient vraiment pas exister du tout.

Pensez-vous qu’il y ait le moindre doute sur les histoires, et les sources, que Nina voudra supprimer ?

Here’s Everything the Media Won’t Tell You About Nina Jankowicz, Biden’s New Minister of ...
Nina Jankowicz of Moaning Myrtle fame is the first hausfrau of doom to be officially hired by Biden to run his newfangled Ministry of Truth.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations