Voici tout ce que vous devez savoir avant que commence le second procès en destitution de Trump

Trump a offert son aide à plusieurs reprises aux fonctionnaires de Washington avant le 6 janvier
9 février 2021
Le représentant américain de la Chine se joint à la délégation pour faire pression sur l’OMS afin qu’elle recherche l’origine du coronavirus aux États-Unis.
9 février 2021

Le grand jour est enfin arrivé : Après des semaines de préparation, la première session du procès de Trump pour mise en accusation comprendra des présentations des deux parties sur l’autorité du Sénat pour entendre l’affaire, suivies d’un vote sur la question, qui nécessiterait une majorité simple, et devrait passer dans la chambre contrôlée par les démocrates.

Pas moins de cinq sénateurs du parti républicain, dont le sénateur Mitt Romney de l’Utah et la sénatrice Susan Collins du Maine, se sont précédemment rangés du côté des démocrates sur une question concernant la constitutionnalité du procès de l’ancien président. Toutefois, au moins 17 républicains devront rejoindre les 50 démocrates pour atteindre les 67 voix requises pour condamner Trump.

« Les présidents n’ont pas de passe-droit pour commettre des crimes et des délits de haut niveau vers la fin de leur mandat », ont affirmé les responsables de la mise en accusation dans un mémoire la semaine dernière, concernant leur affirmation selon laquelle Trump a encouragé l’émeute du Capitole du 6 janvier, au cours de laquelle un petit groupe de partisans de Trump a franchi une porte ouverte et a « pris d’assaut » le complexe du Capitole.

Lundi, les avocats de Trump ont déclaré que le président n’avait pas incité la foule et que les émeutiers qui ont forcé l’accès au Capitole « l’ont fait de leur propre gré et pour leurs propres raisons », ajoutant que Trump a utilisé le mot « combat » « un peu plus d’une poignée de fois et chaque fois au sens figuré », sans faire explicitement mention des émeutes. Les avocats de la défense ont ajouté que le président exerçait ses droits au titre du premier amendement.

Les responsables démocrates de la mise en accusation des démocrates, agissant en tant que procureurs pendant le procès, ont répondu dans leur propre mémoire de cinq pages, en disant que M. Trump « n’a aucune excuse ou défense valable » pour ses actions. « Ses efforts pour échapper à ses responsabilités sont en train d’être bientôt complètement anéantis. »

C’est ainsi que le procès devrait se dérouler, via CNet :

  • 9 février : Il y aura quatre heures de débat équitablement réparties entre les procureurs et la défense sur la constitutionnalité du procès, suivies d’un vote nécessitant une majorité simple pour poursuivre
  • 10 février, 12 h 00 (HE) : La Chambre des représentants commencera à plaider sa cause ; les procureurs et la défense auront jusqu’à 16 heures chacun pour présenter leurs arguments, aucune des deux parties ne pouvant être présente plus de huit heures par jour
  • 12 février, 17 h 00 (heure de l’Est) : Le procès sera ajourné pendant la journée de samedi
  • 14 février, 14 h 00 HE : Le procès reprendra dimanche
  • Les arguments seront suivis de quatre heures de questions des sénateurs
  • Si les responsables de la mise en accusation de la Chambre veulent appeler des témoins ou citer des documents à comparaître, il y aura deux heures de débat de chaque côté, suivies d’un vote du Sénat sur l’opportunité de l’autoriser
  • Si des témoins sont appelés à comparaître, il y aura suffisamment de temps pour les déposer et pour que chaque partie puisse procéder à l’interrogatoire préalable avant le témoignage
  • Une fois les témoins et les preuves traitées, il y aura quatre heures de plaidoiries réparties équitablement entre les procureurs et la défense
  • Enfin viendra le vote sur la condamnation ou l’acquittement, pour lequel une majorité des deux tiers est requise

Trump ne témoignera pas – ayant « immédiatement rejeté » cette opportunité suite à une lettre du principal responsable de la mise en accusation du Parlement, le député Jamie Raskin (D-MD), demandant à l’ancien président de témoigner sous serment. L’avocat de Trump, Bruce Castor, a qualifié la lettre de « coup de publicité » avant d’annoncer le refus – qui, selon la Chambre, « soutient une forte inférence négative concernant ses actions et son inaction le 6 janvier ».

Si Trump est reconnu coupable au Sénat, il y aura un vote séparé pour l’empêcher de se représenter, empêchant ainsi une éventuelle candidature en 2024. Il faudrait une majorité simple où le vice-président Kamala Harris servirait de bris d’égalité si nécessaire. Ils peuvent en outre disqualifier Trump des avantages accordés aux anciens présidents dans le cadre de la loi sur les postes de présidents – notamment le retrait du détachement de sécurité des services secrets de Trump, l’allocation de voyage et la pension.

Les présidents destitués ne peuvent pas non plus être graciés, selon la CNet, qui note que s’il était acquitté, Trump aurait accès à tous les avantages des anciens présidents des États-Unis et pourrait se présenter à nouveau à des fonctions publiques.