Voici une douzaine de fois où Joe Biden a joué un rôle dans les affaires de son fils Hunter

Article original datant du 06/04/22

Le président Biden et la Maison Blanche ont nié à plusieurs reprises que Hunter Biden et lui aient jamais discuté des transactions commerciales controversées du fils du président à l’étranger – pourtant, il y a au moins une douzaine de fois où Joe Biden savait forcément ce que faisait son fils.

Joe « recommande »

Le dernier exemple en date est apparu mercredi, lorsqu’il a été révélé que Hunter Biden a demandé à son père de rédiger une lettre de recommandation à l’université de Brown pour le fils d’un puissant associé chinois, Jonathan Li.

« Jonathan, Hunter m’a demandé de vous envoyer une copie de la lettre de recommandation qu’il a demandé à son père d’écrire au nom de Christopher pour l’Université Brown« , a écrit Eric Schwerin, alors partenaire commercial de Hunter Biden, à Li le 18 février 2017, dans un courriel révélé pour la première fois par Fox News.

Schwerin a dit à Li que « l’original » seait expédié par FedEx à la présidente de l’université Christina Paxson « directement à Brown« .

Le vice-président de l’époque, Joe Biden, a dîné avec son fils Hunter en 2013 à Pékin, où ce dernier concluait une affaire avec son associé Jonathan Li.

Li est le PDG de la société d’investissement chinoise BHR Partners et a créé en 2013 une filiale – Bohai Harvest RST (Shanghai) Equity Investment Fund Management Co, connue sous le nom de BHR – où Hunter Biden était un membre fondateur du conseil d’administration et détenait une participation de 10 % par le biais d’une société appelée Skaneateles LLC.

Après que la Maison-Blanche a refusé de dire si le fils du président est resté copropriétaire après avoir démissionné du conseil d’administration en 2019, l’avocat de Hunter Biden a finalement déclaré au New York Times que Hunter « ne détient plus aucun intérêt, directement ou indirectement, dans BHR ou Skaneateles. »

Hunter Biden aurait demandé à son père, Joe, d’écrire une lettre de recommandation universitaire pour la fille de Jonathan Li.

L’autre enfant de Li aussi

Hunter Biden s’est également arrangé pour que son père écrive une lettre à l’université de Georgetown – l’alma mater de Hunter – au nom de la fille de Li, mais aucun des deux enfants n’a été admis dans ces institutions d’élite, selon le Post.

Lors du briefing de la Maison Blanche de mercredi, la porte-parole Jen Psaki a déclaré : « Je n’ai aucune confirmation d’une quelconque lettre de recommandation que le président aurait écrite – alors qu’il était un simple citoyen, soit dit en passant, et qu’il n’exerçait pas de fonction publique. »

Les « espoirs » de Joe

Hunter Biden a reconnu dans un article du magazine New Yorker de 2019 que son père et lui ont un jour discuté de l’emploi de Hunter au conseil d’administration de la société énergétique ukrainienne Burisma Holdings, qui lui a versé jusqu’à 83 333 dollars par mois lorsque Joe Biden était vice-président sous la présidence de Barack Obama.

Papa a dit : « J’espère que tu sais ce que tu fais« , et j’ai répondu : « Je le sais« , s’est-il souvenu.

Voyage sur Air Force 2

 En décembre 2013, Hunter et sa fille Finnegan Biden se sont rendus en Chine sur Air Force Two avec le vice-président de l’époque, Joe Biden, lors d’un voyage officiel de six jours en Asie. Joe Biden a rencontré le président chinois Xi Jinping et d’autres officiels – et a également été présenté à Li par son fils dans le hall de l’hôtel où logeait la délégation américaine.

Hunter Biden était un invité fréquent lors des voyages à l’étranger du vice-président de l’époque, Joe Biden.

Ensuite, Hunter Biden s’est assis avec Li pour ce que les deux parties ont prétendu être une rencontre sociale, Hunter Biden ayant déclaré au New Yorker : « Comment puis-je aller à Pékin, à l’autre bout du monde, et ne pas les voir pour boire un café ?« 

La moitié de son salaire ?

Dans un message texte de 2019 à sa fille Naomi, Hunter Biden a écrit avec amertume : « J’espère que vous pourrez tous faire ce que j’ai fait et payer pour tout pour cette famille entière pendant 30 ans. » Il a ajouté : « C’est vraiment dur. Mais ne vous inquiétez pas, contrairement à Pop [Joe], je ne vous obligerai pas à me donner la moitié de votre salaire. »

Pendant ce temps, le chef de cabinet de la Maison Blanche, Ron Klain, a révélé cette semaine qu’il avait demandé à Hunter Biden de l’aider à collecter 20 000 $ pour la fondation qui entretient la résidence officielle du vice-président.

Le vice-président de l’époque, Joe Biden, et Hunter ont joué au golf avec Devon Archer, membre du conseil d’administration de Burisma, dans les Hamptons en 2014.

Rencontrer les associés

Le père connaît le pire
Joe Biden prétend qu’il ne savait rien des affaires de Hunter – voici 12 fois où il savait.

En tant que vice-président, Joe Biden a rencontré Devon Archer, associé commercial de Hunter Biden, en avril 2014, à peu près au moment où Archer a rejoint le conseil d’administration de Burisma et peu avant que Hunter Biden ne le fasse, selon le sénateur Ron Johnson (élu républicain du Wisconsin).

Une photo qui a fait surface plus de cinq ans plus tard montrerait Joe Biden, Hunter Biden et Archer posant avec des clubs de golf sur un terrain des Hamptons en août 2014.

En février, Archer a été condamné à un an et un jour de prison dans le cadre d’un système de fraude aux obligations non lié qui visait la tribu appauvrie des Sioux Oglala, des Indiens d’Amérique.

Rencontrer les Ukrainiens

Vadym Pozharskyi, un cadre de Burisma et conseiller de son conseil d’administration, a envoyé à Hunter Biden un courriel daté du 17 avril 2015 qui disait : « Cher Hunter, merci de m’avoir invité à DC et de m’avoir donné l’occasion de rencontrer votre père et de passer [sic] du temps ensemble. C’est vraiment [sic] un honneur et un plaisir. « 

Rencontrer les Kazakhs

Un jour plus tôt, Joe Biden a participé à un dîner au Café Milano de Washington, DC, avec certains des associés d’affaires de son fils originaires d’Ukraine, de Russie et du Kazakhstan.

Une photo non vérifiée montre apparemment les Biden posant entre deux des invités présents ce soir-là, l’oligarque bancaire kazakh Kenes « Kenges » Rakishev et Karim Massimov, un ancien premier ministre du Kazakhstan.

Le vice-président de l’époque, Joe Biden, et Hunter ont passé un dîner somptueux avec Kenes « Kenges » Rakishev et l’ancien Premier ministre du Kazakhstan, Karim Massimov, à Washington, DC.

En janvier, Massimov a été arrêté dans le cadre d’un complot visant à renverser le gouvernement de l’ancienne république soviétique, après son éviction de la tête de son agence de contre-espionnage et d’antiterrorisme.

Rencontrer Bobulinski

 L’ancien associé commercial de Hunter Biden, Tony Bobulinski, a révélé en octobre 2020 qu’il avait parlé avec Joe Biden en mai 2017 après avoir été présenté par Hunter, qui aurait décrit Bobulinski comme « celui qui nous aide avec les affaires que nous faisons avec les Chinois. »

Selon Bobulinski – qui a identifié Joe Biden comme « le gros bras«  avec une part de 10 % dans un accord prévu avec CEFC China Energy – l’ancien vice-président lui a dit : « Gardez un œil sur mon fils et mon frère et veillez sur ma famille. »

Tony Bobulinski, ancien partenaire commercial, affirme que le vice-président de l’époque, Joe Biden, était « le grand manitou » qui tirait profit des transactions chinoises de Hunter.

M. Bobulinksi a également déclaré qu’il avait ensuite interrogé le frère de Joe, James Biden, sur la possibilité que Joe se présente à la présidence en 2020. Il m’a regardé, a gloussé et a dit : « Déni plausible« , a déclaré Bobulinski.

Obtenir un bureau

 Des courriels montrent qu’en septembre 2017, Hunter Biden a demandé un nouveau panneau et des clés supplémentaires pour un bureau qu’il louait dans l’immeuble de bureaux de la Maison de la Suède à Washington, DC, qui abrite l’ambassade de Suède.

Le panneau devait indiquer « La Fondation Biden et Hudson West (CEFC-US) » et les clés étaient destinées à son père, sa belle-mère Jill Biden, son oncle James Biden et un cadre chinois nommé Gongwen Dong.

Le gestionnaire de l’immeuble a répondu : « Nous sommes très heureux et honorés d’accueillir vos nouveaux collègues ! » mais une porte-parole de l’agence suédoise qui supervise la propriété a déclaré au Washington Post que le panneau n’a jamais été changé et que les clés n’ont pas été récupérées.

En 2015, le vice-président de l’époque, Joe Biden, a accueilli un groupe d’associés d’affaires mexicains de son fils dans la résidence officielle du vice-président et a posé pour une photo avec Hunter Biden et un groupe de possibles partenaires d’affaires, dont les milliardaires mexicains Carlos Slim et Miguel Alemán Velasco.

Quid mais pas quo ?

En 2016, des courriels indiquent que Hunter Biden a envoyé un message au fils de Velasco depuis Air Force Two, qui était en route vers le Mexique pour une visite officielle. Hunter s’est plaint au plus jeune Velasco de ne pas avoir reçu de faveurs commerciales réciproques après avoir « amené chaque personne que vous m’avez demandé d’amener à la p#tain de Maison Blanche et à la maison du vice-président et à l’inauguration. »

Here’s a dozen times Joe Biden played a role in son Hunter’s business dealings
President Biden and the White House have repeatedly denied that he and Hunter Biden ever discussed the first son’s foreign business dealings, but The Post says otherwise.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations